Corruption: 2 cadres de la poste du Bénin poursuivis pour abus de fonction

3
Corruption: 2 cadres de la poste du Bénin poursuivis pour abus de fonction
Corruption: 2 cadres de la poste du Bénin poursuivis pour abus de fonction

Africa-Press – Benin. Deux responsables de La Poste du Bénin et un prestataire sont actuellement jugés dans une affaire de malversations. Le jeudi 7 décembre 2023 selon les informations de Banouto, les prévenus étaient devant le juge de la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET).

Dans ce dossier de corruption, les deux cadres du poste Bénin sont accusés d’abus de fonctions. Il s’agit notamment du directeur administratif et financier (DAF) et de la Personne responsable du marché public (PRMP). En dehors des deux cadres, il y a un prestataire de La Poste. Les trois prévenus sont poursuivis en justice par la Poste du Bénin pour avoir surfacturé des équipements lors d’achats effectués pour l’entreprise d’État.

Ils auraient prétendument acquis, à Lomé, des clés de coffre-fort pour la somme de 160 000 FCFA. Cependant, la directrice générale de la poste conteste vigoureusement ce montant. Lors de son passage à la barre, elle a fait savoir avoir trouvé les mêmes clés au prix modeste de 5000 FCFA. Elle a spécifié que ces clés étaient destinées à renforcer le système de sécurité du coffre-fort de la poste du Bénin, en effectuant une duplication de la clé existante.

Dans cette affaire, souligne la directrice, ce n’est pas tant la surfacturation qui a d’abord éveillé son attention, mais plutôt une incohérence. Selon ses dires, les prévenus auraient procédé à l’achat d’une serrure avec cinq (5) clés, tandis que la direction de la poste du Bénin affirme n’en avoir reçu que trois (3). « Ils m’ont remis les clés sans les étiquettes indiquant qu’il s’agissait de cinq clés », explique-t-elle. Par conséquent, elle a réclamé les deux (2) clés restantes, qui ne lui ont pas été fournies.

Au total, un montant dépassant les onze (11) millions de FCFA a été mentionné devant la Cour. Il s’agit d’une somme allouée à l’acquisition de 60 clés, pour un coût unitaire de 160 000 FCFA. Cela représente une dépense totale de 9,6 millions de FCFA. Selon l’accusation, la pose de ces clés a nécessité 1,5 million de FCFA, soit un coût de 25 000 FCFA par pose.

A la barre, le directeur administratif et financier a admis avoir acheté les clés en question pour 160 000 FCFA. Cependant, il a expliqué qu’il n’avait remarqué aucune irrégularité car il ne possédait aucune connaissance en matière de coffre-fort. « Je n’ai jamais manipulé de coffre-fort », a-t-il affirmé.

Accusé d’avoir reçu une somme d’ »un million de fcfa de la part du prestataire, le DAF se défend. « J’ai entendu dire que le prestataire m’a donné un million. Je n’ai jamais accepté d’argent de sa part. » Il poursuit en déclarant que le prestataire est son ami d’enfance qui connaît sa famille, y compris sa mère.

La personne responsable du marché public de la Poste du Bénin a également fait sa déposition. Selon la PRMP, elle n’a pas fait de fixation sur le prix car le prestataire lui a affirmé que les clés en question étaient adaptées à un coffre-fort. Il a fait savoir que ce genre d’achat ne figure pas dans la base de données des marchés publics. D’après ses dires, le prix d’achat recensé dans cette base oscille entre 20 000 et 53 000 FCFA.

Pour sa part, le prestataire a affirmé devant la cour qu’il a effectivement proposé une somme d’un million de francs cfa au directeur administratif et financier qui a décliné l’offre. A la question de savoir pourquoi les clés ont été achetées à Lomé, le prestataire a répondu que c’était au Togo qu’il avait identifié ces clés comme étant les plus adaptées pour le coffre-fort.

Après avoir écouté les mis en cause, le juge a décidé d’avoir des avis de techniciens avant de faire sa délibération. Le dossier fut donc renvoyé au 28 janvier pour continuation.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Benin, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here