Journée internationale des Casques bleus : Trois militaires burkinabè seront décorés à titre posthume

Journée internationale des Casques bleus : Trois militaires burkinabè seront décorés à titre posthume
Journée internationale des Casques bleus : Trois militaires burkinabè seront décorés à titre posthume

Africa-Press – Burkina Faso. La Journée internationale des Casques bleus de l’ONU sera observée le jeudi 26 mai 2022 au siège de l’Organisation, à New York. Le Secrétaire général, António Guterres, déposera une gerbe en l’honneur des plus de 4 000 Casques bleus tombés sous le drapeau de l’ONU depuis la première mission de paix en 1948.

Il présidera également une cérémonie de remise de la Médaille Dag Hammarskjöld décernée à titre posthume aux 117 militaires, policiers et personnels civils qui ont perdu la vie en 2021.

Les militaires du Burkina Faso qui seront honorés à titre posthume sont le soldat Faustin Hien qui servait au sein de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) ; M. Mamaoudou Traore qui faisait partie du personnel civil de la MINUSMA et M. Jean-Bernard Tougouma Touwende qui était membre du personnel civil de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA).
Le Burkina Faso est le 22e pays contributeur de troupes et de personnel de police aux opérations de maintien de la paix de l’ONU. Plus de 900 militaires et policiers burundais sont actuellement déployés dans les missions de l’ONU en République centrafricaine, en République démocratique du Congo, au Mali et au Soudan du Sud.

Au cours d’une cérémonie spéciale, le Secrétaire général décernera « la médaille capitaine Mbaye Diagne pour acte de courage exceptionnel » à titre posthume au Capitaine Abdelrazakh Hamit Bahar du Tchad, qui a servi au sein de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA).

La médaille porte le nom du Casque bleu sénégalais tombé au Rwanda 1994 après avoir sauvé d’innombrables vies. Il s’agit de la seconde fois que la médaille est décernée depuis que celle-ci a été remise à la famille du Capitaine Diagne en 2016.

Le Secrétaire général remettra par ailleurs le prix du « Militaire de l’année pour la défense de l’égalité des genres » à la Major Winnet Zharare, une officière de l’armée zimbabwéenne qui a servi au sein de la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud.

Créé en 2016, le « Prix du Militaire de l’année pour la défense de l’égalité des genres » décerné par les Nations Unies reconnaît le dévouement et les efforts d’un Casque bleu dans la promotion des principes de la résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies 1325 sur les femmes, la paix et la sécurité.

Dans un message à l’occasion de la Journée, le Secrétaire général a déclaré : « Aujourd’hui, nous honorons les plus d’un million de femmes et d’hommes qui ont servi dans les rangs des Casques bleus des Nations Unies depuis 1948. Nous rendons hommage aux près de 4 200 héros et héroïnes qui ont sacrifié leur vie pour défendre la paix.

Et nous nous remémorons cette vérité séculaire : la paix ne peut jamais être tenue pour acquise. Elle est l’objectif ultime. Nous sommes profondément reconnaissants aux 87 000 civils, policiers et militaires qui, sous la bannière de l’ONU, œuvrent aujourd’hui à asseoir la paix dans le monde ». Le thème choisi cette année pour marquer la journée est « Ensemble pour la paix : le partenariat, clé du progrès ».

Selon le Secrétaire général, « partout dans le monde, les Casques bleus travaillent main dans la main avec les États membres, la société civile, le personnel humanitaire, les médias, les populations qu’ils servent et bien d’autres, pour promouvoir la paix, protéger les civils, défendre les droits humains et l’état de droit et améliorer la vie de millions de personnes ».

Le Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, Jean-Pierre Lacroix, a déclaré : « Chaque jour, les Casques bleus de l’ONU œuvrent à protéger les personnes vulnérables dans les situations politiques et sécuritaires les plus fragiles du monde.

Les dangers auxquels ils sont confrontés sont plus grands que jamais, avec des tensions mondiales croissantes, des menaces toujours plus complexes allant des attentats terroristes au crime organisé et à l’utilisation d’engins explosifs improvisés, ainsi qu’une recrudescence de mésinformation et de désinformation contre nos missions et les populations que nous servons.

Malgré ces défis, les Casques bleus persévèrent aux côtés de nos nombreux partenaires dans la poursuite collective de la paix. Aujourd’hui, nous les remercions pour leur formidable contribution et nous nous souvenons avec une grande tristesse de nos collègues qui ont fait le sacrifice ultime au service de la paix ».

La Journée internationale des Casques bleus des Nations Unies a été établie par l’Assemblée générale en 2002 pour rendre hommage à tous les hommes et femmes servant dans les opérations de maintien de la paix de l’ONU et pour honorer la mémoire de ceux qui ont donné leur vie pour la cause de la paix.

L’Assemblée générale a proclamé le 29 mai Journée internationale des Casques bleus des Nations Unies, car c’est à cette date, en 1948, que la première mission onusienne de maintien de la paix – l’ONUST- a commencé ses opérations en Palestine. Depuis lors, plus d’un million de femmes et d’hommes ont servi dans 72 opérations de maintien de la paix des Nations Unies.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Burkina Faso, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here