Atelier de validation du Manuel de Procédure de l’Inspection Générale des Services du Ministère de l’Education Nationale : Promouvoir la gestion publique et renforcer les règles de bonne gouvernance

2
Atelier de validation du Manuel de Procédure de l’Inspection Générale des Services du Ministère de l’Education Nationale : Promouvoir la gestion publique et renforcer les règles de bonne gouvernance
Atelier de validation du Manuel de Procédure de l’Inspection Générale des Services du Ministère de l’Education Nationale : Promouvoir la gestion publique et renforcer les règles de bonne gouvernance

Africa-Press – Niger. Du 4 au 6 mai, le Ministère de l’Education Nationale, avec le soutien financier de l’Unicef, a organisé dans le département de Kollo un atelier de validation du Manuel de Procédure de l’Inspection Générale des Services du Ministère de l’Education Nationale. C’est le ministre de l’Education Nationale, Pr Ibrahim Natatou, qui a présidé le mercredi 4 mai l’ouverture des travaux. Ces échanges autour de ce précieux outil découlent de la détermination dudit Ministère d’améliorer la gouvernance de l’administration scolaire, conformément à la vision des autorités du Niger. L’ouverture des travaux a été marquée par la présence des cadres dudit ministère ainsi que le préfet du département de Kollo, M. Ibrahim Kiamogo.

Cette rencontre a pour vocation de soumettre aux participants le draft du manuel préparé laborieusement par l’équipe de l’Inspection Générale des Services du Ministère de l’Education Nationale.

Cet atelier se veut aussi un cadre d’échanges sur les grandes préoccupations de l’heure en rapport avec la gouvernance de l’administration scolaire.

A l’ouverture des travaux, le ministre Ibrahim Natatou a rassuré les participants que la pertinence d’un tel manuel méthodologique n’est point à démontrer, car il vise à améliorer l’efficacité du travail de l’Inspection Générale des Services, tout en harmonisant et en balisant sa méthodologie de travail, dans le contexte actuel où l’irrégularité des pratiques et actes administratifs a tendance à devenir la règle. En effet, a-t-il ajouté, ce manuel, qui se veut avant tout un véritable outil méthodologique, permettrait aux inspecteurs des services, non seulement d’apporter une assurance raisonnable quant à la conformité des pratiques et actes de gestion courante par rapport aux référentiels de procédures, de normes et réglementations en vigueur, mais également de mener à bien leurs missions.

Pour le ministre de l’Education Nationale, c’est donc un document de référence pour les inspecteurs, car il traite d’une part d’un volet sur des « Généralités » englobant toutes les données théoriques de base que doivent maîtriser les inspecteurs des services en termes de méthodologie, de techniques et d’outils, et d’autres part, d’un volet « pratique » en tant qu’outil d’orientation pour la conduite des missions d’inspection programmées dans le cadre de leurs prérogatives.

« Enfin, au-delà de sa portée de document de référence théorique et pratique, ce manuel pourrait servir comme un excellent support de formation pour toute personne désireuse de travailler efficacement en tant qu’inspecteur des services en éducation », a-t-il déclaré.

Présent à l’ouverture de ces travaux, le préfet du département de Kollo, M. Ibrahim Kiamogo a réaffirmé tout l’intérêt qu’il attache à la présence du ministre de l’éducation nationale à l’ouverture de l’atelier de validation du manuel de procédures de l’Inspection Générale des Services du Ministère de l’Education Nationale. Selon lui, la conception de ce document est une opportunité pour stimuler la refonte globale de la fonction d’inspection. « Ce Manuel est conçu dans l’objectif d’harmoniser et d’unifier les méthodes de travail des inspecteurs des services et de hisser ces méthodes au niveau des normes internationales et des bonnes pratiques dans le domaine de l’inspection et du contrôle. L’adoption de ce Manuel renforcerait également la crédibilité de la mission de l’Inspection Générale des Services du Ministère de l’Education Nationale et lui conférerait la légitimité requise. Il servira également comme document d’appui dans la formation des inspecteurs des services », a-t-il conclu.

Par Mamane Abdoulaye(onep)

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Niger, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here