Les enfants orphelins du sida ont aussi droit au Père Noël !

0
Les enfants orphelins du sida ont aussi droit au Père Noël !
Les enfants orphelins du sida ont aussi droit au Père Noël !

Africa-Press – Burundi. L’Association nationale de soutien aux séropositifs et malades du Sida (ANSS) et la Swaa-Burundi ont célébré, ce mardi 4 janvier, les fêtes de Noël et Nouvel an en faveur des enfants qu’elles prennent en charge.

C’est une ambiance bon enfant à la Cathédrale Regina Mundi, ce mardi 4 janvier. Des centaines d’enfants orphelins du sida âgés de 7 à 12 ans, vêtus de t-shirts blancs et pantalons ou jupes en tissu pagne sont tout joyeux. C’est leur jour de fête. Les cérémonies ont débuté par une messe dans la chapelle de la cathédrale.

« Aujourd’hui, nous sommes très contents. Quand vient la fête de Noël, nous voyons les autres enfants porter de nouveaux vêtements et chaussures, sortir, bien manger, boire une limonade. Mais nous, nous restons à la maison, nos familles d’accueil ne peuvent pas nous offrir tout ça car dépassés par la vie dure », témoigne Christa-Bella Shugweryimana, 13 ans, l’un de ces orphelins du Sida.

Cette jeune fille, orpheline depuis 3 ans, affirme qu’avant d’être prise en charge par l’ANSS, elle vivait dans la rue, marginalisée par sa famille. C’est à l’âge de 10 ans qu’elle a pu commencer l’école. « Aujourd’hui, je ne suis qu’en 2ème année primaire, à l’âge de 13 ans », confie-t-elle, au bord des larmes.

Parrainée par la Première dame, cette fête est une tradition de l’ANSS et la Swaa-Burundi depuis 2016. Mme Gapiya se rappelle, avec émotion, d’une anecdote qui a fait naître cette tradition. Un jour, elle était en train de discuter avec les enfants orphelins. Elle leur a posé la question de savoir quel est leur jour préféré de l’année. Un enfant orphelin de 12 ans a répondu : « Je ne sais pas quel jour je préfère. Mais je connais très bien le jour que je déteste le plus dans ma vie. C’est Noël. Parce que ce jour me rappelle que je suis réellement orphelin. Même les enfants issus des familles très pauvres reçoivent au moins une limonade le jour de Noël ».

Dans son discours, la Première dame a tranquillisé ces orphelins. « Ne vous laissez pas décourager. Etre porteur du sida ne signifie pas la mort. Vous serez les premiers à éduquer les autres enfants sur la lutte contre le Sida. Là où nous sommes aujourd’hui, les postes que nous occupons, c’est vous qui serez à notre place demain ».

La responsable du service psychosocial à l’ANSS, Léonie Nizigiyimana, affirme que cette association fait face à un grand défi de disponibilité des médicaments, les ARV. Parfois, il y a rupture de stocks surtout pour les formes de sirop.
L’autre défi est lié au facteur social. Selon Mme Nizigiyimana, les enfants manquent parfois de familles d’accueil. Ceux qui le font sont parfois pauvres et ne parviennent pas à offrir le minimum pour ces enfants au vu de leurs besoins.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Burundi, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here