L’heure est grave : une importante lettre tombe sur la table de Paul Biya

1
L’heure est grave : une importante lettre tombe sur la table de Paul Biya
L’heure est grave : une importante lettre tombe sur la table de Paul Biya

Africa-Press – Cameroun. Lettre ouverte du Collectif des enseignants indignés de l’éducation de base au président de la République

Réunis sous l’oriflamme du mouvement‘‘Trop c’est trop’’ ,ce Collectif requière la signature du statut spécial déposé et soumis à l’appréciation de la Commission chargée de résoudre les difficultés des seigneurs de la craie.Ci-dessous l’intégralité de la lettre ouverte adressée au Chef de l’Etat.

Nous, enseignants au Ministère de l’Education de Base, regroupés au sein du Mouvement ’’Trop c’est trop’’ (Tct) avons l’insigne honneur de venir porter à votre très haute connaissance nos différentes revendications relatives à l’exercice de notre fonction. En effet, malgré vos très hautes instructions du 09 mars 2022 visant à apporter des solutions aux problèmes des enseignants qui étaient entrés en grève quelque temps plutôt, rien n’a été fait jusqu’ici, ou tout au moins quelques balbutiements sans qu’une application véritable ne soit observée. En effet, cette non application de vos très hautes instructions a engendré la remobilisation du mouvementTct, lequel a manifesté son ras le bol en entrant de nouveau en grève le 16 octobre 2023 suite aux différents recours de revendications et à un préavis de grève dûment déposé auprès des autorités compétentes. Dès lors des réunions se sont succédées entre les membres du gouvernement en charge de l’Education, le Seca et l’intersyndicale des enseignants. Malheureusement, à l’issue de toutes ces rencontres, aucune résolution satisfaisante immédiate n’a été prise pourredonner’’le feu sacré’’ prôné dans votre discours depuis le 10 février 2013 à l’égard des enseignants.

Par ailleurs, la commission gouvernementale en charge de l’éducation a renvoyé le débat sur le statut particulier de l’enseignant au ForumNational de l’Education prévu pour une date encore incertaine.Notonstout demême que ce statut particulier de 2000 devenu d’ailleurs désuet n’a jamais eu son décret d’application quoi que de nos jours, nous, collectif Tct réclamons la signature du statut spécial qui a été déposé etsoumis à l’appréciation de la commission chargée de résoudre nos difficultés. Excellence, comment devrions nous encore avoir foi à la tenue de ce forum quand nous savons que le 02 mars 2016, la commission nous rassurait de sa tenue en 2017. Nous n’oublions pas les Etats généraux de 1995 qui n’ont jamais résolu concrètement les revendications des enseignants si ce n’est ce fameux statut particulier de 2000 resté dans les oubliettes. Nous ne voulons donc plus des promesses fallacieuses mais des ac- tes concrets. De la sorte, nous collectif Trop c’est Trop disons qu’il est inadmissible que la problématique du statut spécial soit renvoyée au Forum National de l’Education et revendiquons sa signature et son décret d’application. Excellence, Monsieur le Président de la République, fort de la grève qui perdure au sein de l’Education de Base mettant ainsi en mal l’éducation de nos jeunes enfants, le collectif Tct a hâte de reprendre les enseignements car la formation intégrale est une garantie pour le développement de notre très cher et beau pays le Cameroun.Ainsi donc parle biais de cette requête, les enseignants de l’éducation de Base portent à votre très haute attention les revendications qui sont déclinées ci-dessous en cinq grands points: 1- La signature du statut spécial des enseignants et son décret d’application, 2- Le paiement de toute la dette due aux enseignants et sans toutefois oublier le rappel de salaire de prise en charge des Icr 2 qui jusqu’ici n’est jamais perçu, 3- L’automatisation de nos actes de carrière avec effet financier immédiat, 4- Le recrutement massif des titulaires de Capiemp sur étude de dossiers et suivant l’ancienneté, 5- Un véritable statut ainsi qu’un profil de carrière pour les instituteurs exerçant dans les établissements privés.

Excellence Monsieur le Président de la République, dans l’espoir que nos revendications seront prises en considération, nous vous exprimons notre plus vive gratitude et l’assurance de notre très haute considération.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Cameroun, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here