Commune Mukaza : Climat malsain au sein du conseil communal

7
Commune Mukaza : Climat malsain au sein du conseil communal
Commune Mukaza : Climat malsain au sein du conseil communal

Africa-Press – Burundi. Rien ne marche plus au sein du conseil communal de la commune Mukaza en mairie de Bujumbura. Les activités sont aux arrêts d’après une correspondance, du 16 janvier 2023 envoyée au maire de la ville de Bujumbura, signée par la présidente du conseil communal, Annick Nsabimana, et son vice-président, Jean Bosco Bizindavyi.

Rénovat Sindayihebura, administrateur de la commune Mukaza, est pointé du doigt. « L’administrateur communal a toujours perturbé les travaux du conseil pour ses propres intérêts. » On accuse aussi Rénovat Sindayihebura de vouloir imposer les points à l’ordre du jour. « Il a refusé que les plaintes de la population en l’endroit de la société qui enlève les déchets dans la commune Mukaza figurent sur l’ordre du jour. »

Selon cette correspondance, l’administrateur communal a limogé des chefs de quartier sans que le conseil communal ou le bureau soit au courant. « Le 28 décembre 2022, il était prévu qu’on analyse le comportement de certains chefs de quartiers dont ceux de Mugoboka, Kiriri-Vugizo, Nyakabiga II, etc. L’administrateur communal a invité d’autres personnes pour semer le désordre afin que cette question ne soit pas étudiée. » Ils indiquent qu’il y a eu meme des intimidations en l’endroit des dirigeants du conseil communal. « Les membres du bureau du Conseil communal ne sont jamais informés de l’organisation des fêtes dans la commune Mukaza notamment la fête des communes. On ne sait pas comment les fonds ont été utilisés. L’administrateur communal dénigre le conseil communal comme s’il ne sert à rien. »

Contacté, Rénovat Sindayihebura a réagi : « Je ne peux pas réagir sur une correspondance envoyée à mon supérieur le maire de la ville. Vous pouvez mener des enquêtes et savoir la réalité sur les fausses accusations formulées à mon égard. Demander aux chefs de zones, aux chefs de quartiers et au maire, ils vous diront la vérité. » Le maire de la ville de Bujumbura, Jimmy Hatungimana, n’était pas disponible pour répondre.

Selon la loi du 19 février 2020 portant modification de certaines dispositions de la loi no1/33 du 28 novembre 2014 portant organisation de l’administration communale, le conseil communal contrôle et supervise les affaires de la commune. « Il élit le candidat à la fonction d’administrateur communal et peut proposer sa suspension au ministre ayant l’administration du territoire dans ses attributions pour une raison valable tek que la corruption, incompétence, faute grave ou détournement de fonds. » Il supervise aussi la préparation du budget, vote le budget, en contrôle l’exécution et approuve les comptes administratifs et de gestion. « Il donne les avis sur le programme de développement communautaire, en contrôle l’exécution et en assure l’évaluation. »

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Burundi, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here