Les orientations africaines face à la poursuite de la guerre en Ukraine et ses effets sur l’avenir du continent

7
Les orientations africaines face à la poursuite de la guerre en Ukraine et ses effets sur l'avenir du continent
Les orientations africaines face à la poursuite de la guerre en Ukraine et ses effets sur l'avenir du continent

Anouar CHENNOUFI

Africa-Press – Burundi. La guerre russo-ukrainienne pourrait bien être porteuse d’un faisceau d’opportunités pour les pays africains s’ils réussissent à les exploiter en leur faveur au détriment de l’opportunisme des pays occidentaux qui s’est étendu au cours des longues décennies passées. Parmi elles l’opportunité pour le continent africain de renforcer sa position dans le système international, y compris les institutions internationales, en particulier le Conseil de sécurité de l’ONU, au milieu des prédictions d’importants changements stratégiques dans la structure du système mondial au cours de la prochaine étape, mais à condition que l’Afrique ne soit pas toujours une arène de compétition internationale entre les grandes puissances qui ont drainé ses ressources et ses richesses au cours des dernières années.

Les Africains peuvent également voir dans la crise géopolitique actuelle une opportunité supplémentaire de réduire la dépendance de leur pays aux importations alimentaires en provenance de l’extérieur du continent, et d’accélérer la mise en œuvre de nombreux projets agricoles en coopération avec les organismes internationaux, en tirant parti des vastes superficies arables d’environ 60% du total des terres arables pour l’agriculture dans le monde, et ce, afin d’atteindre l’autosuffisance alimentaire et l’exportation vers le marché mondial, pour assurer la sécurité alimentaire du continent au cours de la période à venir.

1-Comment apparait l’Afrique après 15 mois de guerre russo-ukrainienne

Les changements stratégiques les plus importants qui se sont produits sur le continent africain un an et trois mois après le déclenchement de la guerre russo-ukrainienne (le 24 février 2022) peuvent être vus comme suit :

• L’Afrique est la plus affectée par la guerre

Il y a une prise de conscience parmi une large tranche d’Africains que « la guerre en Europe de l’Est sera ressentie par chaque village et chaque ville des pays africains », affirmant que le continent a été affecté par les répercussions de la guerre en cours tout au long des mois passés, qui n’a pas encore dépassé les effets économiques de la pandémie de Covid-19.

Ce conflit constitue une menace majeure pour l’économie mondiale, y compris les économies africaines, car les prix mondiaux du blé, du pétrole et du pétrole brut ont atteint des niveaux sans précédent après le déclenchement de la guerre, à un moment où l’Afrique dépend fortement des importations alimentaires en provenance de Russie et d’Ukraine, qui dépendent de la première pour 30 % de son approvisionnement en céréales. L’Afrique dépend aussi des importations pour couvrir 63 % de ses besoins en blé, et ce pourcentage devrait augmenter avec la croissance de la population africaine dans les années à venir. La consommation de blé en Afrique devrait également atteindre 76,5 millions de tonnes d’ici 2025, dont environ 48,3 millions de tonnes importées de l’extérieur du continent.

Nous pouvons affirmer également que les conséquences de ce conflit continuent de se répercuter sur les relations entre l’Union européenne et les pays africains. Ces derniers ont fait, en effet, les frais de l’interruption des importations de blé et de céréales, ainsi que des principaux intrants agricoles tels que les engrais.

Dans ce contexte, le spécialiste en politiques publiques et relations internationales, Serigne Bamba Gaye, a souligné qu’ « Avec ce conflit, on a vu que les marchés mondiaux concernant ces produits étaient chamboulés, et l’Afrique vivait une situation difficile de pénurie, ce qui aurait des conséquences inflationnistes, mais également au niveau de la stabilité sociale et politique de certains Etats ». Cette situation a conduit des pays comme le Ghana, l’Egypte et le Kenya à conclure des accords de renflouement au cours des derniers mois avec le Fonds monétaire international (FMI).

Cette guerre a mis en exergue le rôle que peut jouer l’Afrique lors des votes à l’ONU, du fait que les pays africains hésitaient à choisir entre Moscou et Kiev. Mais elle est aussi l’occasion pour certains, de réaffirmer leur indépendance diplomatique.

• Valorisation de la valeur stratégique du continent

Cette stratégie s’est clairement imposée dans la précipitation des puissances internationales à nouer de larges alliances avec les pays africains dans le but de s’assurer la loyauté du bloc électoral africain aux Nations Unies, qui dépasse 25% du total des États membres au sein de son Assemblée générale, et ceci donne un poids politique aux pays africains, poussant la Russie et les pays occidentaux à essayer de les attirer pour se ranger derrière l’un ou l’autre des deux camps.

A noter que le continent africain s’est également imposé comme une arène stratégique de compétition internationale entre les grandes puissances actives dans le but d’y acquérir plus d’influence politique, économique et sécuritaire. Il représente aussi un vaste théâtre géopolitique qui contribue à réduire l’isolement international auquel certaines des puissances telles que Moscou, qui a récemment fait l’objet de sanctions internationales occidentales, sont exposées, en plus de l’importance stratégique dont jouit le continent africain au niveau international.

• L’Afrique : une arène de conflits par procuration

Le continent est entré dans la nouvelle guerre froide entre les États-Unis et l’Occident d’une part, et la Russie et la Chine d’autre part. La rivalité américano-russe s’est déplacée de l’Europe de l’Est vers les terres africaines, ce qui est apparu dans la tentative de polariser l’opinion publique africaine en faveur de chaque partie en échange de la diabolisation de l’autre, d’une manière que Washington a dû renforcer en lançant la nouvelle stratégie américaine en août 2022, et Moscou s’y confronte en élargissant le cercle de ses alliances avec des pays africains, en particulier ceux de la région du Sahel et d’Afrique de l’Ouest, en plus du déploiement des forces paramilitaires privées russes du groupe Wagner dans un certain nombre de pays africains, pour renforcer l’influence russe, et pour concurrencer avec une influence américaine et occidentale dans certaines zones stratégiques comme le Sahel.

• L’Afrique : un théâtre d’affrontements diplomatiques entre les grandes puissances

La guerre a affecté les relations politiques entre les pays africains et la Russie et les pays occidentaux. La tension avec cette dernière a poussé Moscou à se tourner vers l’Afrique pour conforter son influence mondiale et sortir de l’isolement international qui lui était imposé en renforçant les appuis politiques et en exploitant de nouveaux marchés. Tandis que les pays occidentaux visaient à affronter l’influence russe, qu’il qualifiait de « maligne » en Afrique et à créer un nouvel élan pour gagner le soutien de l’Afrique.

Les deux parties se sont affrontées pour se précipiter vers l’Afrique pour s’assurer le soutien des pays africains, en commençant par les tournées africaines de hauts responsables occidentaux, américains et russes jusqu’à la tenue de sommets avec des Africains, dans le but de changer l’humeur africaine officielle et populaire envers la guerre russe en faveur de l’une ou l’autre des parties et attirer des voix favorables dans les forums internationaux.

Dans ce contexte, on constate que d’un côté le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, s’est rendu trois fois en Afrique depuis le déclenchement de la guerre, notamment en juillet 2022, janvier 2023 et février 2023, qui l’avaient mené jusqu’en Egypte, Congo, Ouganda, Éthiopie, Érythrée, Angola, Afrique du Sud, au Royaume de Swatini , Soudan, Mali et Mauritanie, tandis que, de l’autre côté, le président français Emmanuel Macron s’est rendu en Afrique en juillet 2022, où il a visité le Cameroun, le Bénin, la Guinée-Bissau et l’Algérie.

Ces déplacements ont été suivis par la visite du secrétaire d’État américain Anthony Blinken, en août 2022, dans les pays d’Afrique du Sud, de la République démocratique du Congo et du Rwanda, quelques mois avant le début du sommet Afrique – USA organisé par Washington en décembre 2022 avec la participation d’environ 49 pays africains, pour discuter de partenariats et de questions communes entre les deux blocs.

Ne pas oublier, entre-autres, la tournée du ministre chinois des Affaires étrangères Chen Zhang sur le continent en janvier 2023, qui comprenait les pays de l’Égypte, de l’Éthiopie, de l’Angola, du Gabon et du Bénin.

• Pression internationale pour un alignement africain

Les tournées de certains responsables occidentaux sur le continent comprenaient un mélange de pressions et d’incitations afin de créer un état d’alignement régional des gouvernements africains derrière chaque partie, et ce, dans le but de renforcer sa position dans l’arène « onusienne », ainsi que devant l’opinion publique mondiale, comme en témoigne la visite du ministre ukrainien des Affaires étrangères en Afrique, la première du genre, en octobre 2022, qui comprenait les pays du Sénégal, de la Côte d’Ivoire, du Ghana et du Kenya, où il a fait allusion à la possibilité de fournir plus de céréales et de blé aux pays africains pour tenter de les convaincre.

• L’Afrique profitant de la guerre

La compétition internationale pour l’Afrique s’est intensifiée à plus grande échelle depuis le déclenchement de la crise ukrainienne, notamment entre les pays occidentaux et la Russie, ce qui a incité les deux parties à tenter de gagner les pays africains, qui y voyaient une bonne opportunité de recevoir plus d’aides économiques et de développement ainsi que des prêts en échange de l’adoption d’une position de soutien à l’une des parties aux Nations unies, ce qui s’est manifesté par la fourniture par Washington d’environ 65 milliards de dollars à l’Afrique en décembre dernier sous la forme de projets économiques et de développement et d’aide, entre autres.

L’évolution internationale de la dépendance vis-à-vis du pétrole africain comme substitut du gaz russe depuis le déclenchement de la guerre en Europe de l’Est et ses répercussions sur la hausse des prix du pétrole, s’est également traduite par l’augmentation des revenus financiers des pays africains producteurs de pétrole. La guerre en Afrique de l’Est a été l’occasion pour les producteurs de pétrole africains tels que le Nigeria, l’Angola, la Libye et l’Algérie de bénéficier des revenus des exportations de pétrole vers l’Europe.

Par exemple, les exportations de pétrole et de gaz ont représenté 90 % des recettes en devises du Nigeria.

• L’expansion de l’influence russe en Afrique

Vladimir Poutine et Teodoro Obiang, président de la Guinée équatoriale

Il y a des changements stratégiques qui se produisent dans certaines régions stratégiques en Afrique, en particulier la région du Sahel, comme le Mali et le Burkina Faso, où la Russie tente de présenter une voie alternative pour les Africains, en s’appuyant sur ce que certains écrits appellent la « nostalgie » de l’ère soviétique face aux pays occidentaux et aux États-Unis, et sur des conditionnels politiques et économiques considérés comme un pilier dans les relations de l’Occident avec L’Afrique, qui a ressenti du ressentiment face à cette politique, et a commencé à chercher une nouvelle alternative internationale.

Par conséquent, Moscou élargit les liens économiques en Afrique et renforce les opportunités économiques dans les secteurs de base, y compris le secteur de l’énergie. Les sociétés militaires privées sont également de plus en plus utilisées pour étendre leur influence géopolitique et étendre leur empreinte militaire et de renseignement en Afrique subsaharienne, ce qui renforce les inquiétudes internationales quant à la montée de l’influence russe, malgré le faible volume des investissements russes en Afrique, dont la contribution ne dépasse pas 1% du total des investissements étrangers directement sur le continent, reflétant son engagement limité envers l’Afrique. De plus, le volume de ses échanges avec l’Afrique s’élève à 14 milliards de dollars, à comparer au volume des échanges de l’Union européenne avec le continent (295 milliards de dollars), la Chine (254 milliards de dollars), ou les États-Unis d’Amérique (65 milliards de dollars).

2-Position africaine face à la poursuite de la guerre

L’Afrique a montré un large éventail de points de vue sur la guerre russo-ukrainienne depuis son déclenchement, alors que les attitudes africaines envers l’opération militaire russe en Ukraine variaient entre l’hésitation, le silence prudent et la condamnation, à la lumière des craintes croissantes des pays africains quant au potentiel « répercussions » du conflit en Ukraine, alors que la majorité des pays africains sont restés neutres face à l’intervention militaire russe, compte tenu des relations complexes entre eux et la Russie sur les plans historique, politique, économique et sécuritaire.

Une tendance s’est formée au rejet de l’opération militaire russe en Ukraine, tendance exprimée principalement par les États du Kenya, du Ghana et du Gabon qui, au Conseil de sécurité de l’ONU – en tant que membres non permanents – ont condamné les actions russes en Ukraine comme une violation de l’intégrité territoriale de l’Ukraine.

Pour ne rien cacher, il importe de souligner que la position africaine au début de la guerre apparaissait comme pragmatiquement neutre à la lumière des efforts des pays africains pour se distancer des répercussions de la crise qui pourraient affecter leurs économies, ce qui s’est traduit par des attitudes différentes envers la guerre en Europe de l’Est .

C’est pourquoi l’Union africaine s’est dite préoccupée par l’évolution de la crise ukrainienne et ses répercussions sur la paix et la sécurité internationales, d’autant plus que l’Afrique n’est pas loin des effets de cette guerre.

Cela a incité le président sénégalais Macky Sall – en sa qualité de président de l’Union africaine et de la Commission de l’Union africaine Moussa Faki – à se rendre en Russie en juin 2022, dans le but de faire pression sur l’Afrique pour garantir l’accès aux céréales et aux engrais de Russie et d’Ukraine sous la médiation des Nations Unies et de la Turquie.

Par ailleurs, des signes d’hésitation sont également apparus dans les positions d’un certain nombre de pays africains face à la guerre, et l’Afrique du Sud incarne le modèle de vote africain à cet égard, malgré son appel au début de la guerre au retrait immédiat des forces russes d’Ukraine et à une solution pacifique du conflit, ce qui a choqué Moscou, qu’il considérait comme un allié stratégique sur le continent. Cependant, il s’est abstenu de voter sur toutes les résolutions condamnant la partie russe en Ukraine au cours de l’année 2022, ce qui confirme la vision différente des dirigeants africains sur la résolution du conflit en Ukraine par des solutions diplomatiques, et l’opposition à la punition de Moscou. Ce qui diffère de la vision américaine du conflit.

Il convient de noter que le vote des gouvernements africains dans les organisations internationales, y compris les Nations Unies, ne reflète pas nécessairement les tendances de l’opinion publique, car les estimations africaines indiquaient que l’opinion publique africaine était largement indifférente à la guerre russo-ukrainienne à travers les médias sociaux.

3-Les effets de la guerre sur l’avenir de l’Afrique

La poursuite de la guerre en Ukraine peut avoir des effets dévastateurs pour certains pays africains, car elle menace leurs économies, en plus d’exposer les gouvernements africains à des pressions diplomatiques pour prendre parti dans l’escalade du différend entre la Russie et les puissances occidentales, dont l’Afrique fait partie, en tant qu’arène de confrontation entre les deux parties.

On s’attend à une diminution du volume du commerce international et de l’aide au continent, et que le coût élevé de la guerre russo-ukrainienne aura des effets négatifs sur les économies des puissances internationales, en particulier la Russie et les États-Unis d’Amérique, qui pourrait menacer une réduction de l’aide internationale et des investissements directs dans les pays africains en raison de la faiblesse des économies internationales.

En outre, l’imposition de sanctions économiques américaines et européennes à la Russie affaiblirait l’économie russe, ce qui pourrait à son tour se traduire par une diminution des importations en provenance de l’étranger. Cela aura un impact négatif sur les pays africains qui dépendent des revenus de leurs exportations vers la Russie.

La hausse des prix du carburant entraînera probablement une augmentation constante des prix des denrées alimentaires, et cela réduit les chances d’obtenir de la nourriture dans certains pays africains à bas prix, ce qui peut entraîner une augmentation des troubles sociétaux et des tensions en Afrique, d’autant plus que la plupart des pays africains dépendent pour leurs importations de blé des exportations de la Russie et de l’Ukraine, qui fournissent environ 30 % de la production mondiale de blé.

Cela révèle que la crise ukrainienne pourrait avoir un impact sur la production, les marchés du travail, le commerce et les transports, et avoir de graves implications pour la sécurité alimentaire et les groupes vulnérables dans différentes régions du monde comme l’Afrique. On s’attend également à ce que les flux d’investissements étrangers vers le continent diminuent, en raison de l’impact négatif sur les économies africaines de la guerre russo-ukrainienne, qui a entraîné le déclin et la perte des bourses africaines, ce qui pourrait renforcer les craintes des investisseurs étrangers de s’aventurer sur les marchés africains au cours de la prochaine étape.

Dans un contexte connexe, la guerre russo-ukrainienne a ouvert la voie aux pays africains pour gagner plus d’influence sur le marché mondial du pétrole et du gaz. Ceci à la lumière de la demande croissante d’énergie dans le monde, qui a joué un rôle dans la hausse des prix du pétrole, qui s’est traduite par une augmentation de l’importance stratégique du pétrole africain au cours de la période récente. Elle occupait une position avancée au premier rang des priorités des politiques des puissances internationales actives liées à la sécurisation énergétique, ce qui renforçait l’importance des régions riches en pétrole et en gaz naturel, notamment le continent africain, sachant que :
• les États-Unis représentent 23 % de la production totale de pétrole du continent,
• la Chine représente quant à elle 14 % de la production totale du continent,
• l’Italie et l’Inde représentent chacune 8 % de la production totale du continent,
• et les pays de l’Union européenne représentent plus de 25 % de la production totale.

Alors que les besoins énergétiques de l’Afrique sont si importants qu’elle devra exploiter le gaz à grande échelle, surtout que près de 600 millions d’Africains n’ont pas accès à l’électricité – soit l’équivalent de 43% de la population totale du continent africain – et 900 millions de personnes dépendent de cuisinière de cuisson dans les régions du continent.

Par conséquent, il y a un besoin de gaz en Afrique comme alternative appropriée et moins polluante, à un moment où les appels se poursuivent pour que les pays occidentaux limitent l’utilisation du gaz afin d’atténuer les crises du changement climatique.

Ainsi, les pays africains producteurs de pétrole et de gaz devraient bénéficier de la crise mondiale et de la recherche par les pays occidentaux de nouveaux marchés pour satisfaire leurs besoins en pétrole et en gaz, sur les plans économique et financier, même si cela nécessite d’accroître les investissements dans le secteur pétrolier et de soutenir certains facteurs qui encouragent à attirer les investissements, tels que la stabilité politique et sécuritaire et la bonne gouvernance sur le continent africain.

La crise actuelle a également renforcé la nécessité pour les pays africains d’apporter une série de développement et de modernisation en ce qui concerne l’industrie énergétique sur le continent, en particulier la recherche de nouveaux projets pétroliers et l’ouverture de la voie à davantage d’investissements étrangers dans le secteur pétrolier et le secteur du gaz naturel, afin qu’il devienne une ressource énergétique majeure pour l’Europe, et d’autres, notamment après la perturbation des marchés mondiaux de l’énergie, qui a poussé les puissances européennes à rechercher des sources alternatives pour sécuriser leurs besoins en pétrole, ce qui améliore la rentabilité économique des gouvernements africains et des taux de croissance économique élevés sur tout le continent à long terme.

Appui médiatique:
Vidéo 1 : https://www.youtube.com/watch?v=VI9scFEVFJM
Vidéo 2 : https://www.youtube.com/watch?v=T9v1FAYiUYU
Vidéo 3 : https://www.youtube.com/watch?v=q81srY1XL10

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Burundi, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here