Un peuple uni, insécable par la politique

3
Un peuple uni, insécable par la politique
Un peuple uni, insécable par la politique

Africa-Press – Burundi. Insécurité, prison à ciel ouvert et traité de tous les noms au milieu des tensions politiques, les internautes et certaines communautés de la région des Grands Lacs peignent le Rwanda, chacun avec sa couleur et parfois de manière pas tendre. Docteur Raymond Awazi, président de la diaspora Congolaise au Rwanda, nous brosse un autre tableau drapé du Rwanda.

Au milieu d’un eldorado dans la région des Grands Lacs, le bilan du passé laisse perplexe, le présent inquiète et l’avenir paraît si sombre. Des tensions politiques, les communautés se lancent des messages de haine et certains fabriquent des mensonges pour semer la pagaille. Comme pour le cas actuellement entre le Congo et le Rwanda. Deux pays se trouvant dans la région des Grands Lacs se regardent avec dédain.

Certains Congolais habitant loin de ce pays ont une image d’un Rwanda ravageur, une patrie qui tue tout ce qui bouge à cause de son passé douloureux. Les internautes rajoutent du piment et certaines épices pour assaisonner ce mensonge.

Originaire de la ville de Kalemie en RDC, Dr Raymond Awazi, président de la diaspora congolaise au Rwanda, vit au Rwanda depuis plus de 19 ans. « J’ai choisi le Rwanda, car il y a des opportunités pour travailler et cela me permettait de faire décoller ma carrière », a-t-il fait savoir, lors d’un entretien réalisé par Gabriel Imaniriho de la radio Isango star de Kigali, une des stations partenaires au projet ‘’renforcer l’accès à l’information, le dialogue et les échanges à travers les médias dans la région des Grands Lacs. »

La sécurité règne

« Nous avons connu des intensifications des activités commerciales, des voyages touristiques. Néanmoins, les conflits gouvernementaux se sont imposés », a-t-il déploré.

Dans l’émission « Génération Grands Lacs », l’émission pour les jeunes du Rwanda, du Burundi et de la RDC, lancée par Search for Common Ground, produit chaque semaine, avec le soutien de la coopération suisse et de l’USAID, une émission sur un espace réparti entre ces trois pays. Dr Awazi nous livre son regard sur les tensions observées dans la région des Grands Lacs, surtout celles entre le Rwanda et la RDC.

Il admet qu’il y a des tensions entre les gouvernements rwandais et congolais, mais entre les communautés la paix règne : « Plus de 100.000 congolais vivent au Rwanda. Même les Congolais habitant à Goma, près de ce pays, en témoignent. J’ai trouvé une image différente de celle des usagers des réseaux sociaux. Ils essaient de ternir l’image de ce pays. C’est parce qu’ils habitent loin de ce pays. Sinon qu’est-ce qui me retiendrait ici ? ».

« Cultivons l’amour et abattons la haine »

Dr Raymond Awazi assure que des médecins, des enseignants, des hommes d’affaires et des étudiants congolais se portent bien dans ce pays des mille et une collines : « Nous vaquons à nos occupations. Et dire que j’ai peur de rester au Rwanda, c’est un mensonge. On est en sécurité. Depuis le début de ces différends, ils n’ont jamais touché un seul de nos cheveux. Je représente la communauté congolaise, ma bouche n’est pas liée.»

Ce président de la diaspora congolaise au Rwanda prodigue quelques conseils à l’endroit des communautés rwandaise et congolaise : « Cultivons l’amour et abattons la haine. Ne nous regardons pas comme des ennemis. Seul, on ne peut pas se suffire. Nous avons besoin des uns et des autres», a conclu Dr Raymond Awazi.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Burundi, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here