Mohammed VI, Paul Kagame, Patrice Talon : trois styles, trois méthodes

4
Mohammed VI, Paul Kagame, Patrice Talon : trois styles, trois méthodes
Mohammed VI, Paul Kagame, Patrice Talon : trois styles, trois méthodes

Africa-PressBenin. Chacun à sa façon, le souverain chérifien et les présidents béninois et rwandais incarnent en Afrique une forme de leadership reconnue. Analyse de ces trois cas d’école.

dans ce dossier Voir tout le sommaire Quel leadership pour l’Afrique ? L’Afrique à la recherche d’un nouveau leadership
[Tribune] Pour des leaders africains à la hauteur de leur époque Mohammed VI à Tetouan, le 31 juillet 2018 © FADEL SENNA/AFP

Si le modèle de gouvernance marocain demeure l’un des plus originaux au monde, c’est à l’existence d’un régime monarchique dont le souverain tire sa légitimité originelle en qualité de Commandeur des croyants qu’il le doit. Toute l’intelligence de Mohammed VI a été de pressentir que, face à l’extrême dangerosité de l’islamisme radical, ce concept, ainsi que le rite malékite sur lequel s’accordent les Marocains, ne devait pas rester immobiles, et qu’une politique de prévention-­répression purement sécuritaire ne pouvait en aucun cas suffire.

Le Maroc est aux portes de l’Europe, ce qui est un avantage mais aussi un danger, car c’est de ce vieux continent en plein processus de sortie de la religion que souffle le grand vent de la mondialisation sur le royaume et c’est par lui que pénètre une modernité qui, quand elle est vécue comme une agression culturelle, fait le lit de l’extrémisme. D’où le double choix acté très tôt par le successeur de Hassan II de moderniser l’islam et d’islamiser la modernité en s’appuyant sur la commanderie des croyants.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here