le sport, un ciment pour la jeunesse de BANGUI.

RCA : le sport, un ciment pour la jeunesse de BANGUI.
RCA : le sport, un ciment pour la jeunesse de BANGUI.

Africa-PressCentrAfricaine.  La jeunesse banguissoise aime le sport. Partout des matches de foot, de basket s’improvisent sur des terrains de fortune ou mieux aménagés au sein des écoles et des maisons des jeunes des arrondissements de tout quartier.

Parfois les jeunes sportifs eux-mêmes arrangent l’espace de jeu avec ce qu’ils trouvent et d’autres fois des réhabilitations de qualité permettent des rencontres dans des conditions vraiment meilleures avec des buts qui tiennent debout et des paniers de basket-ball refaits comme neuf. Des limites de terrain bien dessinées au sol permettent aux équipes de mieux respecter la règle du jeu, d’éviter la triche dit-on au secteur scolaire centre de BEGOUA.

L’épidémie de COVID et les règles médico-sanitaires ont poussé nos jeunes à broyer du sable noir sans possibilité de s’entrainer à leurs activités physiques préférées pendant de longs temps et à la grâce de Dieu. Avant que ces mauvais temps reviennent, la jeunesse va pouvoir se mouiller le maillot sur le terrain.
Mais est-ce seulement distraction ? Le Centrafrique possède forcément des jeunes talents athlétiques qui peuvent rencontrer gloire et succès dans le sport et former les équipes de la victoire pour le pays. Le Centrafrique a besoin de champions pour arracher médailles et coupes en compétition internationale. C’est important de rêver au succès mais c’est encore plus important de se donner le moyen de réaliser ses rêves alors sportifs. Croyez et bougez-vous, vous avez des terrains pour vous entraîner.
Allez les fauves, 1974 c’est loin, le basket mérite un nouveau titre de champion d’Afrique, il peut être notre. La bouche à l’oreille amène même la nouvelle d’une maison des jeunes, du 3ème arrondissement dont le terrain est présentement éclairé pour jouer le soir. Un grand luxe pour la jeunesse qui mérite tant que l’on s’intéresse à elle car elle est l’avenir.

— Par Adama Bria

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here