APZFD : Un protocole d’accord pour la conception et la construction future de plusieurs ports fluviaux au Sud Soudan

5
APZFD : Un protocole d’accord pour la conception et la construction future de plusieurs ports fluviaux au Sud Soudan
APZFD : Un protocole d’accord pour la conception et la construction future de plusieurs ports fluviaux au Sud Soudan

Africa-Press – Djibouti. Au cours d’une cérémonie qui s’est déroulée le lundi 19 septembre dernier, en fin de matinée dans la salle VIP de la tour de Djibouti International Free Trade Zone (DIFTZ), sise à PK 23, le Vice-président du Sud Soudan, le général Taban Deng Gai et le président de l’Autorité des Ports et des Zones Franches M. Aboubaker Omar Hadi ont procédé à la signature d’un protocole d’accord qui définit les modalités de mise en place d’une équipe conjointe pour la planification préliminaire des études de faisabilité sur la conception et la construction future de plusieurs ports fluviaux dans ce pays.

Le vice-président du Sud Soudan, le général Taban Deng Gai, à la tête d’une importante délégation gouvernementale de son pays, qui séjourne à Djibouti dans le cadre d’une visite de travail, a été accueillie le lundi 19 septembre dernier, en fin de matinée dans la salle VIP, de la tour de Djibouti International Free Trade Zone (DIFTZ), sise à PK 23, par le président de l’Autorité des Ports et des Zones Franches de Djibouti, M. Aboubaker Omar Hadi. Conduite par le chargé d’affaire de notre ambassade au Soudan du Sud, Hassan RoblehMahamoud, la visite de cette délégation sud soudanaise composée, entre autres du Ministre des Routes, M. Simon MijogMajak, du Ministre des Transports, M. MahdoudBirayil et du Ministre de la Communication, Mikael Mikoi Louis, à Djibouti, s’inscrit dans le cadre des atouts stratégiques et logistiques de 1er plan de notre pays. Lesquels permettent de desservir les pays de la région.

Dans le cadre de déplacement à l’APZFD, il s’agit pour le général Deng Gai et les membres de sa délégation de relier non seulement son pays enclavé, aux ports de Djibouti, mais de profiter également de l’expertise djiboutienne pour le développement de ports secs et fluviaux dans son pays. Un protocole d’accord, pour un Sud Soudan prospère…

En présence, Ministre de la Communication, Chargé des Postes et Télécommunications, M. RadwanAbdillahiBahdon, du Ministre des Infrastructures et de l’Equipement, M. Hassan Houmed Ibrahim, du secrétaire général du ministère des affaires étrangères et de la coopération internationale, l’ambassadeur Mohamed Ali Hassan et du directeur général de la société en charge du développement et de la gestion des corridors routiers de notre pays (DPCR), Abdi Ibrahim Farah, le vice-président du Sud Soudan, le général Taban Deng Gai et le président de l’APZFD, Aboubaker Omar Hadi ont paraphé ensemble les documents relatifs à la mise en place future de ports fluviaux dans les villes Malakal, Shamble, Adok et Bor.

Ce protocole d’accord stipule entre autres, les modalités de création d’une équipe conjointe pour la planification préliminaire des études de faisabilité concernant la conception, la construction de ces ports fluviaux ainsi que la réalisation et les modes de financement, essentiels à la mise en œuvre réussie de ce projet dont les termes et les conditions d’exécution feront l’objet d’un accord final qui sera signé ultérieurement.A l’issue de la signature de ce protocole d’accord, le président de l’APZFD, Aboubaker Omar Hadi, a dans une brève intervention prononcée à cette occasion, rappeler que la République de Djibouti et celle du Sud Soudan, entretiennent d’excellentes relations d’amitié et de coopération qui ne cessent selon lui de se renforcer d’année en année.

«La République de Djibouti peut être un partenaire stratégique et important pour le Sud Soudan dans de multiples domaines dont les infrastructures, la logistique avec la construction d’une zone de stockage pour les équipements et matériels pétroliers, et dans l’énergie avec l’accord cadre de coopération pétrolière et gazière signé avec le ministère djiboutien de l’énergie» a-t-il déclaré. «Nos deux pays frères, vont ensemble, libérer le potentiel économique de l’Afrique. Et c’est exactement le type de relation fructueuse qui renforcera votre intégration régionale» a-t-il dit à la délégation sud soudanaise. Pour sa part, le vice-président du Sud Soudan, le général Deng Gai, n’a pas caché sa satisfaction quant à la signature de ce protocole qui permettra selon lui à son pays d’explorer les opportunités stratégiques et logistiques de Djibouti et le savoir-faire de ses cadres d’expertises pour développer un système de transport sûr et efficace pour un Soudan du Sud prospère.

Il a par la suite mis l’accent sur la proximité de la République de Djibouti à son pays, qui se trouve à 1600 km seulement de Djibouti avant de donner des détails géographiques concernant la faisabilité de ce projet.

Une grande partie du Nil Blanc traverse selon lui le Sud Soudan et donne à ce pays environ 1400 km de voies navigables allant de la capitale Juba au Sud, à la ville de Kosti au Nord, en passant par les villes de Bentui à l’ouest et Akobo à l’Est, à la frontière éthiopienne. «Cet affluent du Nil Blanc est accessible tout au long de l’année et notamment durant les saisons de pluies. Le Nil est le seul lien de transport fiable entre les régions du sud, celles du centre et du nord du pays» a-t-il précisé. «De nombreux affluents des rivières sont également navigables et la majorité des ports fluviaux ne sont rien d’autre qu’une rive facilement accessible à partir de laquelle les porteurs peuvent charger et décharger la cargaison. Les installations de chargement et de déchargement, y compris l’accès à l’équipement, demeurent problématiques» a-t-il ajouté pour souligner l’importance de ce projet pour son pays.

La signature de ce protocole d’accord constitue selon lui la première étape d’une plus grande vision permettant à son pays enclavé de se connecter à travers Djibouti, au reste du monde.

Rappelons que le Sud Soudan, pays enclavé, riche en ressources naturelles (minerais, pétrole, eau du Nil), possède un terrain de 1.3 hectare dans la gigantesque zone franche de PK 13. Lequel servira à la compagnie de raffineries et de pétrochimies du Soudan du Sud (REPCO) de stocker, les matériaux ainsi que les autres produits destinés au traitement et à l’extraction du pétrole avant leurs acheminements par voie aérienne ou terrestre vers Jubba.

Rachid Bayleh

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Djibouti, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here