La justice ne sera pas faite grâce aux « alliés » russes

5
La justice ne sera pas faite grâce aux « alliés » russes
La justice ne sera pas faite grâce aux « alliés » russes

Africa-Press – CentrAfricaine. Dans la dernière interview de Faustin Archange Touadéra du 4 novembre, le président Centrafricain réfute à nouveau les exactions des mercenaires russes en Centrafrique.

Or, malgré ces exactions qui sont signalées par plusieurs enquêtes menées par les experts des Nations Unis et qui sont même reconnues par une enquête nationale ordonnée par le président Touadéra lui-même, au lendemain des tueries de Bossangoa du 21 juillet 2021, le représentant de l’Etat continue de nier les faits.

Il indique dans cette interview que seules des décisions de justice pourront condamner les auteurs de ces actes, c’est un discours honorable, un discours de politicien. Mais dans les faits, comment faire marcher la justice lorsque les témoins de ces actes ignobles ne peuvent témoigner ?

Les hommes de Wagner étouffent toutes les affaires dans lesquelles ils sont impliqués. Pour cela, ils donnent de l’argent et n’hésitent pas à menacer de mort voire de tuer ceux qui tenteraient de dire la vérité, que ce soit la population ou bien les représentants de l’Etat en province. Le pays n’est plus souverain, il est dirigé par ses « alliés », sans se soucier des conséquences.

Preuve en est, lorsque le ministre de la justice a publié l’enquête nationale mettant en cause les FACA et ses alliés russes, la Présidence et le représentant des « instructeurs » russes ont démenti les propos. Le ministre a même dû faire évacuer sa famille de peur des représailles que cela pouvaient engendrer, pourtant il ne faisait que son travail.

Dès que les hommes de Wagner sont mis en cause, des actions sont menées pour cacher la vérité. On se rappelle le triste sort réservé à Nadia Carine Poutou Fornel, Présidente de l’association des femmes juristes, retrouvée morte le 24 juin 2021 dans un incendie criminel avec ses trois enfants, alors qu’elle s’occupait des femmes violées par ces soit disant « instructeurs russes », autrement appelés mercenaires de Wagner.

Ce fut également le cas pour trois journalistes russes, venus enquêter sur la présence des mercenaires russes en Centrafrique, et qui ont été retrouvés exécutés par balle pendant leur reportage, le 31 juillet 2018.

La société militaire privée Wagner œuvrant en Centrafrique est bel et bien présente, pas pour rétablir la paix, mais pour permettre aux russes de s’enrichir en exploitant les ressources naturelles du pays. En favorisant l’enrichissement des représentants de l’Etat, la SMP garde le contrôle de la politique centrafricaine, qui n’a pas intérêt à s’en séparer. L’intérêt personnel prime sur l’intérêt commun, et c’est la population qui continue de pâtir de la situation.

Une entreprise privée faisant régner la terreur n’est pas une solution pour résoudre la crise d’un pays.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la CentrAfricaine, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here