Mangroves : Plus de 5 000 ha de forêts sont détruits chaque année

6
Mangroves : Plus de 5 000 ha de forêts sont détruits chaque année
Mangroves : Plus de 5 000 ha de forêts sont détruits chaque année

Africa-PressDjibouti. Les forêts de mangroves et toutes les richesses écologiques qui en dépendent sont largement menacées, entre autres par les activités anthropiques, la pollution et l’effet du changement climatique. Le directeur général de la Pêche et de l’aquaculture, le Dr Etienne Bemanaja, a soulevé que plus de 5 000 ha de forêts de mangroves sont détruits chaque année. C’est encore en nette recrudescence depuis ces dernières années en raison de la migration de la population en provenance des régions du Sud vers des zones de mangroves. Celle-ci détruit les forêts de mangroves en vue de la production de charbon, et ce, pour leur survie. En outre, les bois de palétuviers sont coupés, transportés et vendus dans presque toutes les grandes villes de l’Ouest de Madagascar où la demande en bois de construction ne cesse d’augmenter, d’après toujours ses explications.
Rôle des mangroves. Pour y remédier, l’Etat représenté par les ministères en charge de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche ainsi que de l’Environnement et du développement durable avec l’appui du projet Swiofish 2 et accompagnés par les autres parties prenantes, s’engagent à mettre en place une stratégie de gestion nationale de gestion intégrée de l’écosystème de mangroves. Dans la même foulée, une forte conscientisation de tous les acteurs concernés, y compris les communautés de pêcheurs, est de mise outre la promotion de la campagne de restauration des forêts de mangroves à travers le reboisement des palétuviers. En effet, les mangroves ont un rôle considérable aussi bien pour l’économie que l’écologie. De cet écosystème unique dépend la reproduction et l’habitat naturel de bon nombre de ressources halieutiques, notamment les poissons et les crustacés comme les crabes et les crevettes qui représentent un grand intérêt commercial pour le pays. Les mangroves jouent également un rôle de zone de nurserie pour les espèces juvéniles, sans oublier sa vocation naturelle de protéger les littoraux contre l’érosion fluviale et marine. Une meilleure gestion de cet écosystème contribue, ainsi, à améliorer les conditions de vie des communautés locales qui gagnent leur vie à travers l’exploitation des ressources halieutiques tout en assurant diverses fonctions écologiques.

Un budget de 3 millions USD. Parlant du projet Swiofish 2, financé par la Banque mondiale, il a contribué à la restauration des forêts de mangroves. Des activités de reboisement de palétuviers ont eu lieu cette année à Antsohihy et à Morondava, qui font partie de ses zones d’intervention ultra-prioritaires. Il est à noter que le ministère chargé de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche s’est fixé comme objectif de faire un reboisement sur 10 000 ha d’ici à 2023, et ce, avec la collaboration de ses différents partenaires. Un budget d’environ 3 millions USD sera, entre autres, alloué par le projet Swiofish 2, qui est d’ailleurs sous la tutelle de ce département ministériel afin de contribuer à l’atteinte de cet objectif, a-t-on appris. La journée internationale pour la conservation des écosystèmes de mangroves a été célébrée hier à Mahajanga. Concernant les statistiques sur les mangroves, elles couvrent environ 236 400 ha, situées essentiellement sur la côte Ouest. Les mangroves les plus étendues sont celles des estuaires des grands fleuves et situées dans les Baies d’Ambaro, de Narindra, de Mahajamba et d’Antongil.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here