Recrutement de 250 enseignants-chercheurs : une mesure urgente pour améliorer la qualité de l’enseignement

1
Recrutement de 250 enseignants-chercheurs : une mesure urgente pour améliorer la qualité de l’enseignement
Recrutement de 250 enseignants-chercheurs : une mesure urgente pour améliorer la qualité de l’enseignement

Africa-Press – Guinée. Dans une note technique, le ministre Alpha Bacar Barry a exprimé à son homologue de la fonction publique un besoin crucial de recruter 250 enseignants-chercheurs guinéens ou étrangers, titulaires de doctorat, pour les institutions d’enseignement supérieur de Guinée.

Le ministre Barry justifie sa requête par la nécessité de renforcer la qualité de l’enseignement supérieur et à favoriser l’échange interculturel et scientifique au sein de nos institutions. Ces nouvelles recrues viendront en complément des 855 enseignants homologués en cours de recrutement dans le cadre de l’accord signé avec le syndicat en 2023.

Le patron du département en charge de l’enseignement supérieur rappelle que selon la loi L0016 portant statut particulier des Etablissements publics à caractère scientifique (EPS), le doctorat est le diplôme requis pour être qualifié d’enseignants-chercheurs en République de Guinée.

Tenez-vous bien ! Selon les statistiques officielles, seuls 22,44% des enseignants-chercheurs possédaient un doctorat en 2023, 38,81% sont titulaires d’un master, 21,92% d’une maîtrise et 9,91% étaient d’une licence. Parmi les enseignants-chercheurs, 8,0% étaient des enseignants de rang magistral, donc ayant le titre de professeur ou Maître de conférences.

Selon la répartition, les enseignants de rang magistral sont mieux représentés à l’Université Général Lansana Conté de Sonfonia Conakry et à l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry, avec respectivement 14,47% et 14,36%. Les données révèlent que l’Institut supérieur de formation à distance (ISFAD) et l’Institut supérieur de commerce et administration des entreprises en Guinée (ISCAEG) ont les plus faibles proportions d’enseignants de rang magistral, avec respectivement 1,56% et 1,45%.

L’Institut supérieur des technologies (IST) de Mamou, l’Institut supérieur des arts et métiers (ISAMK) de Dubréka, et l’Institut supérieur d’architecture et d’urbanisme (ISAU) ne disposent d’aucun enseignant de rang magistral.

Sur la base de ces chiffres, le ministre Alpha Bacar Barry estime qu’il ressort clairement que ‘’le système de l’enseignement supérieur guinéen est confronté à une pénurie d’enseignants qualifiés dans plusieurs disciplines”. Une situation qui impacte négativement la qualité de l’enseignement dispensé aux étudiants et limite les opportunités de recherche et d’innovation dans nos établissements.

Favoriser l’échange interculturel et scientifique

Aux dires du ministre Barry, le recrutement de ces enseignants-chercheurs contribuera à favoriser l’échange interculturel et scientifique au sein des établissements d’enseignement supérieur.

Il assure que les enseignants étrangers apporteront avec eux leurs connaissances, leurs méthodologies de recherche et leurs expériences internationales. Ce qui permet d’enrichir l’environnement académique et encouragera les collaborations avec des institutions étrangères.

Un recrutement pour attirer des talents et retenir des compétences⁠

Le ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation avance que le recrutement de 250 enseignants-chercheurs permettra d’attirer des talents et de retenir les compétences dans notre pays.

Il rajoute qu’en offrant des opportunités d’emploi attractives et compétitives, la Guinée incite les enseignants-chercheurs guinéens à poursuivre leur carrière dans les institutions d’enseignement supérieur du pays, tout en attirant des experts étrangers qui peuvent contribuer à la formation de la prochaine génération d’enseignants-chercheurs et de chercheurs guinéens.

Il rassure que le processus de recrutement sera transparent, équitable et basé sur des critères de sélection rigoureux. ‘’Des comités de recrutement composés de membres internes et externes devraient être mis en place pour évaluer les candidatures et sélectionner les enseignants-chercheurs les plus qualifiés’’, annonce-t-il.

A son homologue François Bourouno de la fonction publique, le ministre Alpha Bacar Barry indique que le recrutement de 250 enseignants-chercheurs guinéens ou étrangers, de tout âge, est une ‘’mesure urgente pour améliorer la qualité de l’enseignement, stimuler la recherche scientifique et favoriser l’échange interculturel’’.

Il l’exhorte de prendre en considération cette demande à travers des mesures concrètes pour répondre à ce besoin crucial.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Guinée, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here