Référendum constitutionnel en Centrafrique, Sarandji s’écarte du dossier et verrouille la porte du MCU à Touadera

2
Référendum constitutionnel en Centrafrique, Sarandji s’écarte du dossier et verrouille la porte du MCU à Touadera
Référendum constitutionnel en Centrafrique, Sarandji s’écarte du dossier et verrouille la porte du MCU à Touadera

Africa-Press – CentrAfricaine. Désormais, entre Sarandji et Touadera, c’est le rideau de fer. Le courant ne passe plus entre les deux amis d’hier qui se sont accompagnés, lentement, depuis l’université, jusqu’au sommet de l’État. Le projet suicidaire du référendum constitutionnel en Centrafrique annoncé clairement et personnellement par le chef de l’État serait à l’origine de la rupture.

Selon de nombreux observateurs, l’effervescence suscitée par l’arrivée au pouvoir de Faustin-Archange Touadera en 2016 en République centrafricaine (RCA) et sa réélection en 2021 s’estompent depuis l’évocation du projet de modification de la Constitution, sur fond de levée du mandat présidentiel. Ce projet soulève d’énormes questions dans l’opinion publique nationale et internationale, mais aussi au sein du pouvoir de Bangui. Le Président de l’Assemblée nationale , l’honorable Simplice Mathieu Sarandji, secrétaire exécutif du parti au pouvoir, et maître à penser du Président Touadera, s’écarte clairement du projet du référendum constitutionnel en Centrafrique, synonyme d’un coup d’État constitutionnel.

À lire aussi : Marche pour la honte : une centaine des partisans de Touadera manifeste à Bangui pour exiger un référendum constitutionnel

Au même moment, le mouvement des cœurs unis, parti au pouvoir, dirigé par l’honorable Simplice Mathieu Sarandji, reste aussi muet sur le projet constitutionnel, poussant le chef de l’État à désigner le porte-parole du parti, l’ex-chef milicien Anti-Balaka Évariste Ngamana à prendre de temps en temps la parole au nom du MCU pour valider la soi-disant marche populaire du 6 août 2022 en faveur d’un éventuel référendum constitutionnel en Centrafrique.

Selon certains observateurs nationaux, le chef de l’État est désormais privé de l’appui considérable du parlement, deuxième institution du pays, mais aussi de son parti, les cœurs unis. Pour tenter de contourner le blocage mis en place par monsieur Simplice Mathieu Sarandji à l’assemblée nationale et au sein des cœurs unis, Touadera pousse son beau-frère Évariste Ngamana, premier vice-président de l’Assemblée nationale et porte-parole du MCU à prendre régulièrement la parole au nom de ces deux institutions. Mais tout le monde sait que Ngamana ne fait pas de poids face à Sarandji.

Selon de nombreux observateurs, le système Touadera qui repose sur le système Sarandji, de même que le pouvoir de Bozizé reposait sur le système Ndoutingaï, va-t-il tenir le coup sans Sarandji?

Pour plus d’informations et d’analyses sur la CentrAfricaine, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here