La Présidence de la République salue la bravoure des FACA qui ont détruit plusieurs bases des rebelles à l’Est du pays

2
La Présidence de la République salue la bravoure des FACA qui ont détruit plusieurs bases des rebelles à l’Est du pays
La Présidence de la République salue la bravoure des FACA qui ont détruit plusieurs bases des rebelles à l’Est du pays

Africa-Press – CentrAfricaine. Le ministre conseiller, porte-parole de la Présidence de la République Albert Yaloké-Mokpem a conféré samedi 4 mai 2024 avec la presse autours des sujets d’actualités parmi lesquels l’exploit des Forces Armées Centrafricaines (FACA) en province et le ressent déplacement du Président Faustin Archange Touadéra à Paris.

A l’Est de la Centrafrique, les tensions sécuritaires persistent depuis plusieurs années. L’armée nationale, après son redéploiement, accompagnée par des alliés russes n’ont pas tardé de lancer des assauts contre les bases des forces négatives. Plusieurs bases ont été détruites avec un bilan lourd du côté des rebelles.

Selon le ministre conseiller et porte-parole de la Présidence de la République, les FACA ont pu détruire des bases des rebelles la semaine dernière et ont tué une vingtaine. Trois autres arrêtés sont transférés à Bangui: « L’attaque de nos militaires appuyés par les alliés a été un succès remarquable. L’armée a pu neutraliser des bases des ennemis de la paix. Au moins 21 rebelles ont été tués. Ce travail remarquable a permis aux centrafricains de ces localités de commencer à vaquer librement à leurs activités ».

Dans cette zone du nord Est de la Centrafrique, une milice locale s’était formée à l’absence de l’armée pour défendre la localité contre les rebelles de l’UPC d’Ali Darass d’une part et des rescapés de l’Armée de Résistance du Seigneur (LRA), un groupe déclaré terroriste par des américains, dirigé par Joseph Kony, toujours recherché par la Cour Pénale Internationale.

Mais après le déploiement de l’Armée nationale avec l’appui des alliés russes, le porte-parole de la Présidence a affirmé que près de 300 éléments de cette milice dénommée « Azandé ani gbigbe » dans l’Est du pays ont été formés par des instructeurs russes surplace à Obo et vont désormais œuvrer aux côtés des FACA pour combattre les éléments de l’UPC de Ali Darass qui sévissent dans le Haut-Mbomou, le Mbomou et une partie de la Ouaka.

Il faut rappeler que la milice « Azandé ani gbigbe » est un mouvement crée par des jeunes d’Obo pour combattre l’UPC dans cette région. Même si des altercations aient été enregistrées entre cette milice et les forces régulières, de nombreux observateurs admettent que cette milice a été une réponse au vide qu’à crée suite à l’absence de l’armée nationale depuis plus de 10 ans.

Par ailleurs, Albert Yaloké Mokpem a ajouté qu’au moins trente enfants ont été récupérés entre les mains de la LRA, toujours dans cette partie du territoire. Parmi eux, certains sont d’origine congolaise et ougandaise et suivent les procédures administratives nécessaires pour le rapatriement.

Quid de la visite de Touadéra à Paris ?

Le président centrafricain Faustin Archange Touadéra a effectué un voyage fin avril en France, un déplacement qui a été différemment interprété par des centrafricains, surtout de la Diaspora. Selon eux, il s’agit d’un « rétropédalage » du Chef de l’État auprès de son allié historique qui est la France. Mais pour sa part, Albert Yaloké Mokpem, ministre conseiller en communication, porte-parole de la Présidence de la République, a souligné que ce tête-à-tête avait pour but d’évaluer la feuille de route signée entre le Président Touadéra et son homologue français Emmanuel Macron.

Lors de son premier voyage en France au mois de septembre 2023, le Chef de l’État Faustin Archange Touadéra avait échangé avec son homologue français Emmanuel Macron dans le but de normaliser les relations bilatérales entre les deux pays. Cette normalisation doit partir d’une nouvelle base d’où l’élaboration de cette feuille de route.

« Nous ne sommes pas là pour casser la relation entre la RCA et la France mais que cette coopération puisse profiter équitablement aux deux pays », a souligné Albert Yaloké Mokpem, porte-parole de la Présidence de la République.

En effet, cette relation était devenue tendue depuis l’arrivée des paramilitaires russes en Centrafrique vers 2018. Cette présence russe, marquée par les campagnes de désinformation avait poussé la France à suspendre des appuis budgétaires et militaires à la Centrafrique.

La RCA, se dit résolument engagée à diversifier ses partenaires, surtout économique et militaire en mettant en avant le principe de coopération gagnant-gagnant qui doivent désormais guider toute relation diplomatique dans le monde.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la CentrAfricaine, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here