L’AEDH forme 40 enseignants sur les questions des droits de l’homme

1
L’AEDH forme 40 enseignants sur les questions des droits de l’homme
L’AEDH forme 40 enseignants sur les questions des droits de l’homme

Africa-Press – Guinée. Dans le but d’inculquer aux tout-petits la question des droits de l’homme, l’Association pour l’éducation des droits humains en Guinée/Suisse et des jeunes pour les droits de l’homme renforcent les capacités de quarante (40) enseignants d’écoles privées et publiques de Conakry. L’ouverture du séminaire a connu la présence de responsables communaux de l’éducation.

L’Association pour l’éducation des droits humains en Guinée qui s’est fixé pour objectif de contribuer efficacement à la promotion des droits de l’homme, a jugé utile de passer par les enseignants pour atteindre les enfants.

La démarche, selon le vice-président de l’association, ‘’c’est donner des outils didactiques et pédagogiques aux enseignants dans un but d’enseigner aux enfants, à la nouvelle génération les principes des droits de l’homme’’.

Maurizio Pellitteri précise qu’au cours de la formation, ‘’nous avons des documents qu’on va pouvoir transmettre aux enseignants. Ce sont des kits d’éducateurs spécialisés. Ces kits vont leur donner tous les outils nécessaires pour mettre en place des leçons qu’ils pourront faire auprès de leur élèves. Le principe même de l’éducation, c’est enseigner pour que les gens deviennent responsables de ce qu’ils apprennent. Si les droits ne sont pas connus, ils ne peuvent pas être ni respectés pour soi-même ni pour les autres’’.

Il soutient que son association ambitionne de ‘’donner la possibilité à des enfants d’accéder à ce savoir et de l’appliquer dans la vie de tous les jours les droits de l’homme. Les droits de l’homme sont importants. Car, sans droits de l’homme, on n’a pas de sécurité, on n’a pas la possibilité de s’exprimer et de vivre librement’’.

Le président de l’Association pour l’éducation des droits humains de Guinée (AEDHG), Dr Sadou Diallo rappelle que ‘’les enfants ont des droits. Malheureusement, ils ne les connaissent pas. Donc les premières personnes à leur inculquer cela, sont les enseignants. C’est pourquoi, nous avons jugé nécessaire de commencer avec les enseignants qui à leur tour feront le travail avec les élèves’’.

Ce docteur en droit public et enseignant chercheur ambitionne, à travers son association, d’organiser chaque deux mois un séminaire de formation à l’intention des enseignants afin mieux faire avancer et promouvoir les questions des droits de l’homme en Guinée. ‘’Notre objectif, c’est de toucher tout le pays et d’aller vers d’autres Etats francophones à long terme’’, annonce-t-il.

Sékou Oumar Camara, instituteur à l’école primaire Kwame Nkrumah, s’est dit heureux de participer à la formation. Il souligne l’importance de promouvoir les droits de l’homme au sein des établissements d’enseignement. ‘’Pas plus tard qu’avant-hier, je dispensais un cours sur les droits des enfants à mes élèves. Participer à cette formation me permet de renforcer mes capacités’’, rassure cet enseignant.

Abdoulaye Bella DIALLO

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Guinée, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here