Grande muraille de Chine : à la découverte d’une forteresse contre les envahisseurs

3
Grande muraille de Chine : à la découverte d’une forteresse contre les envahisseurs
Grande muraille de Chine : à la découverte d’une forteresse contre les envahisseurs

Africa-Press – Guinée. Une trentaine de journalistes africains de l’édition 2024 du programme d’échange du Centre international chinois de la presse et de la communication a visité la Grande muraille, à 60 kilomètres au nord de Pékin en République populaire de Chine, lundi 22 avril 2024.

Dans la matinée du lundi 22 avril 2024, une trentaine de journalistes africains de l’édition 2024 du programme d’échange du Centre international chinois de la presse et de la communication a visité la Grande muraille de Yuyangguan, à 60 kilomètres au nord de Pékin en République populaire de Chine.

La Grande muraille de Chine, comme son nom l’indique, est un mur immensément long qui a servi autrefois de protection contre les envahisseurs. Certaines sources laissent entendre qu’il a fallu 20 siècles pour que les empereurs de Chine finissent sa construction.

Elle s’étend sur plus de 20 000 km depuis la côte jusqu’au désert de Gobi avec des murs d’une hauteur moyenne de 6 à 7 mètres et d’une largeur moyenne de 3 à 4 mètres.

En 1987, la Grande muraille de Chine a été inscrite au patrimoine mondial de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO).

Au regard de l’immensité du site touristique, les hommes et femmes de médias africains ont visité la section de Yuyongguan, qui est la plus proche du centre-ville de la capitale chinoise (60 km).

En effet, la Grande muraille de Yuyongguan doit son nom au col de Juyongguan, l’un des trois grands cols de la Grande muraille de Chine (en plus des cols Jiayuguan et de Shanhaiguan).

La section de Yuyongguan fut le théâtre de nombreuses batailles. Les pentes des deux côtés du col de Juyongguan sont recouvertes d’un feuillage dense. Le ravin est flanqué de montagnes où coulent des ruisseaux tout au long de l’année.

Après une visite guidée des lieux qui drainent du monde, la trentaine de journalistes africains s’est lancée à l’assaut des 12 stations de la section de Yuyongguan.

Certains n’ont même pas tenter l’ascension pour diverses raisons. En revanche, d’autres, la majorité des journalistes africains se sont lancés à l’assaut du point culminant de la section de Yuyongguan.

Malheureusement, la fatigue, la soif et la chaleur ont poussé bon nombre de journalistes à jeter l’éponge. Seuls les plus courageux et surtout curieux, ont pu atteindre la 12e station.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Guinée, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here