Planètes naines : une surface gelée mais un cœur chaud

2
Planètes naines : une surface gelée mais un cœur chaud
Planètes naines : une surface gelée mais un cœur chaud

Africa-Press – Côte d’Ivoire. Eris et Makemake sont deux planètes naines situées au-delà de l’orbite de Neptune, dans la ceinture de Kuiper pour la seconde et encore plus loin pour la première. Ces mondes gelés étaient considérés comme morts, figés depuis le moment de leur formation qui remonte au début du système solaire, il y a 4,5 milliards d’années.

Mais de nouvelles observations de leur surface, réalisées avec le télescope James Webb (JWST), indiquent que ce n’est pas le cas.

Du méthane “cuit”

C’est d’ailleurs à la recherche d’un monde inerte qu’est, au départ, parti Christopher Glein du Southwest Research Institute. Son but: identifier des matériaux issus de la nébuleuse solaire primordiale sur la surface statique de ces planètes naines. “Au lieu de cela, le James Webb nous a réservé une surprise ! Nous avons trouvé des preuves indiquant des processus thermiques produisant du méthane sur Eris et Makemake”, s’étonne-t-il dans un communiqué.

Avec son équipe, il a étudié la composition de certaines substances volatiles en surface et en particulier le rapport deutérium/hydrogène dans le méthane. Et la signature de celui-ci n’est pas, comme les scientifiques s’y attendaient, semblable à celui, primordial, des comètes.

Au contraire, les données obtenues, publiées dans la revue Icarus, suggèrent que le méthane identifié est relativement récent et qu’il a été produit, en partie, dans les profondeurs d’Eris et Makemake.

La production de méthane interne signifie un noyau planétaire au cœur duquel se déroule des processus géothermiques initiés par une source de chaleur qui peut-être localisé ou très étendue selon les modèles envisagés (cf.schéma ci-dessus).

Cela implique également qu’il doit exister un chemin pour que ce méthane puisse surgir à la surface de ces planètes naines: il est donc envisagé la présence de cryovolcans sur ces mondes.

Une mission vers mondes lointains ?

Ces cryovolcans ont déjà été observés sur des objets transneptuniens comme Pluton ou Cérès. Et sur Eris et Makemake, ils pourraient avoir été actifs jusqu’à une période géologique récente puisque l’analyse des isotopes du carbone de leur surface indique un remaniement récent.

Ces cœurs chaud au centre de mondes glacés laissent également entrevoir l’existence d’un océan de subsurface comme sur certaines lunes des planètes géantes du système solaire ou sur Pluton. Il faudra cependant plus de données et donc d’observations avant de pouvoir l’affirmer.

Si tel était le cas, Eris puis Makemake seraient alors les objets, connus, les plus éloignés du Soleil susceptibles d’offrir des conditions favorables au développement de la vie. “Après le survol du système Pluton par New Horizons et avec cette découverte, la ceinture de Kuiper s’avère bien plus vivante en termes de mondes dynamiques que nous l’aurions imaginé”, s’enthousiasme Christopher Glein. “Il n’est pas trop tôt pour commencer à envisager d’envoyer un vaisseau spatial survoler un autre de ces corps afin de placer les données du JWST dans un contexte géologique. Je crois que nous serons stupéfaits par les merveilles qui nous attendent !”

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Côte d’Ivoire, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here