04 choses à savoir sur la destruction imminente du marché Dantokpa

6
04 choses à savoir sur la destruction imminente du marché Dantokpa
04 choses à savoir sur la destruction imminente du marché Dantokpa

Africa-Press – Benin. Au Bénin, la destruction imminente du marché Dantokpa, l’un des plus grands marchés d’Afrique de l’Ouest, suscite de vives réactions dans le pays, alors que le gouvernement à travers l’ANaGeM appelle les commerçants à s’inscrire dans les nouveaux marchés modernes construits pour les accueillir.

La destruction du marché international de Dantokpa est imminente et les commerçants seront relocalisés dans les marchés modernes nouvellement construits. C’est ce qu’il convient de retenir des propos de la Directrice Générale de l’Agence Nationale de Gestion des Marchés (ANaGeM) Eunice Loiselle KINIFFO. Selon le gouvernement, cette démolition s’inscrit dans une initiative plus large visant à moderniser les infrastructures de Cotonou et à développer des espaces commerciaux plus organisés.

En effet, le gouvernement souhaite remplacer le marché en plein air par des installations modernes et spécialement conçues répondant aux normes internationales. Les nouveaux marchés ont été pensés pour offrir des mesures de sécurité améliorées et de meilleures conditions d’hygiène pour les vendeurs et les clients. Le projet s’aligne sur le Programme d’Actions du Gouvernement (PAG) sous la présidence de Patrice Talon et vise spécifiquement à améliorer la croissance économique.

Une grande ambition

La relocalisation de Dantokpa fait partie d’une stratégie plus large de planification urbaine. Il s’agit spécifiquement de la construction d’un pôle agroalimentaire dans le Grand Nokoué à travers un marché de gros à Abomey-Calavi, un projet évalué à 126 milliards de francs CFA, visant à créer une plateforme agroalimentaire à l’échelle régionale. Selon le porte-parole du gouvernement, Wilfried Léandre Houngbédji, la situation actuelle du marché de Dantokpa est décrite comme une source de dysfonctionnements internes et externes au sein de la zone urbaine. A le croire, les efforts de relocalisation et de modernisation visent à résoudre ces problèmes et à créer un écosystème commercial plus efficace. Les nouveaux marchés sont donc conçus avec des capacités plus grandes, deux à trois fois supérieures à celles de Dantokpa, pour répondre aux besoins commerciaux croissants de la région.

Le plan de relocalisation inclut également la création de zones spécialisées pour différents types de marchandises. Par exemple, le pôle commercial au Stade Général Mathieu Kérékou est destiné aux articles non alimentaires comme les bijoux, les sacs et les cosmétiques, tandis que les produits alimentaires auront leurs espaces dédiés et seront constitués essentiellement des marchés modernes urbains.

La stratégie du gouvernement

Le gouvernement béninois a mis en place un plan détaillé pour la relocalisation des commerçants du marché Dantokpa vers de nouvelles infrastructures commerciales modernes. Le plan de relocalisation prévoit une répartition des activités commerciales selon leur nature:

Pour faciliter cette transition, l’ANaGeM encourage vivement les commerçants à s’inscrire dès maintenant afin d’éviter des problèmes lors de la destruction de Dantokpa. Selon Eunice Loiselle KINIFFO, Directrice Générale de l’Agence Nationale de Gestion des Marchés (ANaGeM), les autorités ont lancé un appel urgent aux marchands pour qu’ils s’inscrivent dans les nouveaux marchés, car « Dantokpa sera détruit ». Cette inscription précoce vise à assurer une transition en douceur et à permettre aux autorités de planifier efficacement la répartition des espaces dans les nouvelles structures.

Le gouvernement présente ce plan de relocalisation comme une opportunité pour les commerçants de bénéficier d’infrastructures modernes, plus sûres et plus hygiéniques. Et malgré les inquiétudes et les controverses, les autorités maintiennent leur position sur la nécessité de cette relocalisation, la présentant comme une étape cruciale dans la modernisation du secteur commercial au Bénin.

« tout est permis mais tout n’est pas utile »

La décision de détruire le marché Dantokpa a suscité de vives controverses et une opposition significative. Célestine Zanou, ancienne directrice de cabinet du président Mathieu Kérékou, a émis un sévère réquisitoire contre ce projet. Pour elle, « tout est permis mais tout n’est pas utile ». Elle a notamment énuméré cinq raisons principales pour lesquelles le marché ne devrait pas être détruit.

Zanou argue que Dantokpa, vieux de plus d’un siècle, mérite d’être aménagé et modernisé plutôt que d’être détruit. Elle propose une vision alternative, suggérant que le marché soit repensé comme un port marchand d’Afrique de l’Ouest, optimisé avec des infrastructures adéquates telles que des plateformes de regroupement, des parkings sur plusieurs niveaux, des unités de valorisation des produits frais, et un système de transport fluvial. Cette approche, selon elle, permettrait de préserver l’héritage du marché tout en le modernisant.

L’opposition au projet s’étend également au-delà des figures politiques. Le slogan « DANTOKPA DOIT RESTER Là où il est » est devenu un des hashtags tendances sur la toile. Plusieurs béninois estiment que le symbolisme culturel, économique et spirituel représenté par ce lieu ne peut être réduit à la simple expression de modernisme.

Les critiques soulignent également des préoccupations pratiques. Certains commentateurs doutent de la capacité des nouveaux marchés à absorber l’activité commerciale de Dantokpa. Un observateur note que « même les 9 petits marchés construits ne peuvent même pas contenir le 1/1000 du marché de Dantokpa ». Pour lui, cela pose la question de la faisabilité du plan de relocalisation.

De plus, les commerçants du marché de Cadjèhoun, le tout premier des nouveaux marchés modernes inaugurés il y a quelques jours, ont exprimé leur mécontentement concernant les horaires d’ouverture restreints. Ils avaient plaidé pour un assouplissement des horaires, arguant que la fermeture à 19h (16h les dimanches et jours fériés) ne correspond pas aux habitudes de la clientèle qui fait ses achats principalement en soirée. Même si l’ANaGeM a rapidement corrigé le tir en optant pour une fermeture à 21H (20H les dimanches et jours fériés), la question demeure tout de même quand on sait que Dantokpa est connu pour son animation à des heures bien tardives.

Impact économique et social

La destruction prévue du marché Dantokpa et la relocalisation des commerçants vers de nouveaux marchés modernes auront des impacts économiques et sociaux significatifs sur Cotonou et le Bénin dans son ensemble. Sur le plan économique, le gouvernement béninois présente ce projet comme un catalyseur pour stimuler la croissance économique et moderniser le secteur commercial. La construction de nouveaux marchés, notamment le pôle agroalimentaire à Abomey-Calavi d’une valeur de 126 milliards de francs CFA, vise à créer une plateforme commerciale régionale plus efficace et compétitive. Ces nouvelles infrastructures pourraient potentiellement attirer plus d’investissements et améliorer les conditions de commerce, contribuant ainsi au développement économique global.

Cependant, la transition pourrait également entraîner des perturbations économiques à court terme. De nombreux commerçants pourraient faire face à des difficultés pendant la période de relocalisation, avec des risques de perte de revenus et de clientèle établie. La capacité des nouveaux marchés à absorber l’ensemble de l’activité commerciale de Dantokpa est également remise en question, certains observateurs estimant que les nouvelles structures ne peuvent accueillir qu’une fraction des commerçants actuels.

Sur le plan social, l’impact est tout aussi important. Dantokpa n’est pas seulement un centre commercial, mais aussi un lieu chargé d’histoire et de signification culturelle pour de nombreux Béninois. Sa destruction pourrait être perçue comme une perte d’identité culturelle et de patrimoine.

La relocalisation pourrait également perturber les réseaux sociaux et économiques établis au sein du marché. Les commerçants de Dantokpa ont développé au fil des années des relations complexes avec leurs fournisseurs, clients et autres commerçants. La dispersion de ces réseaux dans différents marchés modernes aura forcément des conséquences sociales et économiques imprévues.

Par ailleurs, les nouveaux marchés modernes promettent d’améliorer les conditions de travail des commerçants à travers une meilleure sécurité et hygiène. Cela pourrait avoir un impact positif sur la santé et le bien-être des vendeurs et des clients. Cependant, certains commerçants ont déjà exprimé des préoccupations concernant les horaires d’ouverture restreints dans les nouveaux marchés, ce qui pourrait affecter leurs moyens de subsistance.

Enfin, le projet soulève des questions d’équité et d’accessibilité. La répartition des espaces dans les nouveaux marchés et le processus d’attribution pourraient créer des tensions si certains commerçants se sentent désavantagés. De plus, la localisation des nouveaux marchés pourrait modifier les habitudes d’achat des consommateurs, potentiellement au détriment de certains quartiers ou groupes sociaux.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Benin, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here