Bénin: perspective annoncée d’une fusion entre le PRD et l’UP

4
Bénin: perspective annoncée d’une fusion entre le PRD et l’UP
Bénin: perspective annoncée d’une fusion entre le PRD et l’UP

Africa-Press – Benin. Au Bénin, le parti du renouveau démocratique et l’union progressiste pourraient fusionner dans le cadre des élections législatives du 08 Janvier 2023. Les échanges seraient avancés et l’annonce pourrait être faite le week-end prochain sauf changement de calendrier.

Après l’expérience malheureuse de la « Dynamique Trinitaire » qui devait conduire à la création du parti Bloc Républicain, le parti de Me Adrien Houngbédji, le parti du renouveau démocratique tente une nouvelle fusion avec l’autre bloc politique soutenant l’action du président Patrice Talon.

En effet, selon des indiscrétions, le parti dit fétiche de Porto Novo donne son accord pour fusionner avec le baobab géant aujourd’hui présidé par le professeur Joseph Djogbénou. Le projet serait même déjà très avancé et sauf changement d’agenda, une déclaration pourrait être faite ce weekend pour annoncer cette fusion.

Selon les mêmes indiscrétions, le PRD n’a pas cédé à ses exigences lors du processus de fusion avec la « Dynamique Trinitaire » aujourd’hui devenue Parti Bloc Républicain. Il s’agit de l’exigence sur le logo. Ainsi, les deux formations politiques vont fusionner tout en gardant leur logo respectif.

Il faut dire que ces grands regroupements de partis politiques est l’une des exigences de la réforme du système partisan. Si le contexte de méfiance qui plombe d’habitude ces projets ne bloque le processus, le parti de Me Renouveau dont la chance est assez réduite dans le cadre des législatives prochaines pourrait faire son retour au parlement grâce à cette fusion.

La récente visite « dite de courtoisie » de l’ancien président de la cour constitutionnelle, Joseph Djogbénou au président Adrien Houngbédji était sans doute dans cette perspective de fusion pour aborder avec plus de sérénité les élections législatives de 2023; élections pour lesquelles les partis politiques de l’opposition comme les démocrates sont annoncés.

Les griefs ayant conduit le PRD à se rétracter de la création du BR

COMMUNIQUE DU PRD

(Suite à sa décision de suspendre sa participation aux travaux préparatoires du Congrès du Bloc Républicain)

Pour une bonne information de ses militants, le PRD tient à faire un rappel des faits suivant leur ordre chronologique :

1- A la demande expresse du Chef de l’Etat, les partis membres du BMP (Bloc de la Majorité Parlementaire) se sont répartis en 3 groupes : l’un autour de l’Union fait la Nation, l’autre autour des responsables politiques du Nord (Dynamique Unitaire), et le 3ème autour du PRD.

Suite à cette directive, le PRD a commencé à remplir les formalités pour se conformer à la nouvelle charte, et pour réunir les personnes désireuses de travailler sous sa bannière.

2- Alors que ces formalités allaient bon train, il est apparu aux yeux de certains que la répartition en 3 groupes dont l’un a une forte prédominance nordique, rappelait l’ancienne division du pays qui a tant nui a l’unité nationale. Sous la pression amicale du Chef de l’Etat, le PRD a accepté de fusionner avec Dynamique Unitaire, dans le souci de l’unité nationale.

3- Toutefois, avant d’accepter cette proposition, le PRD a exigé

a) que son logo soit maintenu dans le logo du nouveau parti ;

b) que son positionnement géographique électoral soit respecté lors des choix des candidats aux élections législatives ;

c) que ses militants puissent se constituer en courant au sein du nouveau parti ;

4- Pourquoi le logo ? Parce que le PRD a une histoire ; c’est un parti enraciné. Le logo est son signe d’identification par ses électeurs depuis des lustres. Aux yeux des Béninois en général, le PRD est un parti de paix et de tolérance : le logo est son image.

La décision de maintenir le logo dans son intégralité a été définitivement validée en plénière devant le Chef de l’Etat. A cette occasion le PRD a rendu public un communiqué pour remercier et prendre date.

Or, à chacune des réunions qui ont suivi, une partie de l’assistance a voulu remettre en cause la décision prise devant le Chef de l’Etat.

Pour tenir compte de la persistance de cette tendance, un autre projet de logo a été élaboré et soumis à une réunion de concertation le mercredi 14 novembre. Ce projet n’était plus le ‘’logo intégral du PRD’’. Mais dans un souci de compromis, le PRD l’a accepté.

Il a donc été validé à cette réunion. Il devait être soumis à la plénière du samedi 17 novembre 2018. Il ne l’a pas été. Ci dessous photo du logo validé à la réunion de concertation du 14 novembre.

Le projet de logo accepté par le PRD et validé à la réunion du 14 Novembre.

Au total, le PRD n’a eu aucune exigence nouvelle ; au contraire il a fait des concessions. Il demande le respect des engagements pris.

5- Le positionnement géographique électoral : Il a été convenu entre les partis que leurs positionnements géographiques respectifs seront respectés, c’est-à-dire que chacun positionnera les candidats de son fief. Ce fut même le 1er point d’accord. Il ne fut l’objet d’aucune contestation.

Or, à la séance plénière du 17 novembre, il a été suggéré que le nouveau parti sera dirigé collégialement par 17 personnes, dont seulement 4 PRD, et que les décisions seront prises par consensus ou à la majorité des 2/3. Quatre sur dix sept ne forment pas le tiers des dirigeants. Cela signifie en clair que le PRD sera minoritaire dans les instances dirigeantes et que les candidats aux élections seront désignés par les 2/3 c’est-à-dire contre le PRD.

Il s’agit donc d’une perspective certaine de violation de la règle de respect des positionnements géographiques.

Au total et là encore, le PRD n’a exprimé aucune exigence nouvelle.

Au contraire, il a été confronté à une volonté manifeste de ne pas respecter les positionnements géographiques.

6- A quelques jours du congrès, on constate que les accords se font et se défont, sans qu’aucun document écrit ne vienne les corroborer. Il y a là une source d’instabilité et de désordre.

C’est pourquoi en respect des dispositions des articles 85 et 86 de ses statuts, le PRD a demandé qu’un protocole d’accord écrit atteste de ce qui a été convenu.

7- Les courants à l’intérieur du parti : En vue de la préparation de la fusion, il a été demandé à chaque parti de se conformer aux exigences de ses statuts, pour éviter que les décisions soient ultérieurement contestées.

Les statuts du PRD (article 86) disent qu’en cas de fusion, les membres du parti constitueront des courants à l’intérieur du nouveau parti.

Or, l’organigramme proposé au PRD n’offre pas cette possibilité.

Participer à la création d’un parti sur la base de malentendus, serait suicidaire.

Au total, le PRD n’a formulé aucune exigence nouvelle. Il demande simplement le respect des engagements pris et leur concrétisation par un document écrit.

Les clarifications demandées par le PRD sur ces différents points, visent à apaiser le malaise grandissant dans ses rangs.

En attendant ces clarifications, le PRD a décidé de suspendre sa participation à la création du nouveau parti.

Le PRD soutient l’action du Gouvernement du Président Talon, et est membre du Bloc de la Majorité Parlementaire.

Le PRD est un parti de tolérance et de dialogue. Il reste ouvert à la médiation du Chef de l’Etat sur les points de divergence.

Le Secrétaire Général du Parti

Falilou Akakidi

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Benin, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here