Le Comité d’initiatives contre la drépanocytose sensibilise sur la maladie

Santé : Le Comité d’initiatives contre la drépanocytose sensibilise sur la maladie
Santé : Le Comité d’initiatives contre la drépanocytose sensibilise sur la maladie

Africa-PressBurkina Faso. Le Comité d’initiatives contre la drépanocytose (CID/Burkina) organise, du 29 avril au 1er mai 2021 à Ouagadougou, un atelier national de sensibilisation et de formation de formateurs, au profit de 70 drépanocytaires et parents membres, issus des onze antennes régionales du CID/Burkina. L’objectif de cet atelier est de contribuer à l’amélioration de la qualité de vie des patients drépanocytaires en renforçant leurs connaissances sur la maladie. Cette activité est rendue possible grâce au soutien financier de la Fondation Pierre Fabre.

L’atelier de 72 heures sera animé par le pool de formateurs de l’équipe de médecins référents en charge de l’éducation thérapeutique et conseil génétique du CID/Burkina sous la coordination de Dr BERGES Gloria. Exposés participatifs, exposés alternés de séances de questions/réponses et de travaux de groupes seront au programme. Les groupes de travail seront spécifiques aux tranches d’âges (enfants, adolescents/adultes drépanocytaires et parents).

A l’issue de cet atelier, les participants (70 drépanocytaires et parents membres) issus des onze antennes régionales du CID/Burkina, connaîtront mieux la drépanocytose, ses complications aigues/chroniques. Ils seront aussi conscients de la nécessité d’adhérer à un protocole, un suivi médical régulier. Les participants connaîtront également les mécanismes de prise en charge sociale de la drépanocytose et d’autonomisation du patient drépanocytaire ainsi que de sa famille et bien d’autres astuces.

Le coordonnateur national du CID/Burkina, Dramane Banaon, a précisé qu’il ne s’agit pas de faire des participants des agents de santé attitrés. Il s’agit plutôt de les former à mieux connaître la drépanocytose et les signes de danger devant les amener à consulter en urgence.

Ils serviront surtout de relais pour dupliquer ces connaissances sur le terrain, sous la supervision des agents de santé des antennes régionales qui vont les accompagner régulièrement dans la prise en charge. Chantal Tondé/Ouédraogo, la représentante du ministère de la Santé, par ailleurs point focal drépanocytose à la Direction de la prévention et du contrôle des maladies non-transmissibles, a apprécié l’initiative et invité les participants à plus d’abnégation. Elle a remercié également le CID/Burkina qui, selon elle, mène un combat vraiment noble contre la drépanocytose, surtout dans la sensibilisation et la prévention de la maladie.

L’une des participants à la formation, Mireille Traoré Sanon, venue de la région des Hauts-Bassins, a remercié le CID/Burkina pour l’opportunité et rassuré de sa détermination à être un relais dans le cadre de la lutte contre la drépanocytose.
La drépanocytose constitue un problème de santé publique au Burkina Faso, à l’instar des autres pays d’Afrique subsaharienne.

C’est une maladie grave qui touche un grand nombre de familles. Les enfants de moins de 5 ans payent le plus lourd tribut. La majorité des enfants atteints de la forme la plus sévère (SS) de la maladie meurent avant l’âge de 5 ans. Le plus souvent, c’est suite à une infection ou une anémie grave. Ceux qui survivent restent vulnérables aux poussées de la maladie et aux complications.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here