Conservation du poisson : Les acteurs de la filière sensibilisés sur les bonnes pratiques

Conservation du poisson : Les acteurs de la filière sensibilisés sur les bonnes pratiques
Conservation du poisson : Les acteurs de la filière sensibilisés sur les bonnes pratiques

Africa-Press – Burkina Faso. Les acteurs intervenant dans la commercialisation du poisson bénéficient d’un atelier de sensibilisation sur la conservation et la consommation du poisson ce 23 décembre 2022 à Ouagadougou. Cet atelier initié par le Bureau d’Analyse et d’Assistance Qualité (BEAQ) vise à améliorer les techniques de conservation du poisson et ainsi éviter aux consommateurs les cas d’intoxication liés à ce produit.

Le poisson fait partie des produits de grande consommation au Burkina. Fort malheureusement, la qualité du poisson servi aux consommateurs laisse quelques fois à désirer. Les plaintes sur la qualité des poissons vendus sur les marchés sont très récurrentes dans les forums de dénonciation sur Facebook et dans les médias.

C’est au regard de ce constat que le Bureau d’étude et d’Assistance Qualité, une structure privée qui intervient dans le suivi, l’assistance et la qualité de tout ce qui est relatif à la consommation au Burkina, organise cet atelier au profit des importateurs, grossistes, semi-grossistes, détaillants évoluant dans le secteur de la poissonnerie.

« Nous avons remarqué depuis un certain temps beaucoup de plaintes relatives à ce produit (le poisson, ndlr). Que ce soit le poisson local ou le poisson importé, nous avons constaté beaucoup de plaintes concernant la conservation et la qualité », explique le Directeur Général du BEAQ, Mohamed Sawadogo.

Selon lui, le poisson est un produit très sensible qui demande le respect d’un certain nombre de règles de conservation. D’où l’organisation de cet atelier à l’orée des fêtes qui correspond au pic de consommation du poisson, pour partager avec les acteurs de la filière poisson un certain nombre de mécanismes de conservation.

« Il y a des gens qui conservent le poisson avec de la glace, qui débranche les congélateurs et qui les rebranchent et la qualité du poisson se détériore. Cet atelier permettra vraiment de maitriser encore plus les mécanismes de conservation de ce produit jusqu’à sa distribution », avance le Directeur Général du BEAQ.

Cet atelier vient à point nommé, selon Irène Tiemdé, vendeuse grossiste et détaillante, depuis plus d’une vingtaine d’années au marché de la Zone 1. L’occasion faisant le larron, dame Tiemdé a profité de cet atelier pour donner des conseils aux consommateurs quant à la conservation du poisson à domicile.

« Souvent il y a des gens qui reviennent nous dire qu’ils ont acheté nos poissons mais arrivés à la maison quand ils ont préparé ça s’est détaché dans la sauce. Mais nous leur disons que c’est dû à leur manière de conserver le poisson.

Une fois que nous coupons le poisson pour le client, arrivé à la maison il y a certains qui déposent à l’air libre pendant 2 à 3 heures de temps. Lorsque le poisson se décongèle, ils croient que le poisson est gâté, alors que non ce n’est pas gâté.

C’est comme la carpe. Une fois qu’on enlève les écailles et les intestins, on ne doit pas laver avant de congeler. Décongelée, on ne congèle plus. Il faut préparer », conseille-t-elle aux clients.

« Lorsque nous voulons convoyer le poisson dans les provinces, nous récupérons les cartons déchirés et revendons à bas prix ce poisson. Et souvent des gens croient que c’est du poisson avarié », explique pour sa part Bibata Koanda, une autre participante à cet atelier de sensibilisation. Tout comme les autres participants, elle espère tirer profit de cet atelier qui devra renforcer ses connaissances en matière de technique de conservation du poisson.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Burkina Faso, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here