REVUE DE PRESSE : LE PRÉSIDENT ISMAÏL OMAR GUELLEH SOULIGNE L’IMPORTANCE DE PRÉSERVER LA PAIX DANS CETTE RÉGION «SENSIBLE» DE LA MER ROUGE ET DU GOLFE D’ADEN

4
REVUE DE PRESSE : LE PRÉSIDENT ISMAÏL OMAR GUELLEH SOULIGNE L’IMPORTANCE DE PRÉSERVER LA PAIX DANS CETTE RÉGION «SENSIBLE» DE LA MER ROUGE ET DU GOLFE D’ADEN
REVUE DE PRESSE : LE PRÉSIDENT ISMAÏL OMAR GUELLEH SOULIGNE L’IMPORTANCE DE PRÉSERVER LA PAIX DANS CETTE RÉGION «SENSIBLE» DE LA MER ROUGE ET DU GOLFE D’ADEN

Africa-Press – Djibouti. DJIBOUTI : Le président de Djibouti, Ismaïl Omar Guelleh, a salué les efforts déployés par l’Arabie saoudite pour protéger et assurer la sécurité des transports ainsi que pour empêcher les «interventions» de sabotage de la sécurité des transports le long de la zone «très sensible» de la mer Rouge et du golfe d’Aden.

Dans une interview exclusive, M. Guelleh a déclaré à Arab News en français que les mesures qui avaient été prises pour tenir un prochain sommet du Conseil des pays arabes et africains de la mer Rouge et du golfe d’Aden en Arabie saoudite étaient l’aboutissement d’une initiative menée par le Royaume. Il a ajouté que ces efforts ont été chaleureusement accueillis par son pays. « C’est un signe du sérieux travail du Royaume d’Arabie saoudite qui joue un rôle unique dans ce domaine. Sur le plan international, elle est le principal acteur de la paix mondiale dans la région et dans le monde entier », a-t-il souligné.

Le Conseil, composé de huit pays, a initialement été annoncé à Riyad en janvier 2020, avant l’apparition de la pandémie de Covid-19. Ses États membres sont: l’Arabie saoudite, la Jordanie, l’Égypte, le Soudan, Djibouti, l’Érythrée, la Somalie et le Yémen.

En annonçant la nouvelle, à l’époque, le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, avait indiqué que Riyad «tenait beaucoup à travailler et à coopérer avec les États membres de ce Conseil pour faire face à ces défis et aux risques qui nous entourent de toutes parts».

La mer Rouge et le golfe d’Aden, qui relient l’Europe à l’Asie et au Moyen-Orient, sont deux des routes maritimes les plus fréquentées du monde.

Dans cette interview qui aborde une large gamme de sujets, le président Guelleh évoque également les conséquences dévastatrices des actions des Houthis au Yémen, qui ont entraîné le renversement du gouvernement légitime soutenu par l’ONU ainsi qu’une guerre qui entame maintenant sa septième année. « Djibouti a été victime parce que nous avons reçu beaucoup, beaucoup de réfugiés yéménites, et sans l’apport, le soutien et la solidarité du gouvernement saoudien et à sa tête le roi Salmane, la situation aurait été véritablement aggravée par l’attitude des Houthis qui ont complètement détruit le pays et qui ont mis, ont risqué la paix et la sécurité maritime », a-t-il indiqué.

Abritant un grand nombre de bases militaires étrangères, Djibouti accueille notamment dans la Corne de l’Afrique les forces armées américaines et chinoises, des troupes japonaises et espagnoles, ainsi qu’une présence française décroissante.

On ignore si Djibouti renouvellera ou non le traité militaire avec Paris ; certains observateurs y voient le signe d’une détérioration des relations avec la France, ce que dément Ismaïl Omar Guelleh. « La relation entre Djibouti et la France date du XIXe siècle. Le traité signé, le traité prend fin cette année. Nous allons le refaire, » a-t-il affirmé.

« Nous sommes en train de travailler, par les juristes. Mais il n’y a pas d’inquiétude à se faire parce que nous sommes comme on dit chez nous à un mari et sa femme, jamais amis ni ennemis.»

Le président Guelleh a également mis en garde contre les conséquences de la guerre russo-ukrainienne actuelle. Il a précisé qu’elle a atteint le point « jusqu’au risque d’avoir des conséquences nucléaires » et il estime que « ni la Russie, ni l’Ukraine ne seront gagnants. »

Ce qui suit est une traduction de l’interview qui a été réalisée en français et en arabe :

Q: Parlez-nous de la valeur stratégique du sommet prévu par les pays arabes et africains de la mer Rouge et du golfe d’Aden, et de ses objectifs.

R: En effet, ce sommet est le fruit d’une initiative saoudienne et nous l’attendons depuis longtemps. La stratégie de la mer Rouge est claire. En considérant ce qui s’est passé au Yémen, les interventions des forces étrangères et, comme vous le savez, l’immense importance du détroit de Bab al-Mandab pour la sécurité internationale, celle des Arabes et celle de tous les pays, c’est aussi leur responsabilité.

Cette initiative a été lancée par le royaume d’Arabie saoudite. Nous l’avons accueillie favorablement; pour la première fois, le sommet se tiendra, si Dieu le veut, à Djeddah, et les ministres des Affaires étrangères s’y sont préparés. C’est une expression du sérieux du Royaume et du rôle qu’il joue dans cette région. Sur le plan international, il sera un grand représentant de la paix dans la région et dans le monde.

Quels sont les espoirs et les aspirations du sommet prévu pour la région et pour Djibouti en particulier?

Les résultats consisteront à renforcer et à assumer la responsabilité internationale qui incombe aux pays voisins… En effet, vous avez l’Otan à vos côtés, qui est incontestablement l’institution qui assume la responsabilité de la sécurité des transports et de la navigation dans le monde.

De nombreux pays participants, en particulier du côté africain, ne s’entendent pas entre eux. Comment la sécurité sera-t-elle coordonnée et comment les conflits seront-ils mis de côté afin que les objectifs du Conseil soient atteints?

Le seul pays qui entretient de bonnes relations avec tous les pays de cette région est l’Arabie saoudite. Le Royaume a ainsi la charge d’être l’acteur et la seule force qui défend l’opinion et l’initiative. Il fournit les services pour construire la paix entre Port-Saïd, Bab al-Mandab et le golfe d’Aden, et empêcher les interventions sataniques qui cherchent toujours à saboter la paix dans cette région sensible.

Mais comment allez-vous vous coordonner pour empêcher la piraterie et son impact sur les expéditions mondiales d’énergies ? Verrons-nous une force unifiée en mer Rouge, par exemple?

Je pense qu’il serait opportun d’y réfléchir, et nous en discuterons lors du prochain sommet pour mettre les choses en perspective. Que chacun assume ses responsabilités. Que pouvons-nous faire pour la population et pour le monde entier? Mettre en place une transition de cette phase vers une mouvance globale, afin de pouvoir lutter contre toutes les formes de terrorisme ou de piraterie qui peuvent émerger dans la région. C’est pourquoi nous devons montrer ou étudier de quelle manière nous pouvons, de manière collégiale, faire face aux menaces extérieures auxquelles nous pourrions être confrontés.

Parlons du Yémen… Quel a été l’impact de cette guerre de sept ans sur votre pays jusqu’à présent, et pensez-vous que la trêve actuelle durera?

Comme vous le savez, le Yémen est un pays très proche de Djibouti. Il se situe à vingt kilomètres d’ici. Le Yémen a été victime de ce qui s’est passé en Syrie, de ce qui s’est passé en Libye, et de ce dont certains États arabes ont vraiment été victimes: une sorte de conspiration qui vise l’unité arabe. Le peuple yéménite a été attiré par un autre mal ou un autre complot, un autre «coup», si vous voulez, venu d’un pays extérieur à la région. Djibouti en a subi les conséquences parce que nous avons accueilli un très grand nombre de réfugiés yéménites. Sans la contribution, le soutien et la solidarité du gouvernement saoudien, dirigé par le roi Salmane, la situation aurait été profondément aggravée par le comportement des Houthis, qui ont totalement détruit le pays et représenté une menace pour la paix et la sécurité maritimes.

Cependant, ils ont échoué, car la vigilance des forces internationales, à savoir les forces saoudiennes, les en a empêchés. Les tentatives pour bloquer cette route, pour créer l’insécurité et empêcher les garanties de fonctionner dans de bonnes conditions… Sans l’Arabie saoudite, nous n’aurions pas eu de paix dans cet axe.

Votre position au sujet de la guerre contre l’Ukraine découle-t-elle de la même position, qui consiste à soutenir les gouvernements légitimes et à s’opposer à l’attaque contre la souveraineté d’un autre pays? Quel impact cette guerre a-t-elle eu sur votre pays ?

Vous savez, cela se passe très loin. L’Ukraine est très éloignée de nous. Nous avons, depuis le début, déclaré notre position, considérant que les bombardements intensifs qui frappent les populations ne sont pas et ne peuvent pas être une solution. Cependant, avec ce qui se passe, ce qu’il faut, c’est un dialogue et des concertations. Il n’y a pas d’alternative.

La destruction continue au point qu’elle risque d’avoir des conséquences nucléaires dans cette région. Ni la Russie ni l’Ukraine n’en sortiront vainqueurs et nous aurons dans notre région – même si la guerre se passe loin de nous – des conséquences qui pourraient nous affecter. Cependant, jusqu’à présent, nous n’avons subi aucune répercussion.

Djibouti abrite des bases militaires qui appartiennent à des puissances mondiales opposées. Comment gérez-vous ces relations et les intérêts conflictuels de ces pays? Et quel est le mécanisme de régulation de la présence de troupes étrangères dans votre pays?

Nous n’avons encore reçu aucune plainte de la part des pays qui ont déployé des armements et qui effectuent des exercices dans notre pays. Il faut toujours chercher les raisons derrière chaque chose. La raison principale de la présence américaine, qui a commencé après l’incident [en 2002] du navire américain [USS Cole], cible d’un attentat à Aden lancé par Al-Qaïda dans la région, est la lutte contre le terrorisme. Notre priorité était de contribuer à la lutte contre le terrorisme international. C’est ce qui a motivé la présence américaine à Djibouti. Ensuite, les Japonais ont également voulu venir. Ils ont mesuré les dangers qui guettaient leurs flottes, leurs flottes commerciales en particulier, dans les régions de la Somalie et du golfe d’Aden. Ils nous ont également demandé de déployer un avion pour qu’ils puissent surveiller les côtes, même si, économiquement, nous n’avons pas les capacités d’assumer toutes ces responsabilités.

Nous avons participé en leur fournissant un espace qui leur a permis d’assurer la navigation internationale et la paix internationale, c’est notre part de responsabilité. Ensuite, il y a eu la Chine, qui, elle aussi, pour la première fois de son existence, a disposé d’une plate-forme et d’une présence militaire à Djibouti. Ces pays sont de grandes nations. Ils ne connaissent toutefois pas de problèmes entre eux par rapport à leur présence à Djibouti, et c’est pourquoi tout se passe bien.

Mais quel sera l’impact de l’évolution de la géopolitique mondiale sur votre pays? Par exemple, craignez-vous une confrontation sino-américaine à cause de Taïwan? Et si l’on vous demandait de choisir un camp?

Nous n’avons même pas envisagé cette possibilité. C’est lié et ils se battent là-bas, à Taïwan, au sud de la mer de Chine. Cependant, le champ de bataille n’est pas ici. La zone de guerre n’est pas ici et elle n’est pas non plus à proximité. C’est pourquoi, à mon avis, il n’y a pas lieu d’avoir peur. Il n’y a pas à craindre une confrontation entre la Chine et les États-Unis à Djibouti, je ne le pense pas. C’est quelque chose que Dieu décide, ce n’est pas à nous de le décider.

La présence militaire française semble diminuer ici. Le bruit court que le traité de coopération militaire entre votre pays et Paris pourrait ne pas être renouvelé. Comment voyez-vous l’avenir de votre relation avec la France?

Les relations entre Djibouti et la France remontent au XIXe siècle. Le traité signé entre nos deux pays expire cette année. Nous allons le renouveler, et nous sommes en train de travailler avec les experts juridiques et toutes les personnes en charge du dossier. Toutefois, il n’y a pas de position à prendre, car nous sommes… Comme on dit dans notre pays, un mari et sa femme ne sont jamais amis ni ennemis. C’est la métaphore qui illustre le fait que nous pouvons être en colère l’un contre l’autre, mais que nous sommes très engagés dans nos relations. Notre but n’est pas d’avoir des problèmes avec eux. C’est comme une famille, en quelque sorte. Nous pourrions parfois avoir des différends. Mais ce n’est pas grave.

Mais c’est cette présence militaire française et la présence américaine qui ont poussé le groupe terroriste Al-Chabab à menacer directement votre pays. Cela ne vous inquiète-t-il pas? Quelles mesures avez-vous prises pour vous défendre?

Nous avons été victimes d’une attaque en 2014. Certaines personnes ont perdu la vie et d’autres ont été blessées [en référence à l’attentat-suicide de 2014 dans un restaurant, qui avait provoqué la mort de trois étrangers]. Nos services n’ont qu’un seul but, qui a toujours été de nous défendre; nous sommes là pour nous défendre. Il n’y a aucun problème. Ils peuvent dire ce qu’ils veulent, mais notre peuple est prêt.

Vous vous êtes toujours opposé aux opinions extrémistes, et c’est peut-être un point commun avec les réformes qui sont en cours en Arabie saoudite. Comment les changements qui ont lieu dans le Royaume sont-ils perçus dans votre pays?

Nous attendions cette initiative depuis longtemps, et maintenant, avec l’initiative du prince héritier et du Gardien des deux Saintes Mosquées, nous allons dans la bonne direction. Notre vraie religion est le centrisme et la modération. Nous vivons à Djibouti depuis longtemps sans difficulté avec cette croyance. Cependant, les takfiris cherchent à transformer la moitié des musulmans en infidèles et à les expulser de la religion sans pitié, sans tolérance et sans le moindre respect pour les femmes musulmanes.

Tout cela a créé la haine parmi les musulmans. Nous avons opté et nous optons pour la modération avec nos frères dans le Royaume, qu’il s’agisse de ses dirigeants ou de son peuple. C’est dans l’intérêt de l’Oumma, des Arabes et des musulmans, et de l’islam dans le monde entier.

Outre l’aspect religieux, quel est l’impact de la Vision 2030 sur votre pays? Comment voyez-vous évoluer les relations entre l’Arabie saoudite et Djibouti?

Si l’on remonte dans le temps, depuis notre indépendance et jusqu’à ce jour, l’Arabie saoudite nous a toujours soutenus et aidés dans notre développement. Nous consultons toujours ce pays et nous agissons en coordination avec lui dans divers domaines, de la sécurité au Fonds saoudien. Nous sommes très satisfaits et nous voulons continuer dans cette voie tant qu’il n’y a pas d’alternative au rôle prépondérant du Royaume dans la région.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Djibouti, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here