Zone de libre-échange en Afrique : Les africains feraient mieux d’activer rapidement cette grande opportunité

6
Zone de libre-échange en Afrique : Les africains feraient mieux d’activer rapidement cette grande opportunité
Zone de libre-échange en Afrique : Les africains feraient mieux d’activer rapidement cette grande opportunité

Anouar CHENNOUFI

Africa-Press – Burundi. Il ressort de ce qui va suivre que la mise en place de la Zone de libre-échange continentale africaine dénommée en anglais « African Continental Free Trade Area (AfCFTA) » est devenue une « nécessité », car elle offrirait des opportunités économiques prometteuses pour les pays du continent réunis dans de multiples domaines, compte tenu des capacités dont ils disposent. De notre point de vue, le seul obstacle à la réalisation des aspirations du continent africain reste de transcender la « mentalité traditionnelle » qui contrôle la gestion de ses économies et qui la freinent. Les chartes, traités et accords soutenant l’intégration économique afro-africaine doivent être incarnés avec une pure volonté africaine qui soit mise en pratique.

Si la zone de libre-échange africaine est établie avec les énormes avantages prévus, elle permettra à l’Afrique de redessiner ses relations commerciales avec de meilleurs avantages et termes, avec de grandes puissances comme la Chine, la Russie et même l’Union européenne.

Quels opportunités..quels espoirs ?

La Zone de libre-échange continentale africaine dans sa perspective générale est bien plus qu’un simple accord commercial, car elle est considérée comme un outil à part entière pour le développement de l’Afrique, en la poussant stratégiquement vers l’intégration du continent et en posant des bases solides pour avoir provoqué une révolution industrielle et commerciale et ainsi offrir des opportunités d’affaires et d’emplois en Afrique.

C’est aussi un accord commercial ambitieux pour constituer la plus grande zone de libre-échange du monde s’il est effectivement mis en œuvre, puisqu’il relie près de « 1,4 milliard de personnes (en 2022) à travers les 55 pays africains représentant les États membres de l’Union africaine ». L’objectif est d’atteindre l’intégration économique souhaitée dans notre continent africain, dans un effort pour améliorer le climat d’investissement et faire le meilleur usage des ressources disponibles.

La Zone de libre-échange continentale africaine a été créée sur la base de la volonté mutuelle des États membres de l’Union africaine d’assurer des opportunités d’emploi et une vie meilleure aux Africains et de fournir des remèdes durables aux nombreux problèmes sociaux et économiques qui affligent le continent, y compris l’immigration clandestine qui entraîne la perte de la vie d’un grand nombre de nos jeunes Africains.

Etats membres

A ce jour, 54 Etats membres de l’Union africaine ont signé l’accord instituant la Zone de libre-échange continentale africaine. En outre, quarante-trois Etats membres de l’Union africaine font partie de l’accord, en vertu du dépôt des documents de ratification de l’accord, ce qui indique une ferme volonté politique de réaliser l’intégration des marchés en Afrique, sachant qu’un Secrétariat pour la Zone de libre-échange, dont le siège est situé à Accra, au Ghana, avait été institué. Les pays qui ont ratifié l’accord sont :

Ghana, Kenya, Rwanda, Niger, Tchad, Eswatini, Guinée, Côte d’Ivoire, Mali, Namibie, Afrique du Sud, République du Congo, Djibouti, Mauritanie, Ouganda, Sénégal, Togo, Égypte, Éthiopie, Gambie, République saharienne, Sierra Leone, Zimbabwe, Burkina Faso, Sao Tomé et Principe, Guinée équatoriale, Gabon, Maurice, République centrafricaine, Angola, Lesotho, Tunisie, Cameroun, Nigeria, Malawi, Zambie, Algérie, Burundi, Seychelles, Tanzanie, Cap Vert, Maroc, République Démocratique du Congo.

Toutefois, six États membres n’ont toujours pas ratifié l’accord, et ce sont des pays qui se trouvent au sein des organisations économiques.

Ainsi, dans la Communauté de l’Afrique de l’Est (EAC), nous retrouvons le Soudan du Sud qui n’a pas ratifié, et au sein de l’Union douanière d’Afrique australe (SACU), c’est le Botswana qui n’a pas encore ratifié son document de ratification, et la deuxième réunion de coordination des chefs des communautés économiques régionales tenue à Arusha, le 7 juin 2022 en Tanzanie, a révélé que le Bénin, la Guinée-Bissau et le Libéria, sont membres de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), et ne font pas encore partie de l’accord sur la zone de libre-échange africaine.

Retour sur le contexte historique, social et économique

Les pays africains, depuis qu’ils ont acquis leur indépendance politique, ont cherché à établir des relations d’intégration et de complémentarité entre eux durant différentes périodes de temps. Le travail unitaire africain est passé par plusieurs étapes, dont les plus importantes sont peut-être :

• Création de l’Organisation de l’unité africaine :

Le 25 mai 1963 à Addis-Abeba, en Éthiopie, où se sont réunis les dirigeants des 32 pays africains qui ont accepté la création de l’Organisation de l’unité africaine, et 21 autres pays l’ont progressivement rejoint, portant le total à 53 pays, et avec la création de l’Union africaine en 2002. L’Organisation de l’unité africaine attache une grande importance à l’aspect économique dans ses chartes, et tous ses efforts ont été concentrés sur la résolution des problèmes de libération politique des pays africains. Par conséquent, depuis la fin de la période coloniale dans les années 1960, l’idée d’établir des complexes économiques régionaux a été une partie importante des stratégies commerciales en Afrique. Cela a conduit à l’expansion rapide des efforts d’intégration régionale. Le continent a également vu l’émergence de nombreux blocs régionaux.

• Le Plan de Lagos au Nigéria

En avril 1985, un plan d’action économique a été adopté, appelé plus tard « Plan de Lagos », qui est la première conférence économique africaine. Une économie forte et durable, jetant les bases d’une transformation structurelle économique et sociale, et l’établissement d’une base de ressources durable. L’intégration régionale et sous-régionale a été considérée comme le principal mécanisme pour restructurer le continent africain fragmenté et le transformer en entités économiques régionales cohérentes et plus fortes afin de réaliser la croissance économique et la transformation de l’Afrique.

• Traité d’Abuja

A noter qu’à l’occasion de la Conférence Africaine au Sommet qui s’est tenue à Abuja au Nigeria, le 3 juillet 1991, les dirigeants des pays africains ont signé le Traité instituant la Communauté Economique Africaine afin d’accélérer l’accession du continent Africain aux plus hauts niveaux de l’intégration économique et l’union monétaire d’ici 2028. Le Traité d’Abuja, entré en vigueur le 12 mai 1994, prévoit six étapes pour atteindre les objectifs de la Communauté économique africaine, à savoir :

-/- Etape 1 (fin 1999) : Constitution d’un bloc économique dans les régions qui n’entrent dans aucun bloc.

-/- Etape 2 (fin 2007) : renforcer l’intégration entre les États membres et fixer les tarifs et les non-tarifs.

-/- Etape 3 (fin 2017) : la mise en place d’une zone de libre-échange et d’une union douanière entre les blocs existants.

-/- Etape 4 (fin 2019) : la mise en place d’une union douanière à l’échelle du continent, et donc d’une zone de libre-échange globale.

-/- Etape 5 (fin 2023) : Mise en place d’un marché commun africain au niveau du continent.

-/- Etape 6 (fin 2028) : la mise en place d’une union économique et financière unifiée au niveau du continent africain, d’une monnaie unifiée et d’un parlement unifié.

Ainsi, les pays africains se sont engagés en tant que bloc, sur la base de l’Accord de libre-échange continental, à libéraliser le commerce dans la plupart de leurs relations commerciales en éliminant les droits de douane sur 97 % de tous les frais et paiements.

Quelles opportunités de développement en Afrique ?

Naturellement, cette zone de libre-échange vise à créer un marché commun unifié des biens et des matières premières afin d’approfondir l’intégration économique de l’Afrique. À cet égard, il est attendu que « l’accord puisse porter le produit intérieur brut de la région concernée à environ 3,4 billions de dollars ». Cependant, pour atteindre cet objectif intégré de son potentiel, cela dépendra en grande partie d’importantes réformes politiques et des mesures nécessaires qui doivent être mises en œuvre par les gouvernements afin de faciliter le commerce à travers les pays africains qui sont signataires et ont déjà ratifié l’accord.

Selon une récente estimation de la Banque mondiale, la mise en œuvre de l’accord sur la zone de libre-échange continentale africaine sortira 30 millions de personnes de l’extrême pauvreté et 68 millions de personnes de la pauvreté modérée. D’ici 2035, le volume des exportations totales des pays membres augmentera d’environ 29 % par rapport aux taux actuels. Les exportations intercontinentales augmenteront de plus de 81 %, tandis que les exportations vers les pays non africains augmenteront de 19 %. Tout cela créerait de nouvelles opportunités de développement pour les fabricants et les travailleurs africains, et l’accès à d’autres marchés étrangers.

L’AfCFTA met fortement l’accent sur le développement, en mettant spécifiquement l’accent sur le développement économique et social et l’harmonisation juridique de ses objectifs, et en intégrant les aspects de l’Agenda 2063 proclamé par l’Union africaine, selon lequel il donne la priorité au développement social et économique inclusif, et relie la croissance de l’Afrique et l’intégration avec les objectifs de développement durable pour l’Afrique.

Les principales opportunités de développement reposent sur des facteurs spécifiques à travers lesquels les objectifs de développement peuvent être atteints, en particulier en ce qui concerne les secteurs manufacturier, agricole et financier, ainsi que le renforcement des capacités des femmes africaines et leur libération de l’ignorance et des actes de violence à leur encontre.

Selon ces stratégies, les plus importants de ces facteurs sont :

• Le développement du secteur agricole : vers l’autosuffisance et la sécurité alimentaire

Ce facteur particulier est considéré comme l’un des points les plus importants de l’ordre du jour auquel les dirigeants africains étaient censés attacher une grande importance à la réalisation de l’autosuffisance et de la sécurité alimentaire afin d’éviter les crises d’augmentation des prix des denrées alimentaires qui, dans de nombreux cas, conduisent à des crises de famine, telles que les prix insensés qui affligent la population du continent africain à l’heure actuelle à la suite de la guerre russo-ukrainienne (toujours en cours).

Il est déraisonnable que le continent africain, avec ses terres agricoles fertiles, dépende de l’étranger pour son alimentation ! Comme il est regrettable également que le secteur agricole soit considéré comme l’un des secteurs semi-marginalisés en Afrique, et cela peut être dû aux actions de parties étrangères dans le but de mettre le continent dans une position d’insuffisance alimentaire, et donc, quand tout ou une crise internationale se produit (comme la guerre russo-ukrainienne par exemple), le continent devient en danger de famine, et c’est ce que les ennemis du continent visent : affamer le citoyen africain.

• Le développement de l’industrie et du commerce

Les opportunités de développement sur le continent africain sont également largement disponibles en se concentrant sur la manière dont les peuples du continent exploitent les énormes ressources naturelles dont l’Afrique regorge, ce qui en a fait le centre d’attention de la plupart des investisseurs du monde entier, mais malheureusement il y a ceux qui investissent pour récolter des profits pour eux-mêmes sans oublier une certaine catégorie de gouvernants corrompus, et ainsi : les peuples et les États deviennent les premiers perdants.

Dans ce contexte, la Banque mondiale a estimé, pour 2020, que dans le cadre d’une augmentation des exportations totales d’environ 29 %, les exportations industrielles réaliseront les gains les plus importants, avec une augmentation du commerce industriel en Afrique de 110 % et une augmentation des exportations industrielles vers le reste du le monde de 46 %. Cela créerait des opportunités d’accéder aux marchés étrangers de la manière la plus simple possible.

Certes, des opportunités de développement sont disponibles dans de nombreux domaines sur le continent africain, et l’accord de libre-échange renforce cette théorie, en soulignant que les jeunes peuvent désormais mettre en œuvre et innover des projets commerciaux, même petits et moyens pour les débutants à l’intérieur de l’Afrique, et ils peuvent faire de bons profits, au lieu de s’orienter vers les méthodes de migrations illégales et clandestines qui coûtent très cher et mènent parfois à la mort.

Quelles ressources naturelles chez les Africains ?

Concernant les ressources naturelles, les pays du continent africain possèdent collectivement d’énormes richesses réparties entre 60% des terres arables.

L’Afrique est riche en ressources naturelles allant des terres arables, de l’eau, du pétrole, du gaz naturel, des minéraux, des forêts et de la faune. Le continent détient un pourcentage important des ressources naturelles mondiales, qu’elles proviennent de sources d’énergie renouvelables ou non renouvelables.

L’Afrique est également une source d’environ 30 % des réserves minérales mondiales, d’environ 8 % du gaz naturel mondial et d’environ 12 % des réserves mondiales de pétrole. Le continent possède également 40 % de l’or mondial et environ 90 % du chrome et du platine. Les plus grandes réserves de cobalt, de diamants, de platine et d’uranium au monde se trouvent également en Afrique.

En plus l’Afrique possède 65 pour cent des terres arables du monde, et 10 pour cent des ressources internes renouvelables en eau douce.

L’Afrique possède également une énorme richesse halieutique, car elle contient une large bande côtière qui entoure tout le continent. Les plages de pêche les plus riches du monde se trouvent en Afrique (Namibie).

Le Continent africain possède également environ 25% des forêts du monde, couvrant environ 650 millions d’hectares. Elle regorge de nombreuses attractions touristiques de renommée mondiale, car chacun de ses pays comprend un grand nombre de lieux touristiques naturels distinctifs, qui peuvent attirer des touristes et une source de devises étrangères dans le cas où les services d’accompagnement sont fournis. L’Afrique a une économie agricole dans laquelle les terres agricoles constituent environ 35% de la superficie du continent, dont seulement 7% environ sont exploités à des fins agricoles, le reste étant constitué de prairies et de pâturages.

Quels obstacles..quelles entraves et quelles solutions ?

Bien sûr, de nombreux obstacles se dressent devant l’activation de la zone de libre-échange, dont les plus importants sont :

• Le manque d’infrastructures adéquates pour faciliter le transport entre les pays.

En effet, certains pays africains ont initié des mesures claires pour améliorer les infrastructures, notamment la Tanzanie, qui travaille à la construction d’un réseau de routes de haut standing et de qualité la reliant aux pays voisins », a déclaré la présidente tanzanienne, Samia Hassan, lauréate du prix « Babaker India ». « Prix des constructeurs de routes en Afrique pour l’année 2022 » (4), d’autres pays devraient emboîter le pas.

• Les institutions financières de développement n’ont pas la capacité d’être en bonne position pour mobiliser les capitaux privés nécessaires aux secteurs vitaux et liés au commerce.

Les gouvernements doivent allouer un fonds financier pour soutenir les institutions financières, qui à leur tour le distribueront aux les secteurs les plus importants et les plus concernés, tels que l’agriculture et l’industrie, et lui donner la priorité sur les autres secteurs. Il y a ceux qui croient que l’industrie est plus importante que l’agriculture, mais pour l’Afrique, la priorité est l’autosuffisance et la sécurité alimentaire, car l’homme, par nature, ne peut pas travailler ou fabriquer sans assurer sa propre alimentation en premier lieu.

• Les craintes des pays les moins avancés concernant les pertes de recettes douanières et la répartition inégale des coûts et des avantages par pays.

Les mesures nécessaires et la flexibilité des lois entre les pays doivent être explorées pour un partage équitable des coûts et des avantages, et la réalisation de tous les avantages à long terme de la zone de libre-échange continentale, et donc à long terme conduira à La libéralisation des échanges dans la région se traduira par des bénéfices qui réduiront naturellement les coûts commerciaux et permettront aux consommateurs d’accéder à une plus grande gamme de produits à des prix inférieurs, avec des chances égales.

Quels « systèmes de paiements »…quels autres défis ?

Il y a certainement d’autres défis à surmonter, comme le système de paiement ; Comme la plupart des monnaies africaines ne sont pas utilisables en dehors du périmètre de leurs pays, mais des efforts sont en cours pour résoudre ce dilemme pour utiliser un système de paiement adapté à tous en coopération avec la banque « Afreximbank ».

Dans certains pays africains, le commerce avec des entreprises étrangères est un défi majeur. Alors que ces entreprises obtiennent des ressources naturelles africaines avec des rendements inégaux, elles s’efforcent de corrompre les élites dirigeantes et soutiennent la pratique d’un régime autoritaire ou d’une démocratie imaginaire. Certaines entreprises peuvent contribuer à déclencher des conflits armés, comme ce qui se passe en République Démocratique du Congo, pour voler leurs ressources. Les pays africains sont également confrontés à des défis vers l’industrialisation intégrée, afin de répondre aux exigences du continent d’une part, et de suivre les exigences des développements de l’ère actuelle d’autre part. À cet égard, certains pays africains ont commencé à interdire l’exportation de leurs principaux produits de base sous leur forme primaire.

L’Éthiopie par exemple a interdit l’exportation de café et les pays d’Afrique de l’Ouest qui produisent du cacao ont commencé à chercher à l’interdire et souhaitent fabriquer du chocolat à la place afin de l’exporter.

La Tanzanie également, a en fait commencé à interdire l’exportation d’or sous sa forme primaire et a commencé à établir de nombreuses usines d’or locales.

En d’autres termes, la zone de libre-échange continentale africaine contribuera à augmenter les taux d’accès au marché et pourra croître de manière significative, en particulier dans les domaines de l’agriculture, de la fabrication, du développement industriel, ainsi que du tourisme grâce à la coopération entre les pays africains, la transformation économique et la construction d’un relation basée sur le respect et entre pairs entre l’Afrique et le reste du monde. .

Surtout qu’il est supposé que la génération africaine éduquée actuelle sera consciente de la nécessité de l’indépendance du continent et de sa libération du colonialisme occidental, et que cette génération sera le catalyseur actuel et futur de la réalisation de l’intégration et de l’intégration africaines et donc du développement et de la prospérité du continent en atteignant l’autosuffisance dans tous les facteurs de bien-être de base sans avoir besoin d’aide étrangère, et la voie à suivre pour atteindre cette feuille de route, bien qu’elle soit cahoteuse, mais avec des efforts concertés, cet objectif sera atteint.

Néanmoins, pour atteindre l’objectif intégré et souhaité de l’accord relatif à la Zone de libre-échange continentale africaine, les pays africains devraient avant tout travailler d’un seul bloc pour surmonter les obstacles auxquels ils sont confrontés, éliminer toutes les différences régionales, travailler ensemble au profit de l’unité africaine et réfléchir à la manière de traiter avec les blocs internationaux sur le principe du gagnant-gagnant pour les deux parties sans digérer les droits africains.

Il convient de noter que le continent africain a le niveau de commerce intra-communautaire le plus faible au monde, avec un taux de moins de 18%, comparé aux taux de l’Amérique latine, de l’Asie et de l’Europe, qui sont respectivement de 22%, 50 % et 70 %. Cependant, avec ses 54 États membres de l’Union africaine et un PIB combiné d’environ 3.000 milliards de dollars, l’AfCFTA représente la deuxième plus grande zone de libre-échange au monde et un marché potentiel pouvant atteindre 1,2 milliard de consommateurs. Il vise également spécifiquement à augmenter le niveau du commerce continental de 18% à 25% d’ici une décennie. Il prévoit de stimuler le commerce intra-africain de 35 milliards de dollars par an, de réduire les importations de 10 milliards de dollars par an tout en augmentant les exportations agricoles et industrielles de 45 milliards de dollars (7%) et 21 milliards de dollars.

D’un autre côté, les statistiques internationales indiquent que l’Afrique aura des dépenses totales de consommation et commerciales de 6,7 billions de dollars d’ici 2030 et de 16,12 billions de dollars d’ici 2050, ce qui crée une opportunité unique pour les particuliers et les entreprises, ce qui signifie que la région figure parmi les plus grandes zones commerciales du monde et deviendra le centre d’attention d’autres blocs commerciaux dans le monde.

Considérant les caractéristiques des économies africaines, nous constaterons qu’elles se caractérisent par une dépendance vis-à-vis de l’extérieur en termes d’alimentation, de médicaments et de pièces de rechange, elles constituent également pour la plupart une économie rentière qui dépend de la production et de l’exportation d’une ressource unique sans fabriquer de ressources agricoles ou minérales. Ce qui réduit leurs prix sur le marché mondial. Elle s’appuie sur des systèmes agricoles traditionnels et anciens, ce qui affecte la qualité et la quantité des cultures produites, qui ne correspondent pas aux systèmes modernes de production et de qualité mondiales. Il dispose également d’infrastructures faibles et parfois inexistantes, en ce qui concerne les ports, les aéroports et les routes.

Par ailleurs, la dette constitue un lourd fardeau pour les économies des pays africains, car elle a atteint 100% de son produit national dans les pays d’Afrique subsaharienne. Il manque de connaissances technologiques modernes sur les méthodes agricoles, de fabrication ou de production en général. Cela l’a fait dépendre dans bon nombre de ses activités de la main-d’œuvre plutôt que de la technologie ou du capital. Les pays africains manquent également de cadres scientifiques formés et du capital nécessaire pour établir des projets industriels et agricoles qui absorbent la main-d’œuvre et font progresser l’économie africaine.

Lorsque l’objectif souhaité de la zone de libre-échange africaine sera atteint avec ces énormes avantages, le continent pourra finalement redessiner ses relations commerciales avec de meilleurs avantages et conditions, avec d’autres grandes puissances telles que la Chine, la Russie et même l’Union européenne.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Burundi, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here