Burundi : Hon. Ndikuriyo Révérien fait un petit discours panafricain sur l’éducation

5
Burundi : Hon. Ndikuriyo Révérien fait un petit discours panafricain sur l’éducation
Burundi : Hon. Ndikuriyo Révérien fait un petit discours panafricain sur l’éducation

Africa-Press – Burundi. Le constat d’une aliénation culturelle des intellectuels burundais formés par le système éducatif du Burundi.

La Culture est un univers mental. Or nous vivons dans une multitude d’univers ( Cfr. Les multivers ), créés par une multitude de cultures.

Lorsque un jeune burundais ou Murundi grandit, le système éducatif burundais lui construit un monde invisible dans son esprit, soit “un égrégore”, qui est celui du monde occidental. Dans ce monde spirituel invisible occidental imprimé dans son cerveau, fait pour faire grandir les jeunes occidentaux dans leur système d’économie de marché ( capitaliste ), l’être noir ou africain, le jeune murundi, y est considéré comme un objet meuble, soit un être objet, un être inférieur,un esclave de seconde zone. Le blanc, le Mundele, étant bien entendu –le maître -.

Dans cet égrégore occidental, le jeune Murundi ( les Barundi éduqués ) y côtoie au quotidien les ancêtres des blancs ( Scientifiques, Militaires, Politiciens etc ), Jésus-Christ, Dieu, la vierge Marie, mais jamais le couple MukaKaryenda – Karyenda, Imana, et le couple MukaKiranga-Kiranga ( le couple MukaRyangombe – Ryangombe ) qui, eux, permettent aux jeunes Barundi d’entrer dans leur égrégore à eux , en les connectant à leurs ancêtres à eux , les aidant à inventer des choses à eux.

Mais pourquoi le système éducatif des Barundi ne veut pas instruire dans les jeunes têtes des jeunes Barundi, l’égrégore des Barundi ou l’esprit du monde invisible des Barundi, qui leur est plus adapté, leur apprenant à aimer leurs terres –amatongo– et leurs ancêtres , pour qu’ils soient plus forts et non des êtres aliénés ?

En effet, c’est une véritable guerre culturelle qui est engagée contre les Barundi, mais plus généralement contre l’Afrique [1], l’Amérique latine, et l’Asie, depuis la Colonisation, crime contre l’Humanité, jusqu’ à nos jours [2].

L’Afrique et sa diaspora mène ce combat à travers le Panafricanisme, l’Américaine “latine” avec le – Décolonial –, et l’Asie ( Chine, Inde ), par le Postcolonialisme-.

Ce lundi, Hon. Ndikuriyo Révérien, Président Fondateur de la Fondation Pax Burundi ( Secrétaire général du parti CNDD-FDD, 1ère formation politique du Burundi) , un amoureux du sport, était à la cérémonie de clôture de la formation des agents de sécurité de l’agence -agency for youth employement – formés par la société “Eagle Security Services” ( NB: Eagle en référence à l’équipe locale de football – Aigle Noir FC de Makamba )… Pendant 6 mois, des jeunes Barundi venus de tout le Burundi ( des 18 provinces ) ont été formés à devenir des agents de sécurité.

Hon. Ndikuriyo Révérien, se prononçant sur l’inadéquation existante entre les mondes éducatifs burundais et ceux de l’emploi ou du travail. Terminant en échangeant une petite réflexion avec ces jeunes Barundi concernant la difficulté que nous Barundi, intellectuels formés, avons, nous empêchant de penser par nous-mêmes, revenant sur notre aliénation mentale produit par notre système éducatif, ne nous permettant pas de nous projeter dans le monde d’aujourd’hui… Expliquant l’importance de la formation de la jeunesse burundaise. Les études terminées, il faut continuer à apprendre. Car les connaissances que nous apprenons dans notre système éducatif ne nous sont pas de grande utilité dans notre vie de Murundi. De plus, le monde change, normalement nous devrions nous adapter. Mais, on remarque que la majorité des intellectuels burundais formés dans notre système éducatif, ne continuent pas à se former après leurs études, par exemple en lisant. Ils ne lisent pas ! Souvent, ce sont des êtres totalement dépassés …

La Fondation Pax Burundi est une organisation burundaise œuvrant dans le domaine sportif ( Football, Basketball etc. ). Elle soutient aussi la formation des jeunes Barundi à divers métiers leur permettant de subvenir à leurs besoins.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Burundi, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here