La France se dote d’une nouvelle stratégie pour les troubles du neuro-développement

2
La France se dote d'une nouvelle stratégie pour les troubles du neuro-développement
La France se dote d'une nouvelle stratégie pour les troubles du neuro-développement

Africa-Press – Benin. Le président Emmanuel Macron va annoncer mardi 14 novembre 2023 une nouvelle stratégie nationale pour les troubles du neuro-développement (TND), dont l’autisme, qui devrait prévoir un dépistage “systématique” de tous les enfants entre la naissance et six ans.

Les TND pourraient toucher une personne sur six

Le président annoncera ce plan qui prend le relais de la précédente stratégie 2018-22 centrée sur l’autisme, lors d’une visite en milieu d’après-midi à la nouvelle Maison de l’Autisme à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), un lieu de ressources pour les personnes atteintes et leurs familles.

Au-delà de l’autisme, la nouvelle stratégie 2023-27 est élargie aux troubles du neuro-développement : troubles du spectre de l’autisme (TSA), mais aussi du développement intellectuel (TDI), du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH). Ils incluent aussi les multiples troubles “dys” : dyslexie, dyscalculie, dysgraphie, dysphasie, dyspraxie.

Selon les études scientifiques internationales, leur prévalence augmente dans les pays occidentaux et ils pourraient toucher aujourd’hui jusqu’à une personne sur six, indique la délégation interministérielle aux TND.

Le président devrait annoncer qu’un montant global de 680 millions d’euros sera consacré à cette nouvelle stratégie, contre 345 prévus pour la stratégie 2018-22 et 543 effectivement engagés, selon son entourage. Selon l’Elysée, le président devrait annoncer un repérage “systématique” des “écarts de développement” de tous les enfants de la naissance à six ans, lors des visites médicales obligatoires chez les médecins généralistes ou pédiatres, ainsi qu’à l’école maternelle.

“Une grille simplifiée de repérage des écarts du développement devrait bientôt être inscrite dans ce carnet”, a précisé Fadila Khattabi, ministre déléguée chargée des Personnes handicapées dans une interview au Figaro. “Comme la courbe de poids ou le suivi des vaccins, il faut pouvoir se pencher de manière attentive et précise sur ce développement lors de chaque examen obligatoire de santé. Ce premier repérage permettra de diriger le plus tôt possible les enfants vers les plateformes de coordination et d’orientation en cas de doute”, a-t-elle détaillé.

55.000 enfants ont été repérés pour des écarts de développement et accompagnés jusqu’au diagnostic dans la centaine de plateformes de coordination et d’orientation (PCO) créées depuis 2019. 150 enfants seulement avaient été repérés en 2019.

45.000 enfants autistes sont scolarisés à l’école ordinaire

Pour les accueillir à l’école ordinaire, le président pourrait annoncer un “quasi doublement” du nombre de dispositifs pour ces enfants à besoins spécifiques, dont 410 ont été créés entre 2018 et 2023, afin de donner un “coup d’accélérateur” à leur scolarisation, indique-t-on dans son entourage.

Selon les études scientifiques internationales, la prévalence des troubles du neuro-développement augmente dans les pays occidentaux et ils pourraient toucher aujourd’hui jusqu’à une personne sur six (AFP/Archives – JOEL SAGET)

Actuellement 45.000 enfants autistes sont scolarisés à l’école ordinaire, selon la délégation interministérielle aux TND. Des annonces pourraient concerner la formation des enseignants, ainsi que la possibilité pour les professionnels de santé ou médico-sociaux d’aller dans les écoles pour “éviter aux parents de courir aux rendez-vous, afin de simplifier leur vie et celles des enfants”, indique-t-on à l’Elysée.

Volet très attendu par les familles, l’amélioration de la qualité des interventions, notamment dans les établissements et dispositifs médico-sociaux : selon la nouvelle stratégie, les crédits ne devraient être accordés qu’à des projets qui “répondent aux recommandations de bonnes pratiques de la Haute autorité de santé” (HAS), selon la présidence. “Il faut que ce secteur se transforme et s’adapte en se projetant vers le milieu ordinaire tout en répondant aux besoins de chacun des enfants et des adultes”, indique-t-on à l’Elysée.

Depuis la précédente stratégie, le gouvernement a mis l’accent sur la recherche pour améliorer les connaissances sur l’autisme et la qualité de la prise en charge médicale et des interventions médico-sociales, en diffusant ces connaissances auprès des professionnels.

Cet accent mis sur la recherche a permis de créer cinq centres d’excellence (Paris, Lyon, Montpellier, Tours, Strasbourg) associant recherche de haut niveau et suivi clinique, et structuré une communauté de recherche forte de 700 chercheurs en France, qui travaillent avec 400 équipes dans le monde.

M. Macron pourrait annoncer une “amplification” de la recherche avec la création d’un “6e centre d’excellence” et des “crédits supplémentaires pour financer de nouvelles recherches, par exemple sur les adultes ou le repérage des TND”, pour un montant de 50 millions d’euros, selon l’Elysée.

Cette stratégie, élaborée en concertation avec les associations, a fait l’objet au printemps d’une consultation citoyenne qui a donné lieu à de nombreux retours (10.000 contributions et 96.000 votes), rapporte l’Elysée.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Benin, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here