des interrogations sur les billets déchirés et les pièces effritées en circulation

1
des interrogations sur les billets déchirés et les pièces effritées en circulation
des interrogations sur les billets déchirés et les pièces effritées en circulation

Africa-Press – CentrAfricaine. Face à la réticence des usagers des routes et les petits commerces refusant d’accepter en échange les billets déchirés ou sales, les pièces de 10 F, 25 F, 100 F et 500 F effritées, les autorités sont appelées à faire preuve de responsabilités pour barrer la route à cette pratique qui prend une ampleur inquiétante.

En effet, nul n’est au-dessus de la loi et un individu à seul ne doit pas se lever de son coin un de quatre matin mettre fin à la circulation des pièces effritées et les billets déchirés voire les billets sales. II y a une institution appropriée ayant l’habileté à retirer tous ces pièces et billets supposés inutilisables, notamment la banque centrale et les banques commerciales.

Pour un économiste requérant l’anonymat « II faut comprendre que de nombreuses personnes conservent très mal les billets de banque mise en circulation par la BEAC et, de facto ces derniers se détériorent aussi facilement. II faut souligner que beaucoup de gens par incivisme mettent des signes particuliers avec de stylos à feutre, qui laisse des tâches indélébiles sur ces billets cependant d’autres les utilisent à d’autres fins ce qui enfreignent les échanges économiques et constitue un délit méritant une sanction pour ce manque de civisme », a –t-il ajouté

II a par ailleurs exhorté le gouvernement à prendre des mesures nécessaires pour condamner ceux qui refusent d’obtempérer et faire une sensibilisation en vue d’emmener les utilisateurs à comprendre le bien-fondé de ces coupons afin de faciliter les échanges commerciaux.

Source: Ndjoni Sango

Pour plus d’informations et d’analyses sur la CentrAfricaine, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here