Bénin: un an après son départ du BR, Jean Michel Abimbola veut enfin se caser

9
Bénin: un an après son départ du BR, Jean Michel Abimbola veut enfin se caser
Bénin: un an après son départ du BR, Jean Michel Abimbola veut enfin se caser

Africa-Press – Benin. Un an après sa démission du Bloc Républicaine (BR), le ministre Jean Michel Abimbola annonce son retour sur la scène politique. A quelques semaines des élections législatives du 08 janvier 2023, il veut profiter des tractations politiques en cours pour se repositionner.

Absent de la scène et plongé dans un mutisme politique depuis plus d’un, Jean Michel Abimbola a réactivé son activisme politique. Dans un message adressé à ses sympathisants ce mercredi 17 août 2022, l’ancien membre fondateur du BR annonce une déclaration officielle pour clarifier sa position.

La nouvelle destination du ministre de la culture n’est pas encore connue. Mais il a tenu à préciser qu’il continuera à soutenir les actions du président Patrice Talon. On peut donc dire qu’il est fort probable que Jean Michel Abimbola dépose ses valises dans l’un des partis de la mouvance présidentielle.

Pour rappel, la démission du BR de Jean Michel Abimbola est intervenue quelques jours après sa brouille avec les instances du parti, suite à la perte du fauteuil de Maire d’Adja-Ouarè par Karamath Fagbohoun. Le ministre avait été accusé d’être l’instigateur de la rébellion de certains élus BR qui ont fait échouer la fille de l’homme d’affaire Séfou Fagbohoun.

Jean-Michel Abimbola ou la rançon pour garder Séfou Fagbohoun ?

C’est un secret de polichinelle que la procédure qui a conduit à l’adhésion du richissime homme d’affaires et président du MADEP, Séfou Fagbohoun, s’est montrée longue et incertaine. Il a fallu l’implication personnelle de sa fille, Karamatou, et une visite rendue au chef de l’Etat, Patrice Talon, qui a joué à la médiation, pour que l’homme fort d’Adja-Ouèrè baisse enfin la garde, cède à la pression pour faire son intégration dans le parti présidé par le ministre Abdoulaye Bio Tchané.

L’adhésion de Séfou Fagbohoun était donc perçue comme une délivrance, car l’homme d’Adja-Ouèrè était dans le même temps courtisé par l’UP et s’est montré à une certaine époque proche de l’opposition.

La reconnaissance de l’adhésion au BR du richissime homme d’affaires fut la promotion de sa fille, qui a commencé depuis un moment à faire ses armes en politique. Au lendemain des élections communales et municipales, elle fut hissée à la fonction de maire de la Commune d’Adja-Ouèrè, restée jusque-là comme une chasse gardée de son géniteur.

Une ascension qui ne durera que le temps d’un feu de paille. A la faveur d’une reprise des élections recommandée par la cour suprême, Karamatou Fagbohoun a été éjectée de sa fonction de maire.

Le gage accordé à Séfou Fagbohoun pour susciter son adhésion au Bloc Républicain fut brisé. Il fallait donc un acte fort pour exprimer au patriarche, le regret du parti. Quelqu’un devait donc en payer le prix. Le sort est tombé sur le ministre de la Culture, Jean Michel Abimbola.

Le timing de la sanction et sa médiatisation

Dans leurs explications, les responsables du Bloc Républicain ont estimé que les investigations ont conduit à la conclusion que l’échec du BR à Adja-Ouèrè est lié à une indiscipline de groupe encouragée par Jean Michel Abimbola. Le fait que c’est seulement six mois après les élections communales et municipales que la décision de sanction est tombée et à quelques mois de la présidentielle, n’est pas anodin.

La popularité de Séfou Fagbohou à Adja-Ouèrè et dans l’ensemble du département du Plateau est bien connue. Perdre ce pion à quelques jours d’une élection présidentielle, serait une lourde perte pour le Bloc Républicain.

Il fallait donc tout faire pour maintenir cette grosse prise. Et c’est tout le sens que revêt la décision prise par le parti. C’est pour cela que Jean-Michel Abimbola doit accepter être l’agneau sacrificiel pour calmer la déception de Fagbohoun face à l’humiliation infligée à sa fille.

Pourquoi l’option d’exposer en public ce qui pourrait être réglé au sein de la famille politique? De ce qui est avancé ça et là, on déduit que c’est dans l’intention de calmer la famille Fagbohoun visiblement touchée par la destitution de la maire Karamatou qu’une telle option a été prise.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Benin, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here