Covid : 4 bonnes nouvelles concernant les nouveaux traitements à l’essai contre la maladie

3
Covid : 4 bonnes nouvelles concernant les nouveaux traitements à l'essai contre la maladie
Covid : 4 bonnes nouvelles concernant les nouveaux traitements à l'essai contre la maladie

Africa-PressNiger. Depuis le début de la pandémie de coronavirus, pas moins de 2 700 essais cliniques de traitements expérimentaux du covid-19 ont été signalés dans le monde. Ces essais impliquent des humains.

C’est ce que montrent les données de la plateforme internationale de registres des essais cliniques, qui recueillent les dossiers de ces études sur le point de commencer.

À ce jour, environ 1 600 essais sont en train de recruter des volontaires ou ont déjà atteint ce stade d’expérimentation, qu’il s’agisse de médicaments, de certains types de vaccins ou même de thérapies alternatives.

Les agences sanitaires exigent des essais cliniques pour démontrer la sécurité et l’efficacité d’un traitement et son enregistrement et sa commercialisation ultérieurs.

En Amérique latine, le Brésil est le pays qui compte le plus d’essais cliniques liés au covid-19 prévus ou en cours sur son territoire : 159.

Dans le monde, le leader est les États-Unis, avec 532.

Face à ces centaines de paris, nous présentons quatre traitements expérimentaux contre le covid-19 qui ont montré des progrès au cours du dernier mois au Brésil et dans le monde, bien qu’ils soient encore à différentes phases de test pour confirmer leur sécurité et leur efficacité.

1. Sérum développé au Brésil

Mercredi dernier, l’Agence nationale de surveillance de la santé (Anvisa) a donné le feu vert au lancement des essais cliniques d’un sérum mis au point par l’institut Butantan, lié au gouvernement de l’État de São Paulo.

Le sérum, un liquide injectable riche en anticorps contre le coronavirus, est destiné aux personnes déjà infectées et vise à ralentir l’aggravation de la maladie, en l’empêchant d’attaquer les poumons, par exemple.

Les essais sur les cobayes ont été “extrêmement” efficaces, a indiqué M. Butantan.

Il n’y a pas encore de date fixe, mais les essais sur l’homme devraient commencer bientôt, a expliqué Ana Marisa Chudzinski Tavassi, biochimiste et directrice du centre de développement et d’innovation de l’institut, à BBC News Brésil.

Le nombre de volontaires est également en cours de définition, mais en raison de la nature du traitement, la couverture est plus faible que dans les essais de vaccins.

Les vaccinations sont conçues pour être appliquées à la population générale et ont une fonction préventive, différente du traitement d’une personne déjà infectée, comme le fait le sérum.

Butantan est responsable de la production et de la fourniture d’autres sérums dans tout le pays, tels que les sérums contre la rage et le venin de serpent.

Dans le traitement mis au point pour la nouvelle maladie, le coronavirus a été isolé chez un patient, multiplié, inactivé et administré aux chevaux à une dose sûre pour éviter qu’ils ne tombent malades.

Les animaux fonctionnent comme des “usines” à anticorps : c’est-à-dire qu’une fois en contact avec le virus, ils produisent des anticorps qui sont ensuite extraits pour fabriquer un sérum utilisable chez l’homme.

“Le Mexique et le Costa Rica, entre autres pays, ont produit des sérums. L’Argentine dispose déjà d’un sérum dont l’utilisation est autorisée pour les patients en général et qui donne de très bons résultats”, déclare M. Chudzinski.

“Ces sérums ont été fabriqués pour (attaquer) une partie de la protéine spike du virus. Notre différence est que nous travaillons avec l’ensemble du virus. Cela peut être un avantage par rapport aux variantes qui existent, car les grandes variations se produisent précisément dans le pic”, explique-t-il.

Le pic est le nom donné à la protéine qui s’accroche aux cellules humaines pour provoquer l’infection par le coronavirus.

“Nous avons déjà travaillé in vitro avec les variantes P.1 et P.2. Nous avons également constaté, lors de tests sur des cobayes, une nette réduction de la charge virale et une préservation des poumons le jour suivant le traitement”, déclare M. Chudzinski, mais il ajoute que ces résultats n’ont pas encore été publiés.

Les essais cliniques permettront de vérifier, en phase 1, si le sérum peut être utilisé en toute sécurité ; en phase 2, quelle serait la dose idéale ; et en phase 3, s’il est efficace chez un grand nombre de personnes.

2. Antiviral en cours de test

Un autre traitement en cours d’évaluation qui a atteint la première phase des essais cliniques est un antiviral oral développé par Pfizer.

La société a annoncé le 23 mars que les expériences avec des patients aux États-Unis avaient commencé.

Selon la société, l’antiviral a montré une action “puissante” lors de tests in vitro en laboratoire et est conçu pour être utilisé dès les premiers signes de covid-19.

Le médicament de Pfizer est un inhibiteur de la protéase, une enzyme essentielle à la multiplication du virus.

“La protéase est essentielle au développement du virus, et les médicaments qui l’attaquent stoppent certains des premiers stades de l’infection, empêchant le virus de se répliquer”, a déclaré à BBC News le virologue Stephen Griffin de l’université de Leeds.

Les inhibiteurs de protéase sont déjà utilisés contre les virus du VIH et de l’hépatite C. Même l’un de ces médicaments, le lopinavir-ritonavir, utilisé à l’origine contre le VIH, a été inclus dans un grand projet de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) visant à tester des traitements jugés prometteurs par l’organisme contre le covid-19.

Cependant, quelques mois après le début du projet, appelé Solidaridad, l’OMS a annoncé qu’elle avait arrêté les études sur le lopinavir-ritonavir parce que les recherches n’avaient pas montré que le traitement avait un effet sur la réduction de la mortalité chez les personnes hospitalisées.

Pour l’instant, la première phase des essais cliniques annoncés par Pfizer évaluera principalement la sécurité du médicament, en surveillant les éventuels effets indésirables.

3. Cocktail : objectifs atteints dans la troisième phase

Dans la phase 3, à laquelle plus de 4 500 personnes ont participé, les tests avec un cocktail développé par la société pharmaceutique Roche ont donné de bons résultats, qui ont également été annoncés le 23 mars.

Le cocktail, une combinaison des substances casirivimab et imdevimab avec application intraveineuse, est un type de traitement basé sur les anticorps dits monoclonaux, qui est appliqué lorsque les anticorps d’une personne ayant guéri de la maladie sont isolés et copiés en laboratoire.

Les volontaires étaient des personnes infectées par le coronavirus, non hospitalisées, mais présentant un risque d’aggravation de la maladie.

Selon Roche, le cocktail a réduit de 70 % le risque d’hospitalisation et de décès par rapport au placebo (un traitement inoffensif). C’était l’objectif principal à vérifier par l’étude.

Mais les objectifs secondaires ont également donné de bons résultats, comme la réduction de la durée des symptômes de 14 à 10 jours. Les effets indésirables étaient statistiquement insignifiants, n’apparaissant que chez 1% des patients.

Plusieurs autres expériences sont en cours avec le casirivimab et l’imdevimab, notamment le projet Recovery, une série d’essais à grande échelle au Royaume-Uni avec des traitements potentiels pour le covid-19.

Dans un communiqué, Roche a déclaré qu’elle partagerait les résultats avec les agences sanitaires américaines et européennes, indiquant son intention d’enregistrer et de commercialiser le produit. La société pharmaceutique a également l’intention de divulguer les données dans une revue scientifique.

4. L’antiviral qui peut réduire la charge du virus

Le 6 mars, les sociétés pharmaceutiques MSD et Ridgeback ont présenté les résultats préliminaires d’un essai clinique de phase 2 portant sur le molnupiravir, un antiviral oral, et impliquant 202 personnes non hospitalisées infectées par le coronavirus aux États-Unis.

Selon un communiqué de presse, après le cinquième jour de traitement, la charge virale était réduite chez les personnes ayant reçu le traitement.

En outre, les effets indésirables ont été considérés comme non pertinents et sans rapport avec le médicament. Les détails et les autres résultats de la phase 2, y compris les critères d’évaluation primaires, seront publiés prochainement, selon le consortium.

D’autres essais de phase 2 et 3 sont également en cours avec le médicament antiviral.

Le molnupiravir inhibe la réplication des virus à ARN tels que le SRAS-CoV-2, et a donné de bons résultats en laboratoire non seulement avec cet agent pathogène, mais aussi avec d’autres tels que le SRAS-CoV-1 et le MERS.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here