30ème anniversaire de la CIMA : encore des insuffisances malgré son bilan positif

3
30ème anniversaire de la CIMA : encore des insuffisances malgré son bilan positif
30ème anniversaire de la CIMA : encore des insuffisances malgré son bilan positif

Africa-Press – Gabon. Le Président du Conseil des Ministres des Assurances de la Conférence interafricaine des marchés d’assurances (CIMA), Hervé Ndoba, a, souligné mardi 20 décembre 2022, durant la cérémonie commémorant à Libreville, le 30ème anniversaire de cette institution régulatrice de l’industrie des assurances dans les 14 pays membres des zones CEMAC et UMOA, que malgré le bilan positif engrangé, les insuffisances demeurent encore.

« Ce bilan reste définitivement perfectible ; je ne serai pas redondant en rappelant tout de même que le besoin en couverture des couches défavorisées reste criard, le taux de pénétration qui se situe encore autour de 2% reste très en deçà de la moyenne du continent, la capacité financière de nos compagnies d’assurance et de réassurance ne nous permet pas encore de couvrir les risques les plus importants dans nos économies, le recours à la réassurance extérieure demeure une pratique régulière et que dire de la cadence du règlement des sinistres qui mérite une attention particulière », a égrainé M. Ndoba.

Pour le Ministre centrafricain des Finances et du Budget, la CIMA doit œuvrer à mettre en place les nouveaux instruments financiers pour mieux rentabiliser les placements des compagnies d’assurance et de réassurance notamment par la création dans les zones respectives des marchés financiers.

Avec un Chiffre d’affaires de 1,489 milliards de FCFA clos en décembre 2021, la CIMA, à travers ses 172 sociétés d’assurances affiliées, a réglé 800 milliards de FCFA des sinistres, « payés chaque année aux assurés et bénéficiaires des contrats ». Malgré cet embellit, la CIMA estime que ces chiffres sont insuffisants. Ils doivent être améliorés dans le nouveau repositionnement de l’institution.

« En vue de renforcer la solvabilité des assureurs et d’assurer le paiement régulier des sinistres liés aux bénéficiaires des contrats, le régulateur a institué la reforme dite de l’article 13 dans notre zone : désormais le paiement de la prime est fait au comptant, l’assurance à crédit n’existe plus que pour des exceptions », a martelé Blaise Abel Ezo’o Engolo, Secrétaire général de la CIMA.

La CIMA a pour entre autres objectifs, de renforcer et consolider la coopération dans les domaines des assurances dans les États membres en instituant un marché élargi et intégré de l’industrie des assurances, de faciliter les conditions d’un développement et d’un assainissement des entreprises d’assurances et accroitre la rétention des primes d’assurances sur le plan national et sous régional, ainsi que de favoriser l’investissement.

Sydney IVEMBI

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Gabon, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here