Révision de la liste électorale au Gabon : une frange de l’opposition dénonce la démarche cavalière du gouvernement

5
Révision de la liste électorale au Gabon : une frange de l’opposition dénonce la démarche cavalière du gouvernement
Révision de la liste électorale au Gabon : une frange de l’opposition dénonce la démarche cavalière du gouvernement

Africa-Press – Gabon. Quelques acteurs politiques de l’opposition réunis au sein de la plate-forme baptisée : « PG 41», ont, dans une sortie médiatique, dénoncé avec véhémence la démarche cavalière du Ministère de l’intérieur, qui s’apprête à lancer les opérations de révision de la liste électorale, sans les associer, au mépris, disent-ils, aux assurances données.

«Face à la démarche cavalière du ministre d’Etat en charge de l’intérieur, la P.G 41 exprime son étonnement et son indignation de voir que le processus de révision des listes électorales débute sans tenir compte des propositions des partis politiques », a fustigé Louis Gaston Mayila, porte-parole de PG41.

Dans une correspondance datant du 18 novembre 2022, le Ministre d’Etat en charge de l’Intérieur, Lambert Noël Matha, a instruit les gouverneurs de provinces et les Maires, à « faire leur possible », aux fins de procéder dans les tout-prochains jours, aux opérations de révision des listes électorales sur l’ensemble du territoire, dans les différentes circonscriptions administratives.

Récemment la PG 41 a élaboré un mémorandum intitulé «plaidoyer des partis politiques de l’opposition pour une réforme du système électoral au Gabon». Il s’agissait pour ces leaders politiques de répondre à l’appel de la présidente de la cour constitutionnelle, Marie Madeleine Mbourantsuo qui avait appelé à la concertation et aux propositions de la classe politique, visant à améliorer le processus électoral souvent sujet à quotient au Gabon.

« La PG 41 en appelle à la responsabilité du gouvernement et exige des autorités publiques, la convocation prochaine de la classe politique pour qu’ensemble, nous examinions sérieusement ce dossier élection pour le bien de notre pays ; les mêmes causes reproduisant les mêmes effets, il nous revient avant d’engager quoi que ce soit, de corriger toutes les entraves à la transparence électorale relevées en 2009 et en 2016», a-t-il lancé.

Camille Boussoughou

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Gabon, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here