plus d’un million d’élèves privés d’école à cause de l’insécurité

plus d’un million d’élèves privés d’école à cause de l'insécurité
plus d’un million d’élèves privés d’école à cause de l'insécurité

Africa-Press – Burkina Faso. Le Burkina « vient de franchir la barre dramatique d’un million d’enfants » affectés par la fermeture des écoles en raison de la crise sécuritaire, a alerté mercredi, l’ONG « Save the Children » dans un communiqué.

Citant le Secrétariat technique de l’Education en situation d’urgence (une structure du ministère en charge de l’Education), l’ONG rapporté qu’à la date du 31 octobre 2022, le nombre d’établissements fermés au Burkina Faso est passé de 4 258 à 5 709 soit une hausse de 1 451 structures éducatives.

Ces fermetures représentent environ 22% des structures éducatives du Burkina Faso et affectent 1 008 327 élèves soit 490 622 filles (48,66%) et 517 705 garçons (51,34%), ainsi que 28 919 enseignants soit 9 171 femmes et 19 748 hommes, indique la même source.

« Il s’agit d’une situation dramatique qui interpelle les autorités et les différents acteurs du secteur de l’éducation. Pour l’heure, et vue l’urgence, il est primordial pour les gouvernants, les donateurs et la communauté humanitaire de trouver et de financer des solutions alternatives immédiates pour atténuer les risques liés à cette situation », a déclaré Benoit Delsarte, directeur Pays de « Save the Children » au Burkina Faso.

« Car, en plus de priver les enfants de leur droit à l’éducation et au développement intellectuel, la fermeture des classes les expose à de nombreux autres risques qui compromettent définitivement leur bien-être et leur avenir », a-t-il ajouté.

Delsarte a rappelé que « la pleine mise en œuvre de la Déclaration sur la Sécurité dans les Ecoles (DSE) par tous les acteurs concernés est une condition indispensable à la protection du droit à l’éducation pour tous les enfants, surtout ceux vivant dans les zones impactées par les crises et les conflits ».

La situation sécuritaire est marquée par des attaques terroristes depuis 2015 dans plusieurs régions du Burkina Faso. Ces attaques ont fait de nombreuses victimes et des milliers de déplacés internes, alors que plus de 40% du territoire échappe au contrôle de l’Etat, selon des chiffres officiels.

Le Premier ministre dburkinabé Apollinaire Joachimson Kyelem de Tambela a déclaré samedi devant les députés que le Burkina Faso compte actuellement environ deux millions de déplacés internes et que le gouvernement veillera à la mise en place d’un plan de réponse et de soutien aux personnes vulnérables à l’insécurité alimentaire et à la malnutrition, estimé à environ 240 milliards de francs CFA (plus de 300 millions de dollars).

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Burkina Faso, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here