L’Afrique risque d’être « paralysée » par les enjeux de l’Occident pour les énergies vertes

1
L’Afrique risque d’être
L’Afrique risque d’être "paralysée" par les enjeux de l’Occident pour les énergies vertes

Africa-Press – Tchad. Le continent africain, qui éprouve des difficultés énergétiques, se fait priver par l’Occident d’investissements censés développer ses hydrocarbures. Poussée vers les énergies renouvelables moins fiables, l’Afrique risque de voir sa sécurité énergétique « paralysée », a estimé auprès de Sputnik un expert sud-africain en la matière.

Subissant de nombreuses pénuries dont celles énergétiques, l’Afrique se voit entraver par l’Occident concernant l’exploration de ses énormes gisements d’hydrocarbures. En cause: la transition énergétique verte qu’il impose.

« Les restrictions d’investissements imposées par les institutions financières occidentales immobilisent le marché gazier africain. Sans financement, les taux de pauvreté énergétique augmenteront considérablement », a-t-il souligné.

Le développement énergétique piétinera de même sur le continent:

Opter pour des énergies moins fiables

Dans cette situation qui laisse à désirer, le continent subit en plus de cela la pression exercée par l’Occident pour se réorienter vers les énergies renouvelables. Cependant, celles-ci ne s’avèrent pas très stables, dépendant fortement des conditions météorologiques.

C’est pour cette raison que cette réorientation menace de « paralyser le continent », a mis en garde NJ Ayuk.

« C’est le cas du Kenya, qui est largement considéré comme à l’avant-garde de la transition énergétique en Afrique » avec son parc éolien de 310 MW du lac Turkana et la centrale solaire de 50 MW de Garissa. Les deux assurent 15% d’énergie de toute la production nationale. Mais les installations ont connu une grave instabilité de la tension, poursuit l’expert en citant Perspectives 2022:

S’y ajoute un autre problème, la dépendance « presque totale » de l’Afrique vis-à-vis des équipements et de l’expertise étrangers en matière d’énergies renouvelables. La majorité des dispositifs solaires et des éoliennes sont fabriqués en Chine, en Europe ou aux États-Unis, qui fournissent également une formation et des technologies liées à l’installation, à la maintenance.

Sécurité électrique en Afrique

Seuls neuf sur 54 pays africains bénéficient d’un taux d’électrification de 85% ou plus, selon l’Agence internationale de l’énergie. Ce sont l’Afrique du Sud, l’Algérie, l’Égypte, le Gabon, le Ghana, le Kenya, la Libye, le Maroc et la Tunisie.

Même les pays dotés de grandes réserves de pétrole et de gaz comme l’Angola, le Congo, le Nigeria, l’Ouganda et le Soudan ont été incapables de fournir à la grande majorité de leurs citoyens l’accès à ces ressources. 38% de Nigérians, 57% d’Angolais et 71% d’Ougandais n’ont pas accès à l’électricité, détaille l’institution.

Pour les pays disposant de plus petites réserves d’énergie et ceux qui n’ont pas d’actifs pétroliers et gaziers prouvés, les chiffres sont encore plus sombres, avec seulement 9% des Tchadiens et des résidents de la République démocratique du Congo raccordés au réseau électrique. 12% des Libériens, 14% des résidents du Niger et 18% des Somaliens y ont accès.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Tchad, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here