« Le combat des armes est terminé, il reste la lutte contre la pauvreté ».

4
« Le combat des armes est terminé, il reste la lutte contre la pauvreté ».
« Le combat des armes est terminé, il reste la lutte contre la pauvreté ».

Africa-Press – Burundi. Le Cndd-Fdd a ouvert, ce mercredi 16 novembre à sa permanence nationale sise à Ngagara en mairie de Bujumbura, une semaine dédiée aux vaillants combattants. Une occasion, selon Révérien Ndikuriyo, secrétaire général du Cndd-Fdd, de faire un regard sur le passé afin de préparer l’avenir. Pour le chef de l’Etat, un vrai combattant doit avoir un seul ami et celui-ci n’est que sa patrie.

Les cérémonies marquant cette journée ont commencé par une messe de requiem en mémoire de ces combattants morts dite par l’abbé Innocent Ngendakumana au Rectorat de Gifugwe (paroisse en fondation), situé dans la commune Mpanda en province de Bubanza.

Anciens et nouveaux ténors, dignitaires, cadres et membres du Cndd-Fdd, venus des différents coins du pays, et tous vêtus en pagnes ou en t-shirts arborant les couleurs du parti de l’Aigle ont répondu présents. Quelques représentants des partis politiques et de la société civile n’ont pas manqué au rendez-vous.

Dans son homélie, l’abbé Innocent Ngendakumana a demandé aux auteurs de ces assassinats de demander pardon et aux Burundais d’être solidaires et d’éviter le versement du sang.

Il faut du leadership

Les cérémonies se sont poursuivies par le dépôt des gerbes de fleurs sur les disparus enterrés au cimetière de Mpanda nord.

Dans son brève allocution, M. Ndikuriyo est revenu sur les différents moments difficiles traversé par le Burundi depuis la lutte pour l’indépendance. Il a fait savoir que le pays est paisible grâce aux vaillants combattants qui se sont sacrifiés.

Et de conseiller aux leaders à prendre des décisions bien réfléchies, car, selon lui, cette tragédie a été due au mauvais leadership. Il a demandé aux militants du Cndd-Fdd de faire un regard rétrospectif sur le passé afin de préparer l’avenir.

Rehaussant de sa présence l’ouverture de ladite semaine à la permanence du Cndd-Fdd, le président Evariste Ndayishimiye a indiqué qu’un vrai combattant doit avoir un seul ami, et celui-ci n’est que sa patrie.

Selon lui, les vrais vaillants combattants doivent aussi participer au combat de lutte contre la pauvreté.

« Celui qui bloque le développement du pays ou laisse les autres trahir leur pays n’est pas un vrai combattant », a-t-il martelé. Et d’ajouter : « Le combat des armes est terminé, il reste celui de lutte contre la pauvreté ».

Il a invité les responsables à aligner les populations comme un seul tirailleur pour le développement du pays.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Burundi, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here