Sensation de faim : ces cellules qui signalent à votre cerveau que vous avez assez mangé

1
Sensation de faim : ces cellules qui signalent à votre cerveau que vous avez assez mangé
Sensation de faim : ces cellules qui signalent à votre cerveau que vous avez assez mangé

Africa-Press – Burundi. Une fois l’estomac bien rempli, certaines cellules sont capables de le signaler au cerveau pour stopper la sensation de faim, révèle une étude menée par des chercheurs chinois de l’université Jinan à Guangzhou et publié dans la revue Nature Metabolism.

Un signal qui interrompt la sécrétion de l’hormone de la faim

Ces cellules sécrètent normalement la ghréline, une hormone qui nous donne la sensation de faim et active notre comportement alimentaire lorsqu’elle passe dans le cerveau. Les biologistes ont montré qu’elles possèdent aussi à leur surface des canaux ioniques Piezo1 qui s’ouvrent en cas de distension de l’épithélium gastrique et que ce signal interrompt la sécrétion de ghréline.

Pour vérifier cet effet, ils ont produit des souris dépourvues de canaux Piezo1 dans l’estomac et elles se sont alors alimentées plus souvent avec une tendance à devenir obèses. Même avec un ballonnet placé dans leur estomac, ces souris ne perdaient pas l’appétit non plus et continuaient de se nourrir contrairement aux souris normales. Un inhibiteur de Piezo1 absorbé par des souris normales a aussi produit le même effet.

Un nouveau type de médicaments pour traiter l’obésité ?

Chez l’être humain, la densité en canal Piezo1 dans la muqueuse stomacale baisse avec le poids et s’avère particulièrement faible chez les personnes obèses. Le même rôle de Piezo1 dans la satiété avait déjà été observé chez la mouche, ce qui montre un mécanisme évolutif très ancien.

Un autre signal de satiété est aussi l’apport de nutriments, ce qui fait aussi baisser la sécrétion de ghréline par les mêmes cellules porteuses de Piezo1. Le développement d’inhibiteurs de Piezo1 pourrait offrir un nouveau type de médicaments pour limiter la prise de poids et traiter l’obésité.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Burundi, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here