Quand le ministère s’auto-évalue

6
Quand le ministère s’auto-évalue
Quand le ministère s’auto-évalue

Africa-Press – Burundi. Le ministre de l’Environnement, l’Agriculture et de l’Elevage affirme que les réalisations du premier semestre 2022-2023 en matière de la sécurité alimentaire sont satisfaisantes. Leur objectif aurait été atteint à 85% malgré quelques irrégularités observées ici et là.

C’était dans une conférence de presse tenue ce lundi 16 janvier à Gitega où le ministre de l’Environnement, l’Agriculture et de l’Elevage a présenté les réalisations de son ministère pour ce premier semestre 2022-2023. Parlant des objectifs et des réalisations, Dr Sanctus Niragira a indiqué que son ministère a atteint le niveau satisfaisant. Selon lui, la production agricole a augmenté, sans compromettre l’environnement ; le cheptel ovin et bovin a grandi, les devises provenant des exportations se sont accrues, etc.

« Le taux global des réalisations du premier semestre 2022-2023 est évalué à 85 %. Notre objectif était pour que chaque bouche ait à manger et que chaque poche ait de l’argent sans compromettre l’environnement ! ». A la question des journalistes sur la hausse des prix sur le marché malgré cette augmentation de la production agricole, il a expliqué que la hausse des prix ne signifie pas que la production a chuté mais plutôt la situation politico-économique mondiale du moment et la surpopulation que connait le Burundi. La réponse serait de produire davantage et ne pas gaspiller la récolte surtout à ne pas céder aux sirènes des commerçants véreux qui veulent tout acheter et le revendre chèrement.

« Ce n’est pas seulement le Burundi qui est confronté à la hausse généralisée des prix. Produisons plus surtout les cultures vivrières pérennes, ne pas gaspiller notre récolte et faisons entrer les devises étrangères par les cultures d’exportation. Cela est le moyen efficace pour endiguer la hausse des prix », a assuré Dr Sanctus Niragira. Pour lutter contre l’insuffisance des engrais agricoles, le ministre Niragira a rappelé que le gouvernement a libéralisé la production et la fourniture de ces intrants et que l’usine de Bugendana en construction pourra épauler l’unique usine FOMI qui existait jusqu’ ici au Burundi.

Des perspectives d’avenir, la liste est longue

Tout en se félicitant de tenir des bases solides, le ministère compte poursuivre la mise en place des centres rayonnement et des centres naisseurs dans toutes les communes, des centres agro-sylvo-pastoraux et développer le volet valorisation post récolte pour minimiser les pertes enregistrées. Maintenir la production agricole à un niveau satisfaisant et mettre en place des mécanismes de son augmentation. Poursuivre la mise en place des stocks stratégiques à travers l’Agence Nationale de Gestion des Stocks de Sécurité Alimentaire (ANAGESSA).

Il en est de même pour les semences où des centres semenciers vont être redynamisés. Des grands et petits ruminants seront distribués en se basant sur la chaîne de solidarité communautaire. Les coopératives collinaires seront accompagnées techniquement dans leur gestion des contributions du gouvernement. Le programme Ewe Burundi Urambaye sera exécuté tous les jeudis de la semaine en vue de protéger l’environnement.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Burundi, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here