Diabo, contre le développement du Gblo, des individus incendient un engin destiné pour le bitumage des voies

21
Diabo, contre le développement du Gblo, des individus incendient un engin destiné pour le bitumage des voies
Diabo, contre le développement du Gblo, des individus incendient un engin destiné pour le bitumage des voies

Africa-Press – Côte d’Ivoire. Le maire et un gendarme près de l’engin incendié (ph KOACI)

Acte d’incivisme ou tentative de sabotage ? la question est sur toutes les lèvres à Diabo, localité située à une quinzaine de kilomètres de la capitale de la région de Gbêkê, Bouaké. En plein développement à travers la mise en œuvre de diverses infrastructures notamment l’électrification, l’adduction en eau potable, la construction d’usine et établissements scolaires, le bitumage des voies et bien encore pour le bonheur de sa population, Diabo, sous la houlette de son maire, par ailleurs sénateur de Gbêkê, depuis son accession à la tête de cette commune, connaît un essor fulgurant qui, malheureusement, fait jalouser certaines personnes apparemment adeptes de l’époque coloniale.

En effet, dans la nuit du samedi 07 mai au dimanche 08 mai 2022, aux alentours de 02 heures du matin, l’un des engins affectés sur le chantier de bitumage de l’avenue Yoboue Lazare de Diabo, a, contre toute attente, été incendié par des individus non identifiés. Cet engin, appartenant à la société SEKAD, fait partie d’un lot de plusieurs machines déployées à Diabo pour le bitumage des voies.

« C’est avec le cœur meurtri que je me suis rendu sur les lieux pour constater les faits. Il y a lieu de rappeler que les ennemis du changement ne sont pas à leur première forfaiture. En effet, après le cambriolage des locaux de la sous-préfecture de Diabo l’an passé, cet acte de trop que je condamne de toutes mes forces ne restera pas impuni.

Pendant que les autorités Politiques, Administratives et Traditionnelles luttent pour l’amélioration des conditions de vie de nos parents cloués sous le poids de la pauvreté, certains préfèrent s’adonner aux actes de vandalisme dans le but de freiner les chantiers de développement en cours… » a déploré le maire Koumoin René, qui appelle l’ensemble des couches sociales de Diabo au civisme et à la protection des acquis.

Le maire, visiblement attristé par cet acte, tient à inviter les cadres Gblo à plus de solidarité autour des actions de développement en réalisation dans les deux sous-préfectures à savoir Diabo et Languibonou.

Enfin, une plainte a été déposée auprès de la gendarmerie pour nécessité d’enquête.

T.K.Emile, Bouaké

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Côte d’Ivoire, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here