Les tendances de la biométrie

6
Les tendances de la biométrie
Les tendances de la biométrie

Africa-Press – Burundi. Généralisons la biométrie et nous verrons disparaître tout ce qu’il faut mémoriser : les codes de la carte de crédit, ceux de la porte d’immeuble, le mot de passe de la messagerie, l’identifiant du réseau informatique, les mots de passe réclamés par certains sites Web, etc. La biométrie simplifie toutes ces procédures en ne réclamant qu’un seul identifiant : votre corps…

La voiture qui ne démarre que lorsque l’on pose ses doigts sur le volant existe depuis un moment déjà chez Daimler. Il en est de même pour certains ordinateurs ou téléphones mobiles qui ne reconnaissent que leur propriétaire. Ainsi, la biométrie se vante de pouvoir mesurer et certifier des caractéristiques physiques telles que les empreintes digitales, le visage, l’iris, la forme de la main…


Une généralisation lente

Pourquoi alors de telles applications sont-elles encore peu répandues ? En premier lieu pour des raisons de coûts. En deuxième lieu pour des raisons qui peuvent être liées à la culture d’un pays ; la France, avec sa tradition de défense des libertés, est un exemple typique.

N’oublions pas, enfin, un autre facteur : à tort ou à raison, l’informatique n’est pas considérée comme une science exacte et ses anomalies, qu’il s’agisse du bug du Pentium d’Intel ou de celui qui était attendu au passage de l’an 2000, ont donné naissance à un chapelet de plaisanteries qui resteront dans les annales !

Dans ce dossier, nous allons donc aborder la reconnaissance digitale et celle de l’iris, les difficultés des mises en place généralisées des outils biométriques et le questionnement des libertés individuelles.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Burundi, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here