Gabon : En 2023 le PRC compte bien jouer sa partition

4
Gabon : En 2023 le PRC compte bien jouer sa partition
Gabon : En 2023 le PRC compte bien jouer sa partition

Africa-Press – Gabon. Œuvrant pour la réconciliation, la réparation et la restauration (3R) du Gabon, le Parti du réveil citoyen (PRC) souhaite en cette année 2023, la matérialisation et la mise en œuvre de son engagement politique. Lors de sa cérémonie de présentation de vœux, le week-end écoulé, son président, qui a dressé un bilan sombre de la situation socioéconomique du pays en 2022, a assuré que le parti fera entendre sa voix et portera sa vision pendant les joutes électorales prévues. Le parti veut réconcilier les Gabonais avec leur démocratie et entend donc bien jouer sa partition pour y arriver.

Fondant sa vision sur les 3R : réconciliation, réparation, restauration, le Parti du réveil citoyen (PRC) souhaite pour cette année 2023, que son engagement politique trouve sa matérialisation et sa mise en œuvre effective. Lors de sa cérémonie de présentation de vœux aux instances du parti le 4 février, son président, Thérence Gnembou Moutsona, a rappelé que l’idée en 2023 est de se réconcilier avec la démocratie ; réparer des décennies de recul ainsi que les dégâts sur le corps social, la fragilisation de l’économie, la paupérisation grandissante ; et restaurer dès 2023 les valeurs de la République gabonaise : l’union, le travail et la justice ainsi que le mérite, la responsabilité et la solidarité.

2022, une année morose selon le PRC

«La Covid-19 ne suffirait pas à justifier la situation de notre pays en 2022», a déclaré Thérence Gnembou Moutsona, qui a évoqué une économie exsangue, la dette intérieure non apurée, les arriérés de primes et de pensions, le chômage endémique, la dégradation des infrastructures et offre de soins dans les hôpitaux, la non-prise en charge des jeunes. 2022, a-t-il énuméré, a été ponctuée par la corruption qui a continué de prospérer, la CNSS et la CNAMGS déclarée en faillite au point d’être confiées au secteur privé ; des routes coupées faute d’entretien, des quartiers inondés et des familles décédées dans des éboulements faute d’urbanisation maîtrisée ; la voie ferrée coupée, la vie chère qui met au jour la faiblesse de la production nationale.

S’il a indiqué que le parti a eu 2 ans en 2022 et a continué à se structurer avec à la clé, 7 délégations provinciales installées ainsi que des coordinations dans une dizaine de communes, 200 cellules créées sur l’ensemble du territoire national, l’adhésion de 4 000 personnes, il note que «tout n’a pas été parfait». Il appelle à faire entrer de nouvelles compétences, réunir plus de moyens financiers et matériels. «2023 est là», a-t-il interpellé insistant sur le fait qu’il s’agit d’une année politique ponctuée de 3 élections : présidentielle, législatives, locales. «Notre ambition nationale nous oblige à faire entendre notre voix, à porter notre vision pendant ces joutes électorales. Cela implique de continuer avec ardeur le travail d’implantation commencé dans tout le pays», a-t-il déclaré.

Redonner espoir aux Gabonais dès 2023

Si dans sa démarche, ce parti entend accorder une place de choix aux femmes et aux jeunes, il veut tout aussi convaincre les chrétiens de l’accompagner dans la prière, mais surtout de s’engager politiquement pour défendre leurs valeurs. «Nous ne pouvons plus accepter que chaque élection au Gabon soit source de contestation, de violence et de perte en vies humaines», a prononcé que Thérence Gnembou Moutsona pour qui, «le défi majeur de cette année électorale se trouve dans les conditions de transparence du scrutin». Considérant qu’un ensemble de préalables doit être mis en place avant, pendant et après les scrutins, il a annoncé que le PRC participera la concertation proposée par Ali Bongo dès le 13 février pour débattre de ces questions.

Estimant que le 2e défi majeur cette année électorale est celui de l’abstention et de l’inscription sur les listes électorales, le PRC veut donner un sens au combat politique et une espérance aux Gabonais. «Leur donner l’envie de croire que le changement qu’ils attendent depuis longtemps est possible», a dit Thérence Gnembou Moutsona. Dans cette optique, son parti lancera une campagne de sensibilisation et d’incitation à s’inscrire sur les listes électorales lorsque le processus sera ouvert. En mars, son Conseil national réunira tous les dirigeants du parti pour statuer sur l’organisation du parti, les grands axes politiques en 2023, son projet pour le Gabon, son positionnement et ses alliances pour les élections prévues.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Gabon, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here