Impartialité flagrante de la France et de l’Occident entre le coup d’Etat du Niger et celui du Gabon

3
Impartialité flagrante de la France et de l’Occident entre le coup d’Etat du Niger et celui du Gabon
Impartialité flagrante de la France et de l’Occident entre le coup d’Etat du Niger et celui du Gabon

Anouar CHENNOUFI

Africa-Press – Gabon. On dirait bien que les pays de l’Union européenne vivent actuellement leurs « derniers jours » sur le continent africain, dont les gouvernements ont commencé à tomber successivement, comme si la contagion des coups d’État s’était propagée comme une traînée de poudre, dans les pays essayant de se débarrasser de la poussière de la dépendance européenne, et le coup d’État survenu au Gabon est arrivé pour ajouter une nouvelle zone que l’Europe perd en Afrique.

Nombreux coups d’Etat de 2020 à ce jour

Josep Borell, le Chef de la politique étrangère de l’Union européenne, n’a pas hésité à exprimer la préoccupation de l’U.E. à ce sujet : « L’ensemble de la région, à commencer par la République centrafricaine, puis le Mali, le Burkina Faso, le Niger et maintenant le Gabon, se trouve dans une situation très difficile, et les ministres examineront certainement en profondeur ce qui s’y passe et comment nous pouvons améliorer notre politique à l’égard de ces pays. C’est vraiment un gros problème pour l’Europe ».

Dans le même sens, l’insistance de la France à rester au Niger malgré la colère populaire écrasante ne signifie qu’une chose, qu’elle perd sa dernière carte face au grand coup d’État contre ses intérêts, comme la décision de l’Union européenne d’envoyer une mission militaire au Niger. Le Ghana, le Congo, le Bénin et la Côte d’Ivoire à l’heure actuelle prouvent sans aucun doute la menace directe et forte qui pèse sur les intérêts de l’Union européenne sur le continent africain.

Les événements politiques au Gabon, ont relancé les discussions sur l’état de tension qui prévaut dans un grand nombre de pays du continent, alors que les pays de l’Afrique occidentale et centrale ont été témoins d’une vaste série de changements géopolitiques, notamment en Afrique de l’Ouest, au Mali, au Burkina Faso, au Tchad, au Niger et dernièrement au Gabon.

Il nous arrive de constater nettement dans les coups d’État militaires en Afrique, que tous ont eu lieu dans des pays qui possèdent des ressources naturelles qualifiées de très importantes pour l’Union européenne.

Le monde, en particulier l’Occident, qui ne peut être qualifié que d’étrange, n’a pas réagi au coup d’État au Gabon de la même manière qu’il a traité le coup d’État au Niger. Il est vrai que les plateformes internationales et les grandes capitales ont condamné la prise du pouvoir par les militaires à Libreville et ont appelé au retour à la vie constitutionnelle, mais les réactions ont été douces et compréhensives dans la mesure où certains en Europe ont parlé d’un coup d’État précédent (celui du Niger), et cela pourrait avoir été à l’origine de ce qu’ont fait les militaires gabonais.

Il importe de noter que dans les pays d’Afrique subsaharienne, les revenus du pétrole et d’autres liquides représentent environ 45 % du produit intérieur brut du pays, car il dispose d’environ deux milliards de barils de pétrole brut prouvé. Les réserves pétrolières et les réserves de pétrole marin constituent environ 70% des réserves totales, et la production du Gabon a atteint 190.000 barils par jour en janvier 2023, avant de passer à 211.000 barils par jour en juillet 2023, selon les derniers rapports mensuels de l’OPEP.

Quelle est la cause principale de la vague de coups d’État en Afrique de l’Ouest ?

Il est prouvé, selon des rapports internationaux, qu’un nombre important de pays africains souffrent de fragilité, considérée comme l’une des principales causes des coups d’État, et que 15 des 20 pays qui se classent en tête de l’indice de fragilité dans le monde sont situés en Afrique. .

La réussite d’un coup d’État dans un pays génère un sentiment plus large d’instabilité, et « les soldats qui envisagent de commettre des tentatives de coup d’État » peuvent se sentir de plus en plus capables de le faire.

Quelles sont les répercussions des coups d’État dans la région ?

Quels que soient les facteurs à l’origine des coups d’État en Afrique de l’Ouest, ce qui n’est pas contesté, c’est que la vague a provoqué un choc majeur au niveau de la région, qui a mis tous les pays dans un état d’incertitude, craignant l’infection rapide qui afflige la région, comme Certains pays se sont précipités. Des pays africains ont réclamé des mesures de précaution, telles que des licenciements, des nominations et des changements dans le commandement de l’armée, pour empêcher les coups d’État, et l’on peut citer :

Le Cameroun – Le Rwanda – Le Sierra Leone – Le Libéria …

Pourquoi la position de la France est-elle donc différente face aux coups d’État au Niger et au Gabon ?

Contrairement à ce qui s’est passé au Niger, par exemple, qui possède le stock mondial d’uranium le plus important, et qui est un minerai très important pour la France dont dépend la production d’énergie, et le Gabon qui est l’un des 5 plus grands producteurs de pétrole, la France a réagi calmement au coup d’État au Gabon et, bien qu’elle ait condamné le coup d’État et appelé au respect des résultats des élections, Paris n’a pas mobilisé les voix internationales et régionales pour s’opposer aux autorités putschistes, ni menacé d’une intervention armée.

En réponse aux questions à ce sujet, le président français Emmanuel Macron a déclaré le vendredi 1er septembre que « la situation au Niger est très différente de ce qui se passe au Gabon », sans toutefois expliquer les raisons de cette différence.

Toutefois, le contraste de la position française après les deux coups d’État militaires au Niger et au Gabon a soulevé des questions sur les normes du président français, qui a déclaré que les situations à Libreville et à Niamey étaient très différentes.

Il convient de noter à cet effet qu’il n’y a pas eu au Gabon de manifestations de partisans du coup d’Etat dénonçant la présence française, à l’instar de celles observées au Niger, lors desquelles les manifestants avaient scandé divers slogans dont « A bas la France… Vive la Russie ».

D’ailleurs, même en surveillant avec une grande attention l’évolution de la situation au Gabon, Paris n’a pas exigé le retour du président gabonais, Ali Bongo, alors qu’il a confirmé le retour du président nigérien, Mohamed Bazoum, avec lequel Macron a déclaré s’entretenir quotidiennement.

On peut dire aussi que la France n’a pas utilisé le ton acerbe qu’elle a utilisé contre le coup d’État au Niger, lorsqu’elle a exigé le retour à l’ordre constitutionnel, et soutenu l’approche de la CEDEAO consistant à recourir à la force militaire pour rétablir Bazoum à son poste.

Paris n’a pas imposé également de sanctions économiques au Gabon, comme il s’est empressé de le faire avec le Niger.

Inquiétudes françaises

D’après certains politologues qui sont revenus sur cette divergence dans la politique française, la différence dans la manière dont la France (autant que d’autres pays européens) a réagi aux deux coups d’État ne fait pas l’objet d’une analyse politique, mais plutôt d’un fait qui a plusieurs raisons :

• Paris n’a pas encore peur des dirigeants du coup d’Etat survenu au Gabon

Ceux-ci n’ont pas exigé le retrait des forces françaises, ni menacé les intérêts de ses entreprises des secteurs minier et pétrolier, qui bénéficient d’un traitement préférentiel.

• L’opposition gabonaise semble plus dangereuse pour les intérêts de Paris que les putschistes

En effet, elle avait déjà manifesté contre la visite de Macron en mars dernier, et le chef de l’opposition a qualifié le coup d’État de « révolution de palais » (estimant que la famille du président est à l’origine du coup d’État pour éviter les protestations de l’opposition contre sa victoire aux élections, puis revenir au jugement d’une manière différente).

• L’état de santé du président gabonais Ali Bongo et l’histoire de sa famille qui a dirigé le pays pendant 53 ans.

Ce sont l’un des facteurs qui affaiblissent la pression de la France sur les putschistes. Comment Paris peut-il défendre une personne victime d’un accident vasculaire cérébral et héritière du pouvoir de son père, ce qui aurait été une gêne pour Paris.

• La situation au Niger est plus menaçante

Là précisément, il existe une possibilité d’expansion du groupe russe « Wagner », et les chefs militaires de Niamey exercent la pression la plus intense pour « expulser les forces françaises » et mobiliser la population contre Paris, sachant que la prise du pouvoir par l’armée a déclenché une onde de choc dans la région du Sahel et attiré des puissances mondiales dont les intérêts stratégiques sont en jeu.

• Enfin, ce qui se passe au Gabon et dans d’autres pays africains s’inscrit dans le cadre de la guerre des ressources entre la Russie et l’Occident

Il n’échappe aucunement aux spécialistes des affaires africaines que : les zones d’influence française sont devenues des zones faciles à l’expansion russe et, malgré la position des États-Unis d’Amérique aux côtés de l’Europe, la guerre en Ukraine, elle, ne lui offre rien en Afrique.

La France a de grands intérêts militaires et économiques dans les deux pays, mais il ne semble pas s’inquiéter de sa position au Gabon, qui révèle le « double standard » de l’Occident à l’égard de la démocratie, comme le voient les analystes politiques.

Dans le même contexte, la rédactrice en chef du journal égyptien Al-Ahram et et experte des affaires africaines, Asmaa Al-Husseini, a déclaré que les putschistes du Niger ont annulé les accords militaires avec la France, exigé le retrait de ses forces et annoncé l’expulsion de l’ambassadeur, une décision que Paris ne reconnaissait pas.

Asma al-Husseini, a rappelé que les putschistes nigériens ont annulé les accords militaires avec la France, exigé le retrait de ses forces, et annoncé l’expulsion de l’ambassadeur, décision qui n’est pas reconnue par Paris.

Cependant, au Gabon, selon Al-Husseini, Paris maintient des lignes de communication ouvertes et constate que son ancienne colonie a été témoin de plusieurs erreurs démocratiques et constitutionnelles après que le président Ali Bongo ait demandé un amendement constitutionnel pour lui permettre de diriger le pays pour un troisième mandat, sans compter les irrégularités qui ont entaché le processus électoral.


L’Occident inquiet mais…joue le double jeu

La position occidentale, et peut-être même internationale, sur le principe du coup d’État est devenue relative, malgré les déclarations de condamnation de l’Ouest et de l’Est et les appels au respect du processus constitutionnel.

Ce que l’on peut retenir de là, c’est qu’une approche malveillante commence à se développer au sein des capitales qui défendent la démocratie et les droits de l’homme, acceptant les changements en Afrique par d’autres moyens que ceux des urnes.

Si les États-Unis et leurs alliés voient que leurs intérêts en Afrique pour lutter contre l’expansion de la Chine et l’influence de la Russie en Afrique nécessitent de traiter avec les nouveaux régimes au pouvoir, même s’ils disposent de la puissance des armes militaires, alors cela vient de la mesure dans laquelle pour laquelle Moscou et Pékin dépendent du mouvement militaire pour renverser les cartes géostratégiques en Afrique.

Et si les jours prouvent que la France se contentait de se débarrasser de la seule personne d’Ali Bongo (sans nuire à l’influence de sa famille et de ses réseaux politiques) pour sauver son influence au Gabon, le remaniement de l’influence de Paris et d’autres capitales alliées et opposées à travers des coups d’État pourrait devenir une « tactique » attendue.

Même lorsque des combats ont éclaté entre l’armée soudanaise et les Forces de soutien rapide, ce qui est censé être qualifié, selon les normes en vigueur, de tentative de coup d’État contre l’autorité légitime, toutes les capitales concernées se sont mises d’accord pour adopter un ton neutre qui lisait le événement avec un autre œil qui semblait accepter toute issue de la guerre et était prêt à s’y adapter.

La France n’a plus qu’à s’en aller du Niger

Finalement, il semble que les autorités françaises ont déjà entamé des négociations avec les dirigeants de la junte militaire du Niger, dans le cadre d’un retrait « rapide » des forces françaises stationnées dans le pays, qui sont considérées, désormais, dans une situation « illégale ».

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Gabon, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here