LA FRANCE PERD SON INFLUENCE EN AFRIQUE

0
LA FRANCE PERD SON INFLUENCE EN AFRIQUE
LA FRANCE PERD SON INFLUENCE EN AFRIQUE

Africa-PressCentrAfricaine. Omar Mbiko, journaliste, publiciste, spécialiste de l’Afrique centrale et de l’Ouest avait exprimé son opinion sur les derniers événements dans le centre de la capitale guinéenne Conakry.
Les militaires ont brandi le drapeau de la Guinée, annoncé la fin du règne d’Alpha Condé, un ancien opposant historique qui a amendé la constitution avant la fin de son second mandat présidentiel, ce qui lui a permis de briguer un troisième mandat injuste et controversé, et qui a fini par nuire à sa réputation auprès du peuple.
Plus tard, la junte qui a pris le pouvoir a annoncé que Condé n’avait pas été blessé, que sa sécurité était garantie et qu’il était autorisé à contacter ses médecins. Les putschistes en Guinée ont également imposé un couvre-feu national.
Omar Mbiko nous rappelle qu` en 2010, Alpha Condé est devenu le premier président démocratiquement élu de cette ancienne colonie française d’Afrique de l’Ouest.
Parlant de l’État français, le journaliste dit que Paris a pour sa part condamné la tentative de prise de pouvoir par la force en Guinée, appelant à la libération immédiate et inconditionnelle du président Alpha Condé, selon un communiqué publié par le ministère français des Affaires étrangères.
Le communiqué indique que Paris se joint à l’appel de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest, à condamner la tentative de prise de pouvoir par la force dimanche et à exiger un retour à l’ordre constitutionnel.
Il est très clair que ce coup d’État historique, longtemps attendu par le peuple guinéen, n’est pas dans l’intérêt de Paris et ne sert en rien ses ambitions, et il n’était pas du tout planifié. Encore une colonie perdue sur le continent africain.
Omar Mbiko estime que la position et la popularité de la France sur le continent africain se sont sensiblement effondrées ces dernières années, notamment avec la politique du président actuel Emmanuel Macron et ses relations autoritaires avec les pays africains, et ainsi le continent noir n’est plus prêt pour une telle relation, ce qui a rendu les dirigeants des pays africains recherchent de nouveaux partenaires et concluent des partenariats au service des deux parties. L’exemple le plus frappant de ces pays est la République centrafricaine, le Mali et d’autres pays.
En parlant du Mali, le publiciste constate que l’opération française qui a été lancée sous la direction de l’ancien président François Hollande, et après 8 ans d’affrontements intenses et la mort de nombreux soldats et civils français, Macron a décidé de réduire la présence militaire, fermer les bases et modifier la forme de lutte contre les terroristes dans la région.
Il est à noter que la décision de Macron de retirer la France de la région du Sahel est due à des divergences politiques entre la France et le Mali dans le contexte de la mise en œuvre par son armée d’un deuxième coup d’État en moins d’un an.
Dans le cadre des critiques de l’opération Barkhane, 50 militaires français ont été tués depuis 2013 dans des opérations militaires, dont 5 tués depuis le début de cette année, sans compter plus de 8.000 personnes, pour la plupart des civils, ont été tuées au Mali, au Niger et au Burkina Faso.
Il est clair que cette stratégie d’intervention française, qui peut être comparée aux interventions américaines en Afghanistan, et en Iran, ne réussira pas, et tout cela est dû à sa mauvaise politique et à ses relations avec ces pays africains.
Les pays africains ont connu ces dernières années une certaine amélioration, pour ainsi dire, due au développement de la conscience intellectuelle des citoyens, et au bon comportement de certains des dirigeants de ces pays, ils recherchent donc de nouveaux partenaires autres que le partenaire traditionnel français, et l’on retrouve en premier lieu les nouveaux partenaires la Russie et la Chine, car ils sont parmi les pays les plus forts du monde.
Le partenariat stratégique global de coordination sino-russe a jeté des bases politiques solides pour la coopération sino-russe en Afrique. Au niveau politique, la Russie et la Chine ne peuvent pas être considérées comme des concurrents stratégiques. Les deux parties considèrent l’Afrique comme un élément essentiel pour atteindre les objectifs nationaux stratégiques de toutes les parties, qui sont généralement représentés par l’établissement d’un ordre mondial juste, raisonnable et multilatéral, en plus du fait que la Chine et la Russie attachent une grande importance à maintenir la stabilité et la paix sur le continent.
Omar Mbiko, spécialiste de l’Afrique centrale et de l’Ouest ,fait la conclusion que la paix et la stabilité en Afrique sont deux conditions principales des relations chinoises, russes et africaines. Il est également dans l’intérêt des deux pays de coopérer avec l’Afrique pour lutter contre le terrorisme. Ces dernières années, le terrorisme s’est propagé en Afrique, et il est donc dans l’intérêt principal de la Russie et de la Chine de combattre ce terrorisme, directement et principalement en tarissant ses sources. Alors qu’est-ce qui attend le sort du continent noir et qui le gouvernera après 30 ans ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here