Fondation Jeanne Ebori : Restitution à sa famille de la dépouille de bébé Moukouala

13
Fondation Jeanne Ebori : Restitution à sa famille de la dépouille de bébé Moukouala
Fondation Jeanne Ebori : Restitution à sa famille de la dépouille de bébé Moukouala

Africa-PressGabon. La famille de bébé Moukouala, né prématurément par césarienne le 21 juin et décédé le 3 juillet après 11 jours dans une couveuse, a pu récupérer la dépouille du nouveau-né le 21 juillet dernier. Celle-ci a été séquestrée 18 jours durant au sein de l’établissement hospitalier du fait d’impayés s’élevant à 817 415 francs CFA.

Marie Jeanne Bissosso et sa fille ont pu récupérer la dépouille de leur nouveau-né, le 21 juillet 2021, avant de l’inhumer. © Gabonactu

Après 18 jours de séquestration au Centre hospitalier universitaire Mère et Enfant de la Fondation Jeanne Ebori (CHUMEFJE), à Libreville, la dépouille de bébé Moukouala a quitté l’établissement de santé. prématuré né par césarienne le 21 juin et décédé le 3 juillet après 11 jours dans une couveuse, bébé Moukouala a été remis à sa famille le 21 juillet après une rude «bataille administrative».

«On nous a remis la dépouille et nous avons procédé à son inhumation», a déclaré Marie Jeanne Bissosso, la grand-mère du défunt, relayée par Gabonactu. Selon le média, ce happy end a été confirmé par une source de la Fondation Jeanne Ebori ayant requis l’anonymat. «Nous avons même aidé la famille à sortir la dépouille sans payer les frais de conservation à la morgue dont la facture commençait déjà à être très élevée», a révélé ladite source.

Le 12 juillet dernier, les mère et grand-mère du défunt ont exprimé leur détresse après que la Fondation Jeanne Ebori ait décidé de séquestrer la dépouille du nouveau-né pour défaut de paiement du facture. Pour les 11 jours d’hospitalisation du bébé, la facture s’élevait à plus de 1,8 million de francs CFA. La mère étant assurée par la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (CNAMGS), la quote-part à payer par la famille revanait à 817 415 francs CFA.

Malheureusement, famille démunie ne parvenait pas à réunir cette somme. La Fondation Jeanne Ebori aurait même refusé l’avance de 150 000 francs CFA que proposait la famille. D’où la séquestration de la dépouille. Finalement, tout est bien qui finit bien.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here