Uchronie | A quoi ressemblerait le Burundi dans un siècle s’il adoptait l’IA maintenant ?

4
Uchronie | A quoi ressemblerait le Burundi dans un siècle s’il adoptait l’IA maintenant ?
Uchronie | A quoi ressemblerait le Burundi dans un siècle s’il adoptait l’IA maintenant ?

Africa-Press – Burundi. Le Burundi est une grande puissance technologique au monde grâce à sa maîtrise de l’intelligence artificielle (IA). Comment ce petit pays de 14 millions d’habitants a-t-il réussi un tel exploit ? Comment ses habitants cohabitent avec les nombreuses IA ? Un saut dans le futur.

– « Le petit-déjeuner est servi chéri », Donna Ishimwe, 28 ans, réveille son mari, Will Irakoze, 30 ans. Elle vient de prendre sa douche matinale. Il est 7 h 30. « Jérôme a déjà dressé la table ».

Pour l’info : Jérôme, ce n’est pas un travailleur domestique. C’est une IA (intelligence artificielle) qui a été développée par une entreprise publique burundaise qui s’appelle BAIE (Burundian Artificial Intelligence Entreprise) pour exécuter les tâches domestiques. Will finit de prendre sa douche aussi. Il se dirige sur la table de la salle à manger.

– « Papi est réveillé ? », demande Will à sa femme, Donna.

– « Je ne sais pas encore, attends, je vais voir… »

À ce même moment, Jules Bizimana, 70 ans, débarque dans le salon. Il balbutie quelques mots.

– « Papi, tu as passé une agréable soirée ? », demande son petit-fils.

– « Ces satanés de machines ont ruiné nos vies !!! On ne peut plus rien faire maintenant sans elles ! », lâche le vieil homme. En effet, ça fait une dizaine d’années qu’il souffre d’un cancer et il est assisté par une IA.

– « Cette machine ou robot…ou je ne sais quoi encore, ne me laisse pas respirer ! », se lamente Jules. Il continue : « À notre époque, tu avais droit à des médecins qui te soignaient, il y avait le contact humain. Mais, tout cela est fini à cause de ces maudites machines ! ».

Will avale sa dernière gorgée de thé. En se levant, il répond à son grand-père : « C’est le progrès Papi, il faut vivre avec. Regarde où ça nous a menés, nous sommes maintenant une puissance technologique crainte au monde entier ».

Pays avant-gardisteTout a commencé en 2023. L’effervescence autour de l’intelligence artificielle a poussé un jeune burundais qui a fait des études en Artificial Intelligence à la Harvard University à revenir au pays avec un but précis : créer une entreprise qui va mettre l’intelligence artificielle au service du développement du pays. Son projet n’avait pas fait que des émules à l’époque. Avec l’émergence de ChatGPT, modèle de langage basé sur l’intelligence artificielle qui faisait sensation cette année-là, mais pas la seule, le gouvernement burundais avait décidé de créer un programme spécial pour avancer dans le secteur de l’IA.

Le Programme burundais pour l’intelligence artificielle 2050 (PBiA 2050) a été un franc succès au point que le pays a commencé à commercialiser sa technologie. En 2102, il est parmi les Big 7 : une organisation internationale des sept premières puissances technologiques mondiales réunissant le Japon, la Chine, l’Allemagne, le Canada, la Corée du Sud, les États-Unis et le Burundi.

En Afrique et dans le monde, le Burundi s’est enrichi en vendant ses technologies au reste du continent. Cette année (2102), au moment où on écrit ce billet de blog, 600 milliards de yuans (monnaie chinoise qui sert maintenant de monnaie d’échange internationale depuis la décadence du dollar) entrent dans les coffres de l’État chaque année. Ces recettes sont issues de ventes et contrats des technologies IA. De quoi permette à cette petite nation, jadis « la plus pauvre de la planète » de se targuer d’avoir le PIB par habitant le plus élevé du monde. Son système de santé est l’un des plus performants de la planète derrière le Canada et la Corée du Sud. L’IA Magara (santé en Kirundi) est jugé comme le plus sophistiqué du monde. C’est celui, d’ailleurs, qui assiste le Papi de Will Irakoze.

« Avec l’IA, tout est devenu facile ! »Retour dans le foyer de Will et Donna. Les deux époux quittent leur maison dans leur voiture qui, non seulement se conduit toute seule, mais qui déploie des ailes et vole quand elle se retrouve coincée dans des bouchons, une autre prouesse technologique burundaise. Ils laissent le vieil homme, Jules Bizimana, aux soins attentionnés de Jérôme, leur IA.

– « Tu ne penses pas qu’il va se sentir seul Will ? », demande Donna.

– « Nooon, tout ira bien. Jérôme va prendre soin de lui comme à son habitude ».

– « Chéri, je me fais du souci pour lui. Tu le sais aussi bien que moi qu’il a grandi à une époque où toute cette technologie actuelle n’existait pas », rétorque Donna.

– « Il va s’y habituer petit à petit. Oui, à l’époque, le Burundi avait un retard technologique abyssal. La digitalisation des services publics était encore archaïque, les élèves… que dire ? Les étudiants des universités n’avaient même pas accès à un simple ordinateur. Il faut comprendre mon grand-père. Quand j’étais petit, il me disait qu’il y avait encore des coupures de courant et d’eau à son époque. Inimaginable aujourd’hui en 2102. Si on prenait un homme de 2023 et qu’on le transportait en 2102, tu crois qu’il se sentirait comment ? Du pays le plus pauvre du monde au pays le plus riche de la planète de l’eau à couler sous le pont. C’est sûr qu’il aurait un choc. Comprends mon grand-père ma chérie… Il faut qu’il comprenne tout simplement qu’aujourd’hui, avec l’IA tout est devenu plus facile. », rassure Will.

La voiture qui les transporte arrive aux bureaux de Donna. Elle travaille dans une entreprise publique de transport. Elle ne travaille que deux heures par jour, le reste de son travail est exécuté par une IA. Will embrasse sa femme sur la joue et continue sa route en pensant aux progrès technologiques que le Burundi a fait depuis un siècle.

– « On est venu de loin », soupire-t-il.

PS : cet article est une uchronie, c’est-à-dire une reconstruction fictive de l’histoire relatant les faits tels qu’ils pourraient se produire.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Burundi, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here