Abdoul Karim Sango : « Le PAREN a fait l’insurrection pour chasser Blaise et son système »

Abdoul Karim Sango : « Le PAREN a fait l’insurrection pour chasser Blaise et son système »
Abdoul Karim Sango : « Le PAREN a fait l’insurrection pour chasser Blaise et son système »

Africa-PressBurkina Faso. Les responsables, membres et sympathisants du Parti pour la Renaissance nationale (PAREN) ont répondu présents ce samedi 9 octobre 2021 à l’occasion de la rentrée politique de leur parti. Cette rentrée est placée sous le thème : « le retour des coups d’Etat en Afrique : causes, conséquences et solution ».

C’est la rentrée politique pour le parti de la Renaissance nationale, parti cher au professeur Laurent Bado et dirigé depuis plus de cinq mois par l’ancien ministre de la culture, l’actuel conseil spécial du Président du Faso, en matière culturelle.

Réagissant sur le contexte de la région ouest-africaine marquée par les coups d’État ça et là, le président du PAREN, Abdoul Karim Sango relève que « le coup d’Etat peut paraître une réponse. Mais nous estimons que le coup d’Etat est une mauvaise réponse qui est portée sur un vrai problème, qui est le problème de la qualité de la gouvernance en Afrique ».

Le PAREN regrette des coups d’État dans la sous-région

Le Président du PAREN a, par ailleurs, déploré le recul de la démocratie dans la sous-région ouest-africaine ces dernières années. D’où la raison d’être du thème choisi par son parti pour cette rentrée politique.

« Dans cet espace, nous assistons à un grand recul de la démocratie. Les peuples commencent à ne plus croire en la démocratie qui affirme le principe d’élection comme mode d’accession au pouvoir. En moins d’une année, on a assisté à des coups d’Etat dans les pays de l’espace francophone que sont le Mali, la Guinée-Conakry et le Tchad» , a-t-il déploré.

Abdoul Karim Sango et son parti découragent ces interruptions qui brisent les processus démocratiques et souhaitent leur fin. Selon Abdoul Karim Sango, si les coups d’État pouvaient apporter le développement, il y a longtemps que l’Afrique serait développée. « Nous devons travailler, œuvrer à consolider les institutions démocratiques en les racinant dans notre culture et notre histoire« , a-t-il ajouté.

Abdoul Karim Sango trouve » bizarre » que les mêmes populations qui prétendent avoir élu ses dirigeants qu’elles soient les mêmes « qui remplissent les rues » quand il y a un coup d’État. Selon lui, cela sous-entend qu’il y a un jeu de « mensonge » dans le processus démocratique dont il faut en sortir.

» La CEDEAO et l’Union Africaine ont perdu leur crédibilité. Alors que ce sont des institutions qui auraient pu aider à sauvegarder le processus démocratique parce qu’elles sont rentrées dans des gestions à géométrie variable de processus des coups d’Etat« , a-t-il déclaré.

Il a estimé que les coups d’État sont comme une mauvaise réponse à un vrai problème. « Toutefois, il n’y a pas de remède miracle au coup d’État ou sinon tant que la qualité de la gouvernance n’est pas substantiellement améliorée« , a-t-il réagi.

Il est également revenu sur la situation du Burkina Faso qui depuis 1960 et 2016 a connu six coups d’Etat et deux insurrections « mettant ainsi le pays dans une longue période d’instabilité ».

Et de poursuivre : « Il faut que le dispositif institutionnel fasse qu’aucun parti, quel que soit sa force ne puisse détenir à lui seul plus de 50% de places dans les institutions ».

S’agissant du ralliement du PAREN à la majorité politique, Abdoul Karim Sango répond : « Le PAREN a fait l’insurrection pour chasser Blaise (Compaoré) et son système. Nous ne pouvons pas nous asseoir autour d’une table avec des gens qui revendiquent l’héritage de ce dernier. Nous sommes membres de l’APMP depuis 2015. Cela ne veut pas dire que nos amis avec lesquels nous sommes sont parfaits. Mais de deux maux, on choisit le moindre mal ». Aminata Catherine SANOU (Stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here